Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

16 juin 2011

Défense de la santé et de l'environnement

Vénise:  Italie dit "non" à l'énergie nucléaire

Les groupes de défense de la santé et de l’environnement doivent unir leurs forces pour travailler à créer un environnement plus sain et une meilleure santé pour nous tous et les générations futures. Cela n’est pas souvent le cas. Le groupe d’environnement principal à Genève et les groupes de soutien du cancer agissent séparément pour promouvoir leurs causes individuelles. Ils ne semblent pas reconnaître le rapport entre eux.








Presque toutes les sociétés nationales du cancer utilisent une grande partie de leurs fonds de recherche pour analyser les facteurs de risques individuels et comportementaux tels que le mode de vie, le régime alimentaire, et la génétique. Leur concept de la "prévention" du cancer est surtout axé sur les comportements individuels, le dépistage et la détection précoce. Ces sociétés sont contrôlées par les compagnies de produits pharmaceutiques, d’équipements médicaux et de cosmétiques qui gagnent de l'argent par la vente des traitements ou  la promotion d'événements de sensibilisation au cancer. Par exemple, Astra-Zeneca, producteur de tamoxifène, un traitement hormonal pour le cancer du sein, a lancé le "mois de la sensibilisation au cancer du sein" et a le pouvoir d'approuver ou de désapprouver toutes les informations destinées aux groupes participants. Cette même compagnie produit des pesticides qui peuvent causer le cancer, tout comme les compagnies cosmétiques élaborent des produits qui sont cancérigènes.


Les groupes de défense de la santé et de l'environnement doivent promouvoir la prévention par l’éducation du public et la prise de conscience officielle sur les causes environnementales des maladies. Un aspect important de cette stratégie est la reconnaissance de maladies qui ont des explications environnementales controverséesLes associations de défense de la santé en Europe travaillent avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour inclure la sensibilité chimique multiple (MCS) et l'électro-hypersensibilité (EHS) dans la classification internationale des maladies. Chaque pays peut inclure ces maladies dans son classement national.

Depuis de nombreuses années, la recherche scientifique indépendante sur l'EHS  a été entreprise.  Les protocoles de traitement existent. La légitimation des symptômes et la réception d’un diagnostic formel restent un défi. Nous devons écouter davantage les personnes atteintes de ces maladies, et pas seulement prendre des décisions basées sur des études scientifiques. Le public doit se renseigner au sujet des questions de santé et  établir des relations avec les scientifiques qui font des recherches sur ces maladies et qui collaborent avec le gouvernement et les organismes internationaux. Les médecins doivent être formés dans la reconnaissance et le traitement des maladies environnementales.


L’Europe, qui pratique le principe de précaution, est en avance sur les Etats-Unis pour limiter l'exposition des personnes aux substances toxiques dans l'environnement. Les villes et les Etats américains ont dû initier des mesures parce que le gouvernement fédéral n'agit que de facon limitée et à un rythme très lent. En 2003, San Francisco est devenue la première ville des Etats-Unis  à adopter le principe de précaution. Les militants du cancer du sein se sont réunis avec des groupes environnementaux et les fonctionnaires municipaux. Toutes les agences de la ville sont obligées de mettre en œuvre le principe de précaution dans le choix de produits, services, opérations et  planification. La ville doit acheter les produits les plus durables et sains possibles.  Rappelons que San Franciso est la première ville aux Etats-Unis à avoir voté une ordonnance qui oblige les magasins de vente de portables à mettre des affiches d'informations et de distribuer des fiches expliquant comment réduire l'exposition à la radiation des mico-ondes émises par les portables.


Nous devons comprendre le lien entre la santé et l'environnement et unir les mouvements de défense afin de préserver notre santé et créer un environnement plus sain dans lequel vivre mieux. (Référence: "Toxic Exposures» par Phil Brown, 2007, et ARTAC, qui est l'une des associations européennes de recherche et de défense,  profondément dévouée à la santé environnementale - www.artac.info ).


par Meris Michaels


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire