Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

7 sept. 2013

Le vaccin contre la grippe n'est pas anodin

Un vaccin qui n’est pas anodin 
par Dr François Choffat, Médecin FMH, homéopathe, (auteur de La grippe ? Pas de panique !)

Commentaire sur l'article paru dans 24heures, journal suisse, 7-8 septembre 2013 "Vaud Futur: Le vaccin universel contre la grippe, c'est pour bientôt" (voir l'article ici).

Il y a trente ans, la grippe passait pour une maladie hivernale banale, sauf pour les personnes âgées, considérées comme plus vulnérables. Mais aujourd’hui, il faudrait vacciner les enfants, les femmes enceintes, et finalement la population mondiale. Cette tendance s’inscrit dans la politique des laboratoires pharmaceutiques en panne d’innovations lucratives. Le marché de la maladie étant moins rentable, ils se tournent vers la population en bonne santé, sous le couvert de prévention. Plus soucieux de formater une nouvelle clientèle que de trouver de nouveaux médicaments, ils consacrent trois fois plus de ressources dans le marketing que dans la recherche.

Parrainés par les laboratoires, les gouvernements et l’OMS ont suscité deux alertes mondiales concernant la grippe. En 2004, c’était pour une forme aviaire qui ne menaçait pas les êtres humains, et en 2009, c’était la pandémie mexicaine dont on savait dès le début qu’elle était particulièrement bénigne. Ces événements ont permis d’exhumer un médicament peu efficace, le Tamiflu, puis de justifier des achats massifs de vaccins.

Le public suisse n’a pas été dupe, mais au lieu de tirer les conclusionns de ces cafouillages, nos autorités ont mitonné une nouvelle loi sur les épidémies qui prévoit de réintroduire des obligations vaccinales. Elle sera soumise au peuple le 22 septembre.

Le vaccin de la grippe n’est pas anodin, il contient des perturbateurs immunitaires capables de causer des maladies sévères. Jusqu’ici, la vaccination n’a guère contribué à diminuer la mortalité due aux complications de la grippe. Les centaines de milliers de morts, qu’on lui attribue chaque année concernent surtout des personnes affaiblies, pour qui elle n’est que la goutte qui noie la dernière étincelle de vie.

Comme seulement 10% des états grippaux sont dus au virus contre lequel on vaccine, on peut penser qu’un nouveau vaccin, même efficace et durable, ne serait pas utile.

1 commentaire:

  1. Ahhh quelle bouffée d'air frais, enfin de la logique et du bon sens en médecine. Dommage que le Dr Choffat ne donne pas le cours de vaccinologie dans toutes les facs de médecine d'Europe et même du monde, ça permettrait d'épargner quantité de victimes inutiles de ces vaccinations aveugles et idéologiques!

    RépondreSupprimer