Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

27 mai 2013

Nouvelles de Genève: L'interdiction des smartphones en classe


Genève interdit les smartphones en classe
par Matthieu Lemaire, Tribune de Genève, 28 août 2012

Ce lundi, les élèves genevois ont repris le chemin de l'école. Un outil les accompagne de plus en plus: le smartphone. Dont l'usage est strictement interdit durant les cours.

Téléphone intelligent, ordiphone, terminal de poche, ou plus communément appelé: smartphone. En l'espace de quelques années, cet engin a envahi notre quotidien. En classe, les élèves ont du mal à s'en passer.

Mais voilà, dans les établissements de l'enseignement secondaire à Genève, les choses sont claires: l’usage des téléphones mobiles est strictement interdit dans les bâtiments scolaires. Au grand dam de nos écoliers, qui ne résistent pas à la tentation de surfer sur le web en plein cours.

Direction le collège Nicolas-Bouvier, rue de Saint-Jean. Un groupe de 6 jeunes, 2 filles et 4 garçons, prend la pause de midi. Ils sont dans la même classe, en 4ème année de Maturité gymnasiale, et ne trouvent pas anormal d'utiliser leur smartphone en cours: «Tout le monde l'utilise. Quand on s'ennuie, on joue aux applications, on va sur internet, ça permet de passer le temps», affirme David. «Les seuls qui ne se servent pas de leur téléphone sont ceux qui n'en ont pas», surenchérit Juste.

Faire régner l'ordre

Mais quelles sont les sanctions si un jeune brave la prohibition ? «Son téléphone est confisqué. En cas de récidive, l'élève est convoqué avec ses parents au bureau du doyen. Enfin, si l’appareil est utilisé lors d’une évaluation, le collégien écope d’un 0», répond May Piaget, Secrétaire générale adjointe du Département de l’instruction publique genevois (DIP).

Difficile de faire régner la loi. 80% de nos jeunes Helvètes (15-19 ans), ont un smartphone, selon un rapport Comparis de 2012. Un chiffre impressionnant. Et pour cause, seulement la moitié des 40-44 ans possèdent ce type d’appareil. Chez les jeunes, le smartphone supplante même l’ordinateur. Réseaux sociaux, boite mail, plus besoin d'attendre d'être chez soi pour communiquer. Le smartphone remplit ces tâches.

Attention à la dépendance

Alors, que faire pour limiter son usage ? «C’est aux parents de sensibiliser les enfants à l’usage interdit des téléphones mobiles», souligne Mme Piaget. Un avis que partage Anne-Pascale Wüthrich-Godenzi, Présidente de la Fédération des Associations de Parents d'Élèves du Cycle d'Orientation du canton de Genève (FAPECO): «Une fois par an nous donnons des conférences d’information aux parents. L’objectif est de les sensibiliser aux possibles risques des nouvelles technologies pour leurs enfants.» Et il y a urgence. En effet, mis à part le manque d'attention pendant les cours, l'emploi excessif du smartphone peut vite devenir dangereux.

37 000 Suisses âgés de 12 à 19 ans sont accros à leur téléphone intelligent, selon une étude de l’université zurichoise des sciences appliquées (ZHAW). «Chez les jeunes, l'usage du smartphone est devenu si courant, qu'il est très compliqué de faire respecter l'interdit en classe», constate Mme Godenzi. «Nous soutenons un règlement strict, qui permette aux professeurs d'exercer leur métier dans de bonnes conditions.»

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Geneve-interdit-les-smartphones-en-classe/story/10090609

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire