Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

23 avr. 2017

Neurinome acoustique et téléphone portable : Témoignage


(Mis on-line sur ce blog le 29 mars 2013)

Les études menées sur les tumeurs cérébrales et l'usage durant 10 ans ou plus d'un téléphone mobile donne une tendance cohérente, celle d'un risque accru de gliome (une variété de tumeur cérébrale dérivée des cellules gliales) et de neurinome acoustique (tumeur bénigne du nerf auditif).  
Voir ce témoignage de Margot, qui a eu une tumeur au cerveau (neurinome acoustique) à cause de l'utilisation de son téléphone portable (12 mn - Santépublique Editions - 2011). 

En 2009, le Magazine de la santé a présenté un vidéo sur ce type de tumeur:

Le neurinome de l'acoustique - 10 mn. - 2009
(Cliquez ici:   http://www.youtube.com/watch?v=GzozvEe5-I8)




Lire aussi l’extrait du Rapport BioInitiative 2007 sur les tumeurs cérébrales et neurinomes acoustiques:


TUMEURS CÉRÉBRALES ET NEURINOMES ACOUSTIQUES

• Les études menées sur les tumeurs cérébrales et l'usage durant 10 ans ou plus d'un téléphone mobile donne une tendance cohérente, celle d'un risque accru de gliome (une variété de tumeur cérébrale dérivée des cellules gliales, ndt) et de neurinome acoustique (tumeur bénigne du nerf auditif, ndt).

• L'utilisation d'un téléphone mobile sur 10 ans ou plus donne la tendance cohérente d'un risque accru de gliome et de neurinome acoustique, notamment de gliome de haut niveau. Le risque est le plus haut du côté de l'exposition (ipsilatéral).

• L’utilisation d’un téléphone mobile depuis 10 ans ou plus augmente le risque d'un neurinome acoustique de 30 % (lorsque le téléphone est utilisé des deux côtés de la tête) à 240 % (utilisé habituellement d'un seul côté). Cette information repose sur la méta analyse de plusieurs études de référence. Au sujet des neurinomes acoustiques les études de Lönn et al. (2004), Christensen et al. (2004), Schoemaker et al. (2005), Hardell et al. (2006a), donnent toutes des résultats après une période de latence sur 10 ans ou plus. ( Avec une fiabilité statistique de OR = 1.3, 95 % CI = 0.6-2.8, grimpant à OR = 2.4, 95 % CI = 1.1-5.3 en cas d'utilisation ipsilatérale du téléphone mobile (Lönn et al., 2004, Schoemaker et al., 2005, Hardell et al., 2006).

• Des observations sont venues confirmer l'association mise en évidence entre le neurinome acoustique et l'utilisation d'un téléphone mobile depuis que certaines études ont montré que la tumeur est souvent situé dans une zone anatomique soumise à une haute exposition lors des appels avec un téléphone mobile ou sans fil (Hardell et al. 2003).

• L'utilisation du téléphone mobile durant au moins 10 ans augmente le risque de tumeurs des cellules gliales du cerveau (gliome) de 20 % lorsqu'il a été utilisé des deux côtés de la tête, jusqu'à 200 % en cas d'utilisation d'un seul et même côté (usage ipsilatéral). Ce bilan découle de la méta-analyse de plusieurs études majeures. Pour le gliome OR = 1.2, [95 % CI = 0.8-1.9] a été calculé (Lönn et al., 2005, Christensen et al., 2005, Hepworth et al., 2006, Schüz et al., 2006, Hardell et al., 2006b, Lahkola et al., 2007). L’utilisation ipsilaterale use a rapporté :OR = 2.0, [95 % CI = 1.2-3.4 ](Lönn et al., 2005, Hepworth et al., 2006, Hardell et al., 2006b, Lahkola et al., 2007).

• Un risque accru de neurinome acoustique et de différents degrés de gliome est également associé à l'usage des téléphones sans fil domestique (de type DECT, NdT) (Hardell et al., 2006 a,b).

• L'augmentation du risque de neurinome acoustique lié à l'utilisation durant 10 ans ou plus d'un téléphone sans fil domestique culmine à 310 % lorsque le téléphone est en général toujours utilisé du même côté de la tête. (Hardell et al. 2006a)

• L'augmentation du risque de gliome de degré élevé lié à l'utilisation durant 10 ans ou plus d'un téléphone sans fil domestique est 220% plus élevé quand le téléphone sans fil est utilisé de part et d' autre de la tête, et jusqu'à 470 % plus élevé lorsqu'il a été utilisé toujours du même côté. (Hardell et al. 2006b)

• L'augmentation du risque des gliomes degré II lié à l'utilisation durant 10 ans ou plus d'un téléphone sans fil domestique est 60 % plus élevé lorsque le téléphone sans fil est utilisé de part et d'autre de la tête, et jusqu'à 320 % plus élevé lorsqu'il a été utilisé toujours du même côté. (Hardell et al. 2006b)

• Les normes actuelles portant sur l'exposition aux micro-ondes durant l'utilisation d'un téléphone mobile ou d'un téléphone sans fil ne sont pas efficaces si l'on considère les études portant sur le risque à long terme de tumeurs du cerveau.

http://www.alerte-ondes22.org/index.php/ondes-et-sante/30-rapport-bio-initiative?start=8

5 commentaires:

  1. bonjour,

    Le hasard à voulu que votre article soit publié le jour de mon intervention chirurgical pour m’ôter mon neurinome de l'acoustique (5cm. Je suis très étonné quand à ces études (très intéressantes) puisque mon neurinome s'est développé côté gauche, or j'ai toujours utilisé mon téléphone portable côté droit... Aurais-je loupé une partie de l'un des articles, spécifiant que peut importe où l'on porte l'oreille à son mobile, que les chances de tumeur augmentent?!!!
    Je suis d'accord sur le fait que les ondes ont un impact sur la santé, mais je pense qu'il faut arrêter de tout mettre sur la faute des téléphones portable.

    Cependant je trouve ce site utile pour prévenir et informer.

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Joffrey,

      Mes voeux sincères pour un très bon rétablissement. En fait, dans les deux cas cités (Margot et M. Marcolini), le téléphone portable était le plus souvent utilisé le même côté que le neurinome. Vous avez raison, il ne faut pas tout mettre sur la faute des téléphones portables. Votre commentaire est très apprécié. Prenez bien soin de vous.

      Cordialement, Meris

      Supprimer
  2. bonjour,
    j'ai été opérée d'un volumineux neurinome acoustique stade V
    j'ai travaillé comme standardiste mais avec des téléphone fixe (avec fil et sans) mais pas de portable
    ma tumeur était du côté où je mettais le combiné, hasard? évidence ? mal-chance
    évidement
    que penser ? je ne cherche plus de coupable, j'ai bien assez à faire avec mes séquelles (paralysie faciale, plus d'équilibre, surdité, etc etc)
    courage et bon rétablissement à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Votre témoignage est très apprécié. Comme je l'ai déjà dit, il ne faut pas tout mettre sur la faute des téléphones, mais on doit réfléchir - comme vous l'avez fait, sur son usage, car l'industrie de télécommunications préfèrent nous faire croire que l'usage de ces appareils est sûr quand cela n'a été jamais prouvé, surtout dans le cas du sans fil.

      Prenez bien soin de vous-même.

      Supprimer
    2. les études ayant établi un lien entre exposition au sans fil et tumeurs portaient aussi... sur des téléphones fixes sans fil. Pas uniquement les téléphones portables. Voir http://www.vulgaris-medical.com/dossier-article/impact-de-l-exposition-aux-champs-electromagnetiques-sur-le-systeme-neurologique

      Supprimer