Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

9 mars 2012

La dimension spirituelle de l'engagement pour défendre la nature et l'environnement


Philippe Roch
J'ai récemment assisté à une conférence donnée par Philippe Roch à l’Institut National Genevois  “Croissance ou décroissance économique?  La transition écologique ».  Dr. Roch a été Directeur général du WWF (Organisation mondiale de protection de la nature), et également pendant 13 ans, Directeur de l'Office Fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage.  Il reste très engagé dans des actions pour la sauvegarde de la nature. Il est entre autres, membre du conseil de la Fondation Pro Specie Rara ainsi que du conseil scientifique du certificat de formation continue en développement durable de l'Université de Genève. Il se consacre aussi à la recherche, l'écriture, la communication et le consulting sur des questions écologiques.  


En parlant de valeurs de base comme la solidarité, la simplicité et le respect, Dr. Roch ajoute une  dimension philosophique et spirituelle à la façon dont on choisit de vivre : Utiliser sans compter les ressources de la nature et continuer à consommer toujours plus, ou se comporter avec bon sens  et amour envers elle en tenant compte des limites. Ses mots de clôture étaient encourageants : Chacun d'entre nous peut contribuer à créer une société plus respectueuse, plus juste et plus durable.


Parmi les nombreux textes et livres dont il est l'auteur, j’ai choisi « L’Essentiel » où Dr. Roch parle de la dimension spirituelle de son engagement pour défendre la nature et l’environnement.  Il partage son écriture et ses activités sur son site : www.pirassay.com.

L'essentiel

L'essentiel : un message d'amour.

Mon engagement pour la nature n'est pas dû à la peur, encore moins à la haine de ceux qui la détruisent. Il est fondé sur l'amour de la Terre, de sa beauté, de sa diversité, de sa générosité. Les plantes et les animaux sont mes frères et mes sœurs, et c'est comme membre d'une grande famille que je les aime et que je prends leur défense.

Bien sûr, pour éviter que la nature soit dégradée, et que des humains de plus en plus nombreux manquent de ressources, il faut prendre position, s'engager et parfois s'opposer avec force et courage contre une pensée, un projet ou une action qui menace la nature.

Mais quelles que soient la véhémence de nos critiques, la profondeur de nos déceptions et de nos douleurs, ou notre incompréhensions pour les choix et les agissements de nos semblables, recherchons d'abord la paix et l'harmonie en nous-mêmes, pour ensuite les rayonner et les communiquer autour de nous. Notre engagement s'inscrit alors dans un élan d'amour pour la vie sous toutes ses formes, et nous devenons plus efficaces, et plus heureux.
                      

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire