Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

12 avr. 2011

3ème Colloque de l'Appel de Paris: Les foetus premières victimes de la pollution

(publié par Metro France, 12 avril 2011)

Les maladies liées à l'environnement trouvent leur origine dès la grossesse. Explications et conseils de prévention

 

Cancer, baisse de la fécondité, diabète, asthme… la plupart de ces maladies qui touchent les adultes trouvent leur origine dès le stade fœtal, et sont liés à la pollution environnementale, selon des études présentées lors du troisième colloque de l'Appel de Paris, sur la santé des enfants, mardi et mercredi à l'Unesco (12-13 avril 2011).

L'Appel de Paris, signé par des milliers de scientifiques et de citoyens en 2004 établit le lien entre le développement des cancers et la détérioration de l'environnement. Il visait en premier lieu la pollution chimique (pesticides, phtalates, bisphénol, etc), mais le colloque s'intéresse aussi aux ondes électromagnétiques et à la radioactivité.



1% de cancers en plus chaque année

Selon des données présentées lors du colloque, les cancers chez l'enfant sont en augmentation de 1% chaque année depuis trente ans, un enfant sur cent naît autiste, 10% sont obèses ou en surpoids et 15% sont asthmatiques. "Nous avons la confirmation qu'un grand nombre de cancers et autres maladies sont d'origine environnementale chez l'enfant et qu'elles commencent au stade fœtal", indique Philippe Irigary, directeur scientifique des recherches à l'ARTAC (Association pour la recherche thérapeutique anti-cancéreuse) et organisateur du colloque.

Des altérations génétiques héréditaires

Les professeurs Ana Soto (biologiste experte des effets du bisphénol A) et Ernesto Burgio présenteront leurs travaux sur l'origine foetale des maladies environnementales. Au stade où toutes les cellules sont en division, la moindre altération (molécule toxique, perturbateur endocrinien, ondes électromagnétique) peut créer des lésions irréversibles, qui ne se manifestent parfois qu'à l'âge adulte. C'est également le cas lors des phases de croissance, durant la petite enfance ou l'adolescence. Ces altérations génétiques peuvent être héréditaires et avoir des conséquences dans les générations suivantes.

 La grande étude Elfe sur la santé des enfants risque de ne rien donner car elle étudie les enfants à la naissance, or beaucoup de choses se décident avant, explique Philippe Irigary. Par exemple, le bisphénol A se retrouve chez les femmes enceintes depuis bien avant la grossesse."

Les neuf recommandations de l’ARTAC aux femmes enceintes :

      1.      Ne pas fumer et déserter les locaux où l’on fume, en raison des risques liés au tabagisme passif.

      2.      Ne pas boire d’alcool ; boire de l’eau minérale, si possible conditionnée en bouteille de verre.

3.      Manger équilibré et si possible « bio » avant et pendant la grossesse et lors de l’allaitement, afin d’éviter une contamination pas les pesticides et autres polluants organiques lipophiles et/ou liposolubles.

4.      Ne pas se faire vacciner et ne prendre aucun médicament sauf exceptionnellement sur prescription médicale.

5.      Proscrire toute radiographie, tout examen médical isotopique.

6.      Limiter l’exposition aux champs électromagnétiques et pour cela porter le téléphone portable à distance de l’organisme et ne l’utiliser qu’en cas d’urgence en se servant du haut parleur.  N’utiliser un ordinateur que s’il est équipé d’un écran plat et sans wifi.

7.      En cas d’alliages dentaires, envisager leur dépose avant mais non pendant la grossesse afin d’éviter une contamination possible par le mercure.

8.      Après la naissance, allaiter son enfant au sein si possible pendant plusieurs mois. 
 
9.    Utiliser des biberons sans bisphénol A et proscrire les tétines operculées en papier car elles ont été dans la majorité des cas stérilisées par l’oxyde d’éthylène reconnu pour être un cancérigène certain par l’OMS.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire