Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

30 août 2013

Suisse : Non à la Loi sur les épidémies : Votation fédérale 22 septembre 2013

Pour cela le 22. Septembre 2013 votez NON à la loi révisée sur les épidemies!

Loi sur les épidémies : attention !
Votation fédérale du 22.09.2013

En résumé

Contre les pleins pouvoirs, la mise sous tutelle, les vaccinations obligatoires, la surveillance et l'augmentation des coûts! Pour la défense de notre santé et souveraineté!

Télécharchez la révision totale de la loi sur les épidémies (LEpr), la loi sur les épidémies en vigeur (LEp), et lesexplications du Conseil fédéral avec la touche droite de votre souris.

1. Refus de la dictature sanitaire des grandes compagnies sous le couvert de la protection civile

La LEpr a pour but de prévenir et combattre le déclenchement et la propagation des mala­dies transmissibles. Mais, dévie de manière irresponsable de la cible en mettant les intérêts des grandes entreprises inter­nationales au dessus de ceux de la population en général. C'est la raison pour laquelle nous avons lancé ce référendum.

2. Voulez-vous que le gouvernement fédéral reçoive un pouvoir totalitaire sur nous, citoyens?

En matière de protection contre les maladies transmissibles, l'approche fédéraliste a prouvé que la propre responsa­bilité des citoyens, médecins, municipalités et cantons bien interconnectés nous protège plus efficacement contre des maladies, bien plus que des autorités centralisées le pourraient. Au lieu de ceci, les partisans de la LEpr de manière autori­taire veulent transférer tout le pouvoir aux autorités centralisées (art. 6-7). Entre­prises et autorités natio­nales et interna­tionales sont étroitement imbriqués et obtiennent un pouvoir totalitaire sur nous, citoyens. Voulez-vous aveuglement ac­cepter le risque d'abus de pouvoir - justifié par une "science" pharma­ceutique financée avec des buts lu­cratifs - au détri­ment des contribuables que nous sommes?

3. Voulez-vous être contraints à des vaccinations ordonné par l'OMS?

Conformément à la LEpr, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) peut nous dicter quand de nouveau une pré­tendue pandémie se déclare (art. 6.1.b). Au-delà, le Conseil fédéral s'engage à imposer les mesures obligatoires déter­minées par l'OMS – vaccinations obligatoires (veuillez dispositions pénales) - des «groupes en danger» et des «gens exerçant certaines activités» - infir­mières, policiers, militaires etc. – à apporter à notre pays. C'est à dire: l'OMS constate une «urgence sanitaire» et des compé­tences globales sont transférées! Ici, une séparation des pouvoirs manque. Les conflits d'intérêts ex­hortent à la pru­dence. Rappel: 2009, L'OMS et leurs conseillers, partiel­lement payés par les producteurs de vac­cins, ont proclamé, totalement in­utilement, le niveau le plus haut de pandé­mie grippe porcine. Dans le monde entier, les autorités avaient été acquises à son dictat de dépenser des milliards de recettes fiscales pour les vaccins, lesquels ont en­suite dû être détruits en tant que déchets dangereux par tonnes! Heureusement pour notre population, ceci n'a donné en 2009, aucune vaccina­tion obliga­toire. Et ce statut n'a aucune raison d'être modifié.

4. La mise sous tutelle et la criminalisation du citoyen souverain

Si nous, citoyens souverains, vérifions la «situation particulière» et sans autorisation officielle effectuons une analyse microbiologique pour détecter des «maladies transmissibles» par un laboratoire indépendant, nous sommes punis d'amende (art. 83). Les fabricants de vaccins peuvent-ils nous imposer au travers de l' OMS, quand et pourquoi nous devo­ns nous faire vacciner en Suisse? La crainte d'une pandémie, régulièrement fomentée par les médias n'est pas une rai­son pour octroyer aux puissances étrangères, l'autorité totalitaire sur nous. Laissez-nous préserver nos droits constitu­tionnels et fondamentaux de l'autodétermination et du droit à l'intégrité corporelle!

5. L'irresponsabilité prescrite par la loi de l'industrie pharmaceutique et du corps médical

Avec nos impôts, le Gouvernement fédéral prendrait en charge une partie des éventuels dommages causés à la san­té ré­sultants des vaccinations ordonnées, mais seulement jusqu'à un maximum de CHF 70'000 par personne blessée (art. 65). Le manque de responsabilité est un stimulant pour les fabricants pour fournir des vaccins insuffisam­ment testés; cela in­cite à un risque accru de dommages résultants d'une vaccination obligatoire. Parce que de nom­breux vaccins contiennent des additifs toxiques, les partisans de la vaccination veulent décider eux mêmes quand et pourquoi on vaccine. Sur le site référendaire loi-epidemies-attention.ch vous trouverez des instructions sur la façon de reconnaître les produits douteux. Personne ne doit vous ordonner sous la menace de sanctions de vous faire vacciner avec des poisons comme le mercure/thimérosal (neurotoxine), l'hydroxyde d'aluminium (dégâts cérébraux), le glutamate de so­dium (destructeur du cerveau), polysorbate (infertilité), le formaldéhyde (cancer), l'OCM (tumeurs malignes), nanoparticules (effets inconnus) etc. Notre santé ne doit pas être mise en danger en faveur des intérêts de pouvoir et des profits pharmaceutiques.

6. Si vos données de santé et vos habitudes de voyage venaient à être fichées, partagées et divulguées?

Voulez-vous qu'une base de données de santé nationale et centralisée puissent être confiée aux autorités étrangères (art. 60+62)? Après le secret bancaire, le secret médical cours internationalement à sa perte. En tant que citoyen jouissant d'une répu­tation intègre, vous pourriez, à cause de - éventuellement fausses - données médicales, être détenu par une douane étran­gère, être mis en quarantaine ou être soumis à un traitement médical forcé, et bien plus encore.

7. Non à l'explosion des coûts de la santé! Le LEpr va accélérer la hausse des primes d'assurance de santé. 

Pratiquement, toutes les modifications législatives depuis l'introduction de la Loi sur l'assurance maladie ont inexorablement entraîné une hausse du coût pour nous les citoyen(ne)s et de profits pour l'industrie pharmaceutique. L'obligation de se faire vacciner perment les entreprises pharmaceutiques de vendre leurs vaccins, y compris les frais de publicité obligatoire avec l'argent de nos impôts. De plus le grand public se doit également de prendre en charge les coût élevés liés aux dégats de santé sur un nombre incalculable de personnes.

Pour cela le 22. Septembre 2013 votez NON à la loi révisée sur les épidemies!

Journal de votation: Pour cela le 22.9.13 NON à la loi révisée sur les épidémies

Continuez à lire ici: Un NON clair

File:

LEp_revision_fr.pdf

LEp_en_vigeur_fr.pdf

LEp_revision_message_cf.pdf

Règlement_sanitaire_international_OMS_2005_fr.pdf

Votation-federale-2013-09-22-explications-cf.pdf

http://epidemiengesetz-achtung.ch/fr/en-resum

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire