Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

24 janv. 2012

Risques dus aux antennes de téléphonie mobile


Risques dus aux antennes

Je remercie M. Winiger pour son article, « Les ondes ne sont pas anodines » (voir Tribune de Genève du 19 janvier).  Il rappelle qu'une faible quantité d’ondes émises par les antennes,  grandes ou minis, peut déclencher des réactions biologiques fortes et affecter notre santé.  La Compagnie suisse de réassurance, Swiss Re, considère les dangers liés aux champs électromagnétiques (CEM) émis par les antennes, comme "risques-fantômes".   Les fibres d’amiante et les implants de silicone étaient  considérés auparavant, comme de tels risques. Aujourd’hui ils sont appelés risques émergents et finalement risques avérés, responsables  d'effets néfastes sur la santé, qui coûtent  d'énormes sommes d’argent en frais médicaux et dommages réels à la société.  Selon Swiss Re, "du point de vue prospectif, on peut classer le risque de dangers liés aux CEM comme risque émergent."  Swiss Re et d’autres compagnies de réassurance ont déclaré qu’elles n’assureront pas les compagnies de téléphonie mobile en responsabilité civile pour les risques de maladies résultant des émissions des champs électromagnétiques.  M. Winiger a aussi mentionné la surcouverture croissante du réseau mobile.  Les antennes sont parfois installées trop près des écoles et des crèches, (moins de 500 mètres), sans considération des effets potentiels nocifs pour la santé des enfants davantage vulnérables aux ondes.

Commentaire par Meris Michaels
Publié dans le "Courrier des lecteurs", Tribune de Genève, 24 janvier 2012.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire