Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

3 mai 2013

"24 heures sous influences" par Roger Lenglet


Mauvaises ondes en soirée : Wifi, smartphone, télévision… En finançant, eux-mêmes, des études, les grands opérateurs ont entretenu le doute sur les conséquences néfastes des ondes depuis 15 ans. En 2010, l’Agence de sécurité sanitaire (Afsset) reconnaissait que «l’hypothèse de l’implication des [ondes] dans les pathologies neurodégénératives ne pouvait être écartée.» 

LIVRE - Dans «24 heures sous influences», Roger Lenglet dénonce la manière dont les groupes de pression influencent les moindres parcelles de nos existences...
par Vincent Vantighem, 20minutes.fr, 22 avril 2013

«En refermant ce bouquin, soit on s’exile sur une île déserte, soit on se tire une balle…», confie un membre de la maison d’édition. Philosophe, Roger Lenglet a passé plus de trente ans à enquêter sur les lobbys. Dans 24 heures sous influences*, il raconte comment ces groupes de pression ont infiltré les moindres parcelles de nos vies, non sans danger. Morceaux choisis.

>> Retrouvez tous nos articles spécial Journée de la terre par ici.

Du thé aux métaux lourds.

Dès le petit déj’, les lobbys sont présents. Dans les sachets de thé que les industriels gonflent souvent de mauvaises herbes. Et dans le thé lui-même qui a la propriété de capter les métaux lourds tels que le plomb, le cadmium ou le mercure. Dès 1995, unrapport de la direction générale de la Santé dénonçait cette situation. Depuis, il dort toujours au fond d’un tiroir. 

Pas de grève au travail.

En trente ans, le nombre de syndiqués français a été divisé par cinq alors que le nombre de salariés dans les centrales a été multiplié par cinq. Les ressources des syndicats proviennent désormais à près de 50 % des entreprises et à 30 % des collectivités qui «achètent ainsi la paix sociale», selon Roger Lenglet. La France est aujourd’hui l’un des pays les moins syndiqués d’Europe.
Mauvaises ondes en soirée.

Wifi, smartphone, télévision… En finançant, eux-mêmes, des études, les grands opérateurs ont entretenu le doute sur les conséquences néfastes des ondes depuis 15 ans. En 2010, l’Agence de sécurité sanitaire (Afsset) reconnaissait que «l’hypothèse de l’implication des [ondes] dans les pathologies neurodégénératives ne pouvait être écartée.»
Le sommeil du juste ?

Soutenu par celui de la chimie, le lobby de la literie a tout fait pour éviter d’avoir à rendre des comptes sur les étiquettes des matelas. Mais il y aurait en fait, dans la mousse, plus d’une cinquantaine de produits toxiques, responsables, entre autres, de favoriser la maladie d’Alzheimer.

24 heures sous influence de Roger Lenglet (Ed. Bourin) 255 pages - 20 €

http://www.20minutes.fr/societe/1141975-20130421-lobbys-pourrissent-vie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire