Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

5 mars 2013

Belgique : Interdiction des GSM pour les enfants : le gouvernement se fourvoie, selon Comeos, le porte-parole du commerce et des services

Interdiction des GSM pour les enfants : le gouvernement se fourvoie, selon Comeos
par Arnaud Lefebvre, Express.be, 28 février 2013

Comeos [ porte-parole du commerce et des services en Belgique] s’est dit extrêmement étonnée que la ministre de la Santé publique « persiste dans son intention d’interdire la publicité et la vente de certains GSM ». Tous les spécialistes estiment ces mesures inappropriées, estime Comeos.

Demain, le Conseil des ministres devrait annoncer, à l’instigation de la ministre de la Santé publique, des mesures censées « protéger » les enfants contre les effets des communications mobiles. La publicité va être limitée, il sera interdit de vendre des GSM spéciaux pour les enfants et les commerçants seront obligés d’afficher la valeur DAS des appareils (la quantité d’énergie que peut émettre un appareil) dans les magasins.
« Toutes les mesures actuellement sur la table ont déjà été rejetées par le Conseil de la consommation fin 2011 », souligne Dominique Michel, Administrateur délégué de Comeos. « Toutes les parties concernées siègent au sein de ce Conseil – des producteurs aux associations de consommateurs en passant par les commerçants. Dans un rapport clair et bien argumenté, le Conseil avait exprimé à l’unanimité sa réprobation face au projet d’arrêté royal. Nous ne comprenons dès lors absolument pas pourquoi la ministre passe outre cet avis. Cela n’a en tout cas rien avoir avec la santé publique ».

« Je comprends et partage les préoccupations de nos hommes politiques », poursuit D. Michel. « Même s’il n’existe aucune preuve scientifique concluante indiquant que la téléphonie mobile est nocive pour les enfants, nous ne pouvons pas nous permettre de mettre la santé de nos enfants en danger. C’est à juste titre qu’il faut se demander si un enfant de sept ans a besoin d’un GSM. Mais, il ne revient pas aux autorités d’en juger. Laissons aux parents jouer leur rôle, prendre leurs responsabilités et déterminer eux-mêmes ce qui est possible et ne l’est pas. Les pouvoirs publics peuvent et doivent sensibiliser, attirer l’attention des consommateurs sur les risques éventuels. Et surtout, ils ne doivent pas fabriquer de mauvaises lois, difficilement applicables ». L’obligation, par exemple, d’afficher clairement la valeur DAS dans les magasins se heurte, à l’incompréhension des commerçants. Il s’agit du débit d’absorption spécifique, c.-à-d. la quantité d’ondes radio, exprimée en Watts/kg, émises par un GSM et absorbées par le corps. « Cette valeur DAS est loin de faire l’unanimité chez les spécialistes », souligne Dominique Michel. « Un GSM bon marché peut avoir un DAS théorique faible, mais émettre beaucoup plus d’ondes parce que la connexion qu’il établit avec l’antenne GSM est de moins bonne qualité. De plus, les États-Unis appliquent des normes différentes de celles en vigueur en Europe. Or tout le monde s’accorde à dire que lorsque vous fournissez des informations aux consommateurs, celles-ci doivent être claires et incontestables. Ce n’est pas du tout le cas en l’espèce ».

Pour le commerçant, il n’est en outre pas facile d’obtenir cette information auprès des producteurs ou de l’afficher dans les magasins. « Il faudrait à tout le moins une approche européenne, de sorte que les règles du jeu soient identiques pour tous. Une fois de plus, les commerçants belges devront fournir plus d’efforts que leurs concurrents étrangers. De surcroît, rien n’oblige les producteurs à transmettre cette information, mettant le commerçant dans l’impossibilité de contrôler si la valeur DAS qu’il doit afficher est bien exacte ». « Nous investissons volontiers du temps et des ressources humaines pour conseiller nos responsables politiques, mais lorsqu’un rapport du Conseil de la consommation est foulé aux pieds d’une telle façon, nous devons nous poser des questions quant à l’utilité d’un tel investissement. Nous espérons que le Conseil des ministres retrouvera son bon sens ce vendredi », conclut Dominique Michel. « Ces mesures ne tiennent pas la route, comme le Conseil de la consommation l’a clairement indiqué ».

http://www.express.be/sectors/fr/ict/interdiction-des-gsm-pour-les-enfants-le-gouvernement-se-fourvoie-selon-comeos/186811.htm

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire