Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

20 mars 2013

L'Italie et la France : Deux procès des victimes de l'amiante

Le procureur italien Raffaele Guariniello
Deux procès des victimes de l’amiante : Italie : Le parquet de Turin a requis vingt ans de prison contre les deux dirigeants du groupe d’amiante italien Eternit, accusés d’être responsables du décès de milliers de personnes en Italie. France : Récemment, la cour d'appel de Paris a examiné des demandes d'annulation des mises en examen de plusieurs personnes, dont Martine Aubry, poursuivies dans un des dossiers de l'enquête sur le drame sanitaire de l'amiante. "Tous les obstacles ont été mis pour qu'il n'y ait pas de procès pénal de l'amiante". En plus, la juge française Marie-Odile Bertella-Geffroy vient d’être dessaisie du dossier de l’amiante qu’elle a porté pendant 10 ans. C'est une juge très motivée, « tenace, courageuse ». Elle a bataillé sans relâche pour les victimes de l’amiante, du sang contaminé, de l’hormone de croissance.  Un réglement administratif français oblige à changer le dossier de juge tous les dix ans.

Vingt ans de prison requis contre Stephan Schmidheiny
Le Matin, 13 mars 2013

Le procureur du Tribunal de Turin a requis lors du procès en appel vingt ans de prison contre le Suisse Stephan Schmidheiny et le Belge Louis de Cartier, les deux ex-propriétaires du groupe d'amiante italien Eternit S.p.A Gênes 



Le parquet de Turin a requis mercredi vingt ans de prison contre le Suisse Stephan Schmidheiny et le Belge Louis de Cartier lors du procès en appel des victimes de l'amiante. Les deux hommes sont accusés d'être responsables du décès de milliers de personnes en Italie.

Dans son réquisitoire, qui a duré trois heures, le procureur Raffaele Guariniello a parlé d'un «immense désastre». «Nous ne sommes pas en présence d'événements sporadiques, mais de carences structurelles, dues à des choix généraux et des politiques d'entreprise décidées au niveau mondial», a-t-il dénoncé.

Lors du procès en première instance, le parquet avait déjà réclamé vingt ans de prison contre les ex-propriétaires du groupe d'amiante italien Eternit S.p.A Gênes.

Les accusés avaient finalement été condamnés, en février 2012, à 16 ans de prison pour «catastrophe environnementale intentionnelle» et «omission volontaire des mesures anticatastrophe» dans deux des quatre usines transalpines du groupe. Les faits ont été jugés prescrits concernant les deux autres sites.

Le procureur Guariniello a toutefois exigé mercredi que les deux accusés soient aussi condamnés pour les victimes de l'amiante dans ces deux usines, jugeant que «leur responsabilité est encore actuelle».(ats/Newsnet)

http://www.lematin.ch/economie/vingt-ans-prison-requis-stephan-schmidheiny/story/26026803

Amiante : "c'est choquant" 
par Marc-Antoine Bindler avec Chloé Triomphe, Europe 1, 28 février 2013

Les associations de victimes manifestaient leur inquiétude devant la cour d'appel de Paris jeudi.

L'INFO. La cour d'appel de Paris a examiné jeudi des demandes d'annulation des mises en examen de plusieurs personnes, dont Martine Aubry, poursuivies dans un des dossiers emblématiques de l'enquête sur le drame sanitaire de l'amiante. Dans la soirée, la chambre de l'instruction de la cour a mis sa décision en délibéré au 17 mai. Cette audience à huis clos avait débuté devant la chambre de l'instruction alors que plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées à l'extérieur du palais de justice de Paris à l'appel de l'Association nationale des victimes de l'amiante (Andeva).

Une affaire sans procès ? Les victimes ont aujourd'hui l'impression que la justice met tout en œuvre afin qu'il n'y ait jamais de procès dans cette affaire. Michel Parigot est le vice président de l'Andeva, l'association des victimes de l'amiante, il évoquait jeudi "un moment essentiel" dans l'affaire, au micro d'Europe 1.

"La question qui est posée est de savoir si l'on aura un jour un procès pénal", a-t-il estimé en rappelant que cela fait "dix-sept ans que les plaintes ont été déposées et autant d'instruction". "Tous les obstacles ont été mis pour qu'il n'y ait pas de procès pénal de l'amiante", a-t-il déploré.

"Extraordinaire et choquant". "Il est tout à fait normal que les mis en examen demandent l'annulation de cette mesure mais le parquet soutien cette annulation pour tous les mis en examen", a-t-il déploré. "Hors, parmi eux, il y a les principaux responsables de la catastrophe sanitaire : les industriels".

Pour le Michel Parigot, ces industriels "connaissaient tous les dangers et savaient que cela ferait des milliers de morts". "La demande du parquet est extraordinaire et extrêmement choquante", a-t-il asséné. "Si on reproduisait les arguments du parquet dans l'affaire du sang contaminé, le professeur Jacques Roux et le docteur Garetta, qui ont été condamnés, ne seraient même pas mis en examen"

http://www.europe1.fr/France/Amiante-c-est-choquant-1432379/ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire