Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

6 oct. 2013

Suisse : Des citoyens craignent l"'électrosmog"


Au Vernay, le projet d'antenne n'est pas un souhait de la population. Il émane directement de Swisscom, soucieux d'augmenter sa couverture "3G" et "4G". Une amélioration qui ne profitera pas directement aux Glandois puisqu'elle est principalement destinée aux pendulaires qui surpeuplent les trains CFF.

Des citoyens craignent l'"électrosmog"
La Côte, 4 juin 2013

GLAND La nouvelle station doit être construite à quelques mètres du Garage du Vernay. D'après la carte des antennes fournie par la Confédération, une dizaine d'installations sont déjà en service dans la région.

Suite à la mise à l'enquête d'une antenne de téléphonie mobile, une pétition a été lancée.

Le 17 mai dernier, Swisscom rendait publique son intention d'installer une nouvelle antenne de téléphonie mobile en ville de Gland. D'une hauteur de 25 mètres, la nouvelle station sera érigée au numéro 12 du chemin du Vernay, sur une parcelle privée. Selon la cartographie disponible sur le site de l'Office fédéral de la communication, dix antennes destinées au réseau "3G" et "4G" sont aujourd'hui déjà en service sur le territoire glandois.

Dans le quartier concerné, on ne voit pas d'un bon oeil le futur chantier. Depuis une semaine, une poignée d'habitants a lancé une pétition pour dire son inquiétude. Ce n'est pas la problématique esthétique qui est visée mais l'"électrosmog" (ou pollution électromagnétique) et ses conséquences. Maux de tête, insomnies mais aussi cancers, la prolifération des ondes serait responsable d'innombrables troubles. Aujourd'hui, difficile de se prononcer clairement sur la question: certaines études attestent, d'autres réfutent.

Peur et incompréhension

" Mon lieu de travail se trouve à 3 mètres de la future antenne. J'y passe entre 9 et 12 heures par jour, d'où mon inquiétude. " Michaël Bill travaille au Garage du Vernay. Il est l'un des initiateurs du mouvement d'opposition. En raison de sa proximité avec la future antenne, il se sent particulièrement concerné. Mais s'il craint pour sa santé, il s'inquiète également pour celle des autres habitants du quartier. Les enfants, tout particulièrement. " Il y a des places de jeu aux alentours mais aussi le Colibri, une crèche-garderie ", indique-t-il.

En outre, aux dires du garagiste, les habitants du quartier peineraient à comprendre les raisons qui poussent Swisscom à installer une nouvelle station. " Aux alentours, la couverture réseau est totale ", affirme-t-il. Dans leur démarche, les pétitionnaires mettent également le doigt sur la communication de Swisscom qu'ils jugent " mauvaise ": ils déplorent que l'opérateur ne les ait pas avertis plus tôt.

Du côté de la Municipalité, on ne se réjouit pas forcément non plus d'un tel projet. " Nous avons envoyé plusieurs courriers à Swisscom pour voir si une telle installation était réellement justifiée ", explique Thierry Genoud, municipal en charge de l'Urbanisme. Le problème, c'est qu'en Suisse les opérateurs émettent à des puissances très faibles. Du coup, ils sont obligés de multiplier les antennes. Comme il s'agit d'installations et non de constructions, il n'y a pas de règlement particulier sur la question au niveau communal. "

Du web pour pendulaires

Porte-parole de Swisscom, Christian Neuhaus est un habitué des oppositions. " Cela arrive fréquemment. Pratiquement à chaque nouvelle installation d'antenne." Lorsque l'opérateur décide de construire une nouvelle station, la procédure est la suivante. " Il y a deux cas de figure: soit Swisscom remarque qu'il y a un "trou" réseau à un endroit donné, soit des gens se manifestent directement pour nous le faire savoir. Nous partons alors à la recherche d'un terrain. On contacte des propriétaires. La Municipalité n'est pas forcément avertie de ces démarches. Nous communiquons généralement après la fin de la mise à l'enquête".

Au Vernay, le projet d'antenne n'est pas un souhait de la population. Il émane directement de Swisscom, soucieux d'augmenter sa couverture "3G" et "4G". Une amélioration qui ne profitera pas directement aux Glandois puisqu'elle est principalement destinée aux pendulaires qui surpeuplent les trains CFF. " Il y a beaucoup de trafic à cet endroit. A chaque passage de train, ce sont des centaines de personnes qui surfent sur leur smartphone ou leur ordinateur. " Si le nombre d'oppositions au projet est important, Swisscom mettra sur pied une réunion d'information destinée aux habitants, études à l'appui. Il faudra attendre le 16 juin, date de fin de la mise à l'enquête, pour connaître le nombre de voix opposées au projet.

Limitations helvétiques

En Suisse, c'est l'Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non-ionisant (ORNI) qui régit les émissions électromagnétiques. Le règlement est en vigueur depuis le 1 er février 2000. Il contrôle le rayonnement émis par les installations stationnaires telles que les lignes à haute tension, les antennes de téléphonie mobile ou encore la radiodiffusion. La limite est fixée à 5,5 volts par mètre. Une valeur relativement basse par rapport aux autres pays européens.

http://www.lacote.ch/fr/regions/gland/des-citoyens-craignent-l-electrosmog-587-1191334



acg-gland.ch, 18 septembre 2013

"Nous n'avons encore rien décidé"
acg-gland.ch, 18 septembre 2013

L'Exécutif affirme ne pas avoir statué sur le projet d'antenne au Vernay.

Thierry Genoud, municipal en charge de l'Urbanisme, a tenu à réagir à la suite de la parution hier dans nos pages du compte rendu de la séance d'information donnée par Swisscom jeudi dernier. Injoignable au lendemain de cette réunion, il souhaite aujourd'hui corriger le tir sur un point précis: " La Municipalité n'a pas encore délivré de permis de construire pour l'antenne du Vernay. "

Lors de cette séance qui se tenait dans les locaux de Montoly, l'un des représentants de l'opérateur avait affirmé que le projet d'antenne était approuvé. En tenant de tels propos, il semble que ce dernier se soit permis de prendre un raccourci. " Vu le grand nombre d'oppositions rencontrées par le projet, la Municipalité a demandé à Swisscom d'informer les citoyens, poursuit Thierry Genoud. Suite à cette réunion, nous devons maintenant encore consulter les opposants et Swisscom. Si les habitants ne retirent pas leurs oppositions, alors la Municipalité devra effectivement statuer sur la question. Mais à ce jour, nous n'avons encore rien décidé. "

Les représentants de Swisscom mais aussi les habitants du Vernay avaient regretté que la Municipalité ne se soit pas déplacée. Thierry Genoud s'explique. " Nous n'allons jamais dans ces réunions. Cela ne servirait à rien. Car au moment où elles ont lieu, la Municipalité n'a généralement pas encore pris de décision. "

Par AGO

http://www.acg-gland.ch/media//DIR_16801/440f2942f5cfa5cffff809aa426365.pdf








 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire