Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

22 sept. 2012

Apple: Champion de l'obsolescence programmée

Avec l'iPhone 5, 4S pourrait devenir obsolète
(Itsuo Inouye/SIPA)
Côté noir du nouvel iPhone 5 : l’obsolescence programmée de ce gadget a un impact désastreux pour la planète. 

iPhone 5 d'Apple: contre l'obsolescence programmée de ce gadget, nous demandons une loi

par Martine Laplante, Présidente "Amis de la Terre", Le Plus du Nouvel Observateur, 13 septembre 2012.   
Édité par Lisa Beaujour Auteur parrainé par Henri Rouillier 

LE PLUS. Apple a dévoilé son nouvel iPhone 5 ce mercredi soir lors d'une keynote. Un modèle de plus, soupire l'association les Amis de la Terre, qui s'alarme des conséquences désastreuses pour la planète, de produits tout sauf durables. 


HIGH-TECH. 13,3 millions de smartphones, 3,4 millions de tablettes vendus en France rien qu’en 2012 ! Apparus il y a moins de 5 ans, ces appareils se sont imposés sur le marché et dans nos vies. Présentés à grand renfort de publicité et marketing comme indispensables, ces gadgets électroniques ont un impact environnemental inversement proportionnel à leur taille. Or, argent, cobalt, tantale ou encore terres rares sont devenus nécessaires à leur fabrication.

Sous la pression d'une demande internationale croissante, les projets d'ouverture de nouvelles mines se multiplient dans les pays du Sud avec leurs cortèges de conséquences : déplacement de communautés, pollution des eaux, destruction des écosystèmes... Au lieu de chercher à limiter cette demande, l'Europe élabore des stratégies de sécurisation de l'accès aux ressources naturelles et fait pression sur la Chine, auprès de l'OMC, pour la contraindre à exporter davantage de terres rares.

Les conséquences négatives de ces gadgets sont aussi humaines. Les atteintes à la dignité des travailleurs du secteur des hautes technologies sont courantes. L’entreprise Foxconn, principale sous-traitante du secteur électronique, s’est ainsi tristement rendue célèbre en raison de ses pratiques scandaleuses en termes de droit du travail. Cette pression constante sur l’environnement et sur la main d’œuvre n’est que le résultat de la course à l’innovation et au profit que se livrent Apple, Samsung et leurs concurrents.

Pourquoi pas réparer, pourquoi pas réutiliser ?

Champion de l’obsolescence programmée, Apple innove régulièrement pour maîtriser la durée de vie de ses produits : batterie indémontable, impossibilité de mettre à jour le système d’exploitation pour les modèles les plus anciens, pièces détachées qui changent à chaque génération. Avec trois catégories d’iPad en 2 ans et six d’iPhone en 5 ans, les produits Apple sont très rapidement obsolètes.

La marque, autrefois révolutionnaire, bénéficie d’une aura et d’un rayonnement qui lui permettent d’imposer sa ligne au secteur high-tech tout entier. Mais ces cycles qu’elle impose auront une fin, nos ressources n’étant pas inépuisables. Un processus lourd qui laisse aussi derrière lui des tonnes de déchets.

Car vite achetés, nos biens sont également vite jetés, quelle que soit leur marque : l’argument de durabilité ne tient plus, l’esthétique et la tendance priment. Au final, combien de ces objets tant désirés finiront dans un tiroir – comme 37 % de nos portables – voire pire dans nos poubelles ? Si le recyclage est un moyen de valoriser nos déchets, il ne peut constituer la solution ultime car le taux de recyclage de nos appareils électriques n’est compris qu’entre 50 et 90 %.

Changer la législation pour lutter contre ces dégâts

Des solutions existent pour consommer autrement : donner une seconde vie à nos produits, faire réparer plutôt que jeter, soutenir les réparateurs et valoriser leur savoir-faire, pour une économie utile socialement, qui préserve les emplois et l'environnement.

Pour aller vers ce mode de société soutenable qui permet de réduire notre pression sur les ressources naturelles, et de parvenir à un partage plus équitable des ressources entre tous les êtres humains, les Amis de la Terre appellent les parlementaires et les sénateurs à mettre un terme à l'aberration environnementale et sociale que constitue l'obsolescence programmée.

Face à l’indifférence collective et à l’irresponsabilité de ces entreprises, seule la législation peut permettre la satisfaction de l’intérêt général. Les Amis de la Terre demandent l’adoption d’une loi pour allonger la durée de garantie de 2 à 10 ans sur les biens de consommation, pour imposer aux producteurs de mettre sur les marchés des produits réparables et de garantir la mise à disposition des pièces détachées pour faciliter la réparation dans les dix années suivant l'achat d'un bien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire