Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

19 mars 2014

Des pesticides interdits et des Perturbateurs Endocriniens dans des fraises

On peut trouver des fraises, en provenance d'Espagne, dans les grandes chaînes de supermarchés à Genève !  En dépit d'intenses campagnes de sensibilisation, les gens continuent de les acheter, hors saison et bourrées de pesticides.

Enquête EXPPERT 2 : Des pesticides interdits et des Perturbateurs Endocriniens (PE) dans des fraises.
par Générations Futures, 9 juillet 2013

Les résultats préoccupants de notre enquête montrent la nécessité d’adopter une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens ambitieuse.

Enquêtes EXPPERT.  Afin de montrer l’urgence d’une action préventive forte dans ce domaine des PE, ces substances qui menacent le développement du fœtus et du jeune enfant même à faibles doses, Générations futures a décidé de réaliser une série de plusieurs rapports basés sur des analyses fouillées montrant l’omniprésence de nombreux pesticides PE dans notre environnement engendrant une exposition importante de la population: ce sont nos apports EXPPERT (pour EXposition aux Pesticides PERTurbateurs endocriniens). Parce que les fœtus et les jeunes enfants sont des populations particulièrement vulnérables aux dangers des PE, même à faible dose, notre association a décidé de faire une campagne d’analyse d’un fruit communément consommé par les femmes enceintes ou les jeunes enfants. Nous avons donc choisi de lancer une campagne d’analyses de résidus de pesticides dans les fraises vendues en France (en provenance de France et d’Espagne). Résultats de nombreux PE.

Sur 49 échantillons analysés, 
- 91,83% contenaient un ou des résidus de pesticides et au total, 71,42% des échantillons contenaient des pesticides PE ! (35/49)
- 65,38% des échantillons français ont au moins un résidu de pesticide PE (17 /26)
- 78,26% des échantillons espagnols ont au moins un résidu de pesticide PE (18 /23)

De même, nous avons retrouvé en tout 37 molécules différentes dont 8 Perturbateurs endocriniens différents (chlorpyriphos-ethyl, endosulfan, flutriafol, iprodione, myclobutanil, penconazole, pirimicarb, triadimenol).

A noter que le taux de présence de résidus de la quasi totalité des molécules trouvées était conforme à la norme. Nous n’avons repéré qu’un seul dépassement de Limite Maximale en Résidu (LMR) pour l’acrinathrine soit un taux de non conformité de 2,04%.

Des produits interdits.

Ces analyses ont également révélé la présence de résidus de pesticides interdits ou interdits d’usage sur la fraise dans les pays de production (France ou Espagne). Pesticides interdits en Europe: 

- 2 échantillons français sur 26 (soit 7.69%) contenaient de l’endosulfan, un insecticide organochloré interdit en Europe depuis 2005 et inscrit sur la liste des Polluants Organiques Persistants devant être éliminés au niveau mondial dans le cadre de la convention de Stockholm, convention mise en œuvre sous l’égide de l’ONU.
- 2 échantillons espagnols sur 23 (soit 8.69%) contenaient du carbosulfan, un insecticide interdit en Europe depuis 2007 !

Pesticides d’usage interdit sur la fraise dans les pays de production: 

- 3 autres échantillons français sur 26 (11.53%) contenaient des substances actives (SA) autorisées en France mais pas sur la fraise : 2 contenant de la flonicamide et un l’acétamipride.
- 2 autres échantillons espagnols sur 23 (8.69%) contenaient des SA autorisées en Espagne mais non autorisées sur la fraise : un contenant le spirotetramat et l’autre le dimetomorphe.

« Nous alertons nos dirigeants sur la nécessité de prendre des mesures immédiates et fortes pour réduire l’exposition des populations aux pesticides PE et d’adopter une stratégie nationale sur les PE ambitieuse. » déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures. « De plus, la présence de pesticides interdits en Europe ou sur la culture de la fraise dans plus de 18% des échantillons testés est proprement inacceptable. Là encore, nous attendons une action forte du Gouvernement qui doit faire rapidement cesser cette situation, sur cette culture et sur toutes les autres. » ajoute t’il.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire