Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

16 déc. 2013

Protégeons les abeilles

Il est temps de prendre des mesures concrètes pour
protéger les abeilles.  
©Greenpeace/Kirchhof
Protégeons les abeilles
Greenpeace Suisse, 16 décembre 2013

Greenpeace et 5 organisations se mobilisent contre les tueurs d'abeilles

Greenpeace International, la coordination apicole européenne Bee Life, Pesticides Action Network Europe, ClientEarth, Buglife et SumOfUs, vont faire la demande d'intervenir auprès de la Cour de justice européenne dans l'examen du litige opposant les entreprises Bayer et Syngenta à la commission européenne à propos de sa décision d'interdire 3 insecticides nocifs pour les abeilles. 

Les 6 organisations souhaitent défendre cette interdiction contre la demande d'annulation formulée par Syngenta et Bayer.

Cette interdiction, qui est entrée en vigueur le 1er décembre 2013, concerne 3 pesticides de la famille des néonicotinoïdes: le thiaméthoxame produit par Syngenta, l'imidaclopride et la clothianidine produits par Bayer. La commission européenne fonde sa décision sur un avis de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui a souligné la menace posée par les néonicotinoides sur les abeilles. Cette interdiction bénéficie, en outre, du soutien politique d'une majorité des gouvernements européens.

Le directeur de la politique agricole de l'Union européenne, Marco Contiera a affirmé: "Cette interdiction est un tout premier pas effectué pour protéger les abeilles en Europe. Elle est pleinement justifiée d'un point de vue scientifique, est fondée juridiquement et vise à protéger l'intérêt général des Européens et l'environnement. Cette mesure doit être défendue contre le comportement agressif de Syngenta et Bayer qui privilégient leurs intérêts privés au détriment de l'environnement."

Greenpeace International publie également aujourd'hui les résultats d'une étude scientifique pilote s'intéressant à une voie de contamination des abeilles peu étudiée par la recherche scientifique: le liquide de guttation. Ce liquide, sécrété par les plantes à l'extrémité de ses feuilles, est consommé par les abeilles pour répondre aux besoins en eau individuels ou de l'ensemble de leur colonie.

Greenpeace International a testé le liquide de guttation de maïs traité avec les insecticides thiaméthoxame et clothianidine - tous les deux concernés par l'interdiction européenne. Ces tests révèlent que ces liquides contiennent une concentration en néonicotinoides similaire ou supérieure aux niveaux d'incorporation recommandés pour les insecticides de pulvérisation commercialisés sur le marché.

Matthias Wüthrich, responsable européen du projet abeilles à Greenpeace Suisse a déclaré: "La recherche scientifique sur les voies d'exposition des abeilles aux néonicotinoides est toujours largement insuffisante. Mais maintenant, nous savons que les abeilles pourraient être contaminées par ces insecticides en buvant le liquide de guttation. Il s'agit d'une nouvelle voie d'exposition qui s'ajoute aux risques déjà inacceptables liés aux néonicotinoides. Cela signifie que l'interdiction actuellement en vigueur est non seulement justifiée, mais qu'elle doit être renforcée et élargie."

Plus d'informations

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire