Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

13 mars 2013

Suisse : Le Conseil fédéral sourd à l'agonie des abeilles

La Suisse n’interdise pas certains pesticides nuisibles aux abeilles. Le Conseiller national, Christian van Singer « déplore que le Conseil fédéral préfère privilégier les intérêts de producteurs de poisons plutôt que la santé publique. Il ne s’agit pas de protéger seulement un insecte mais tous les consommateurs. » 

Le Conseil fédéral sourd à l’agonie des abeilles 
par Patrick Chuard avec ATS, Tribune de Genève, 12 mars 2013

Les insectes meurent en masse mais il n’est pas question d’interdire des produits chimiques, ce que l’Europe songe à faire 

Dur réveil pour les abeilles à quelques semaines du printemps. Malgré la mort en masse de milliers de colonies, le Conseil fédéral n’entend pas interdire des produits chimiques soupçconnés de contribuer à leur hécatombe. Motif : les recherches montrent que le tueur en série est un acarien, le varroa, ainsi que l’a rappelé hier le ministre de l’Economie, Johann Schneider-Ammann (PLR).

Les appels du pied au Conseil fédéral se sont pourtant multipliés ces dernières semaines. Greenpeace a déposé le mois dernier une pétition de 80'000 signatures. Pas moins de trois conseillers nationaux ont interpellé le Conseil fédéral. Parmi eux, Christian van Singer (Verts/VD), qui a dans le collimateur les insecticides néonicotinoïdes. L’Union européenne envisage d’instaurer un moratoire de deux ans sur ces produits. Pourquoi pas la Suisse ?

« On n’a pas constaté d’effets de ces produits sur la mort des abeilles », indique Johann Schneider-Ammann. Et de rappeler que « l’utilisation des pesticides incriminés est soumise à toute une série de prescriptions ».

Une autre preuve ? « Les pertes de colonies d’abeilles ne sont pas plus importantes dans les régions de plaine, où l’on utilise les pesticides, que dans les régions de montagne », ajoute le ministre.

La réponse du Conseil fédéral se base sur les recherches menées en Suisse : « Les données récoltées au niveau international tendent à disculper les pesticides. Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas poursuivre les recherches ni qu’il y a aucun effet. On sait que les pesticides ont un grand effet sur les abeilles sauvages, mais il n’est pas prépondérant sur les abeilles mellifères », affirmait l’an dernier un chercheur de l’Agroscope Liebefeld-Posieux (ALP).

Christian van Singer est abasourdi : « Je déplore que le Conseil fédéral préfère privilégier les intérêts de producteurs de poisons plutôt que la santé publique. Il ne s’agit pas de protéger seulement un insecte mais tous les consommateurs. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire