Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

5 avr. 2013

Les dangers des phtalates

Les phtalates : une des facteurs environnementales impliquées dans l’autisme ? Merci à SOS pour un monde meilleur pour cet article. 

Et si nous étions complètement phtalatés?
par SOS pour un monde meilleur, 9 mai 2012

Les phtalates sont un groupe de produits chimiques dérivés (des sels ou des esters) de l’acide phtalique. Ce sel de l’acide phtalique est dérivé lui-même du naphtalène, hydrocarbure aromatique, produit à partir du pétrole ou du goudron de houille, le phtalate est utilisé dans les matières plastiques et notamment le polychlorure de vinyle (PVC).

Nous savons déjà à quel point le naphtalène est dangereux et les hydrocarbures aromatiques aussi...

Cette substance perturbe votre système endocrinien. Les phtalates sont couramment utilisés comme plastifiants des matières plastiques le PVC, pour les rendre souples. Ils rentrent, sous la forme de téraphtalate, dans la composition du PET. Ils sont aussi ajoutés à la nourriture.

Commercialisés à grande échelle depuis plus de 50 ans ils atteignent aujourd’hui plus de 3 millions de tonnes par an, donc pas étonnant que vous les retrouviez partout.

Comme en plus ils sont hydrophobes, c’est-à-dire qu’ils ont une affinité particulière pour les graisses et lipides, ils migrent facilement dans vos cellules graisseuses et y restent au chaud. Ils se retrouveront en grande quantité dans votre circulation sanguine à chacun de vos régimes et variations de poids.

Vous les avalez, vous les respirez (ils se détachent de leurs surfaces) et ils pénètrent dans la peau (vous les appliquez sans cesse avec vos cosmétiques) et se retrouvent dans votre circulation sanguine, au mieux vous les stockez. Comme quoi… on a de quoi faire !

Ils sont de grands perturbateurs endocriniens, que vous retrouverez dans les produits suivants :

A : Applications médicales, adhésifs, aliments, aérosols,
B : Bottes de pluies, baskets,
C : Contenants pour la nourriture, cathéters, colles, cosmétiques, chaussures, cuir synthétique, capsules gastro-résistantes,
E : Emballages alimentaires, encres,
D : Déodorant, détergent,
F : Fragrances, fixatifs pour cheveux,
G : Gels, gants, godémichés,
I : Insecticide
J : Jouets pour enfants
L : Laques,
M : Mousses pour cheveux, médicaments,
N : Nourriture, Nutella,
P : Parfums, produits pour automobiles, produits cosmétiques pour les cheveux et le corps, produits flexibles à base de plastique, pailles,
R : Revêtements intérieurs (sur les planchers bois surcouche, et sur les PVC (lames de planchers plastiques), rideaux de douches, revêtements plastiques,
S : Sacs de sang, savons, sextoys (tous), scoubidous, shampooings, solvants, sirops pour enfants, sirops pour la toux,
T : Tubulures, tissus imperméables, tissus enduits,
V : Vernis à ongles, vibromasseurs,
Z : Zodiac

Bref, une catastrophe, vous voyez ici, que peu de lettres de l’alphabet sont épargnées là encore. Et pourtant, nous ne pouvons pas tout mettre ici, la liste est bien trop longue.

Les dénominations sous lesquelles vous les trouverez sont celles-ci (outre le chiffre 3 qui peut être mentionné pour le recyclage) :

di-2-éthylhexyle DEHP, DOP
di-isononyle DINP
di-isodécyle DIDP
benzylbutyle BBP
dibutyle DBP
diéthyle DEP
di-cyclohexyle DCHP, DCP
di-n-octyle DNOP
diméthyle DMP

Vous pourrez trouver des produits plus inoffensifs si vous découvrez le chiffre de recyclage : 2 – 4 ou 5.

En Europe la réglementation pousse à la diminution de l'utilisation des phtalates, mais ne dispose pas d'un système de contrôle suffisant pour garantir la réglementation elle-même et la sécurité des personnes.

Les effets secondaires connus

Les effets secondaires en laboratoire sur les animaux sont : la baisse de la fertilité, l'atrophie testiculaire, la réduction du poids du fœtus, la mortalité fœtale, et des malformations.

Certains phtalates possèdent également un effet perturbateur endocrinien et peuvent provoquer des anomalies du développement sexuel chez le jeune rat mâle exposé in utero. De plus, il a été enregistré des effets sur le foie, les reins et le système reproducteur mâle.

Ce n'est pas tout, un effet cancérigène est bien connu pour le DEHP (le plus dangereux de nos phtalates, car il en existe vous l’avez-vu plusieurs).

Alors vous allez me dire que c’est chez le rat… oui, mais là, vous allez lire les effets répertoriés chez l’humain :

- Accouchements prématurés
- Anomalies génitales chez les nouveau-nés
- Puberté précoce chez les jeunes filles
- Problèmes de fertilité
- Altération du fonctionnement de la glande thyroïde
- Implication dans le développement du diabète de type 2
- Implication dans l’obésité
- Risques d’allergies et d’asthme
- Cancers

Bien, à partir de là, depuis 1999, l’Europe s’est attaquée au risque que présentent les phtalates pour les jeunes enfants en interdisant la présence de six phtalates dans les jouets et les articles destinés aux moins de trois ans.

Sublime, mais lisez l’ironie de la phrase, à trois ans et un jour, intoxiquez vos enfants gaiement puisque plus rien n’est interdit !

Dans les autres pays, les réglementations diffèrent. L’interdiction totale n’existe pour aucun pays, bien que nombre de chercheurs soient très inquiets de la progression des perturbateurs endocriniens.

Les enfants, les femmes enceintes pour le fœtus sont bien sûr les plus terriblement exposés. Mais vous aussi, chaque jour de votre vie, à chaque instant.

L’exposition environnementale aux pthalates peut provenir du contact direct avec l’air, l’eau ou encore la nourriture.

Les phtalates bloquent l’effet de la testostérone, imitent les œstrogènes et modifient la production d’hormones thyroïdiennes.

La proportion de phtalates peut atteindre jusqu’à 50 % dans certains produits.

L’office fédéral de l’environnement a dénoncé la société Ferrero qui commercialise notre fameux Nutella que vous mangez avec délectation et dont vous inondez votre progéniture, ce Nutella contient le DEHP, le plus dangereux des phtalates. Ferrero reconnait en incorporer mais d’après lui en quantités inoffensives. Sachez Mesdames, Messieurs, qu’en matière de phtalates et encore plus pour le DEHP qu’il n’existe pas de quantité inoffensive !

Les phtalates agissent comme un leurre hormonal et provoquent des dérèglements hormonaux, les chercheurs reconnaissent qu’ils induisent une stérilité de l'homme. Très dangereux pour le fœtus, ils entravent le développement des testicules et entrainent une atrophie testiculaire qui conduira plus tard à la réduction de production de spermatozoïdes.

Une étude en Allemagne sur 600 enfants a prouvé que 100 % d'entre eux avaient dans leur corps des traces de phtalates. Chez tous les enfants, on y retrouve 5 phtalates et chez 20 % des enfants ces phtalates sont en quantité toxique. L'effet d'accumulation et l'effet cocktail des phtalates étant le problème numéro un, nous pouvons considérer que 80 % des enfants absorbent des quantités déraisonnables de phtalates. Quand à nous, n’en parlons même pas.

Les phtalates sont dans vos médicaments ! Ne l’oubliez pas ! Je vous suggère d’aller visiter le site du journal le Monde qui a publié la liste des 400 médicaments contenant des phtalates.

Swissmedic, pour la Suisse, en 2005 a publié un communiqué, reconnaissant la dangerosité des phtalates mais arrivant à la conclusion qu’il était inutile de le retirer des médicaments par exemple.

Alors que faire ? Se mobiliser. Faire pression sur les gouvernements et sur les lobbies. Acheter des produits sans phtalates, préférer le bio y compris en cosmétique. C’est cela faire pression, et c’est également choisir de garder sa santé, le plus longtemps possible.

http://sospourunmondemeilleur.blog.tdg.ch/archive/2012/05/09/et-si-nous-etions-completement-phtalates.html


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire