Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

15 mai 2013

Stérilité : Nos gadgets préférés y sont pour beaucoup

"Lettre du jour" paru dans 24heures, journal suisse, "Courrier des lecteurs", 7 mai 2013

A propos de la réflexion de M. François Meylan, Secrétaire général du PDC, canton Vaud, Suisse, intitulée "La stérilité, un problème sanitaire majeur" (24 heures du 15 avril 2013) 

« Il est temps de tirer la sonnette d’alarme sur le problème de la stérilité », écrit M. Meylan. On accuse les perturbateurs hormonaux se trouvant dans les pesticides et les plastiques. Personne n’ose incriminer nos gadgets préférés : smartphones, ordinateurs portables, tablettes… Garder un smartphone allumé dans la poche ou à la ceinture nuit au code génétique et à la mobilité des spermatozoïdes. On irradie les parties sensibles du corps avec des ondes électromagnétiques, classées par l'OMS comme « possiblement cancérigènes ». De plus, un ordinateur portable, tablette ou iPad posés sur les genoux et connectés au wi-fi, qui émet le même type d’ondes, peuvent nuire à la fertilité. L’exposition au rayonnement de ces appareils peut aussi avoir un impact négatif sur la fertilité féminine et augmenter le risque de fausse couche pendant la grossesse.

Des mesures de précaution pour l’usage de ces appareils figurent dans les notices d'emploi, par exemple pour le BlackBerry Torch 9810 Smartphone : « Utilisez le mode mains-libres. Maintenez le terminal BlackBerry à au moins 0,59 pouce (15 mm) de votre corps (cette indication concerne également l'abdomen des femmes enceintes et le bas ventre des adolescents) lorsque le terminal BlackBerry est activé et connecté au réseau sans fil. »

La procréation assistée coûte très cher, parfois 10'000 francs par couple, alors qu'il ne coûte rien d'éloigner un peu le téléphone portable du corps, de limiter son usage, de ne pas tenir les ordinateurs portables sur les genoux, ou mieux, de les utiliser avec une connexion filaire.

Une des meilleures démarches politiques à adopter serait une campagne encourageant les jeunes à prendre de telles mesures de précaution.

par Meris Michaels

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire