Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

28 août 2013

Un iPhone consommerait plus d'énergie qu'un réfrigérateur

Un iPhone consommerait plus d’énergie qu’un réfrigérateur, Big Browser / Reporterre, 28 août 2013

"Intelligent", le téléphone, mais gros consommateur d’énergie. Tout comme l’ensemble des "technologies de l’information", qui absorberaient 10 % de l’électricité mondiale, selon une étude de l’industrie charbonnière aux Etats-Unis.

En matière de consommation d’électricité, ce n’est généralement pas aux TIC (technologies de l’information et de la communication) que l’on pense quand il s’agit d’augmenter son efficacité énergétique et de réduire son empreinte carbone. Passant relativement inaperçu, ce secteur est pourtant dévorateur, comme le montre un rapport intitulé The cloud begins with cloud ("Internet commence avec le charbon"), écrit par Mark Mills, PDG du Digital Power Group, un cabinet de conseil en énergie et technologies.

Le rapport, financé par l’Association nationale des mines et la Coalition américaine pour une électricité au charbon propre, vise à montrer que cette industrie florissante exigera une production accrue d’énergie pour bénéficier de ses progrès – énergie issue du charbon, bien sûr, première source d’électricité actuellement aux Etats-Unis. Mais plusieurs médias, comme le Time, se sont surtout intéressés aux informations qu’il livre, au passage, sur la consommation des TIC.

Le document, qui ne lésine pas sur les comparaisons, explique ainsi qu’un iPhone consomme davantage d’électricité qu’un réfrigérateur – 361 kiloWatt-heure [kW-h] par an en moyenne, contre 322 kW-h – en tenant compte des besoins en énergie de sa batterie, du wifi, ou encore des téléchargements et échanges de données (les calculs ne prennent pas en compte, à l’inverse, l’énergie consommée pour produire les aliments stockés dans son réfrigérateur).

Plus globalement, les TIC pèsent, avec 1 500 teraWatt-heure d’électricité consommée par an, pour 10 % de la production mondiale. Soit la production de l’Allemagne et du Japon. Ou, dit encore autrement, l’électricité qui a permis d’éclairer toute la planète en 1985. "On utilise déjà 50 % d’énergie de plus pour faire circuler des octets que pour déplacer tous les avions du monde", rapporte aussi le Time.

Or, face à ce monstre énergivore, les marges de manœuvre sont encore réduites, estime le magazine américain. Car il est plus facile d’augmenter l’efficacité énergétique d’une ampoule ou d’un climatiseur sans en perdre les bénéfices, que celle des appareils informatiques, dont le propre est de tourner en continu. "Des ordinateurs des salles de trading aux centres de données massifs en passant par votre iPhone, il n’y a pas de pause", note le Time.

Sans compter une consommation qui va continuer à croître, du fait d’appareils toujours plus puissants, toujours plus variés, et qui utilisent de plus en plus des technologies sans fil (en wifi ou 3G), plus énergivores. Ainsi, télécharger en streaming un film en haute définition avec un réseau sans fil consomme davantage que de fabriquer et transporter un DVD du même film. Et le nombre d’utilisateurs de ces appareils connectés, qui se sont multipliés par vingt en cinq ans, dépasseront selon le Time le milliard de personnes en 2014.

Source : Big browser
Photo : Horizon durable

Lire aussi : L’Iphone, un désastre écologique

http://www.reporterre.net/spip.php?article4587

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire