Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

28 avr. 2014

Suisse : Echange de lettres avec la Poste Suisse concernant de la publicité au CanalPoste : l'utilisation d'un téléphone portable par un jeune enfant

Lettre adressée à Madame Susanne Ruoff, Directrice générale, Poste CH SA, Berne
Genève, le 8 mars 2014

Madame,

Nous étions très gênés par la publicité au CanalPoste, affichée probablement à chaque Poste en Suisse romande, d’un enfant, âgé de moins de 5 ans, qui colle un téléphone portable contre son oreille. Il s’agit de la publicité pour consulter la prévision Météo par téléphone.

Il envoie le message aux consommateurs que c’est sûr pour les jeunes enfants d’utiliser cette technologie. En fait, l’utilisation d’un téléphone portable expose les enfants aux dangers des rayonnements électromagnétiques : tumeurs au cerveau, atteinte de la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau des substances toxiques, problèmes de comportement. Les crânes des enfants sont plus petits et fragiles et absorbent plus de rayonnements. L’utilisation de téléphones portables par de très jeunes enfants facilite au cours de leur vie une accumulation de rayonnements beaucoup plus grande que celle des adultes, ce qui pourrait augmenter significativement le risque qu’ils développent des tumeurs cérébrales.



Presque tous les manuels d'utilisation de téléphone portable conseillent de garder une certaine distance entre le téléphone mobile et le corps, par exemple, le manuel Blackberry dit:

« Utilisez le mode mains-libres. Maintenez le terminal BlackBerry à au moins 0,59 pouce (15 mm) de votre corps (cette indication concerne également l'abdomen des femmes enceintes et le bas ventre des adolescents) lorsque le terminal BlackBerry est activé et connecté au réseau sans fil. »

La Ligue suisse contre le cancer met en garde contre l’utilisation du téléphone portable qui émet le rayonnement électromagnétique :

« En mai 2011, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les champs électromagnétiques de haute fréquence comme «peut-être cancérogènes» (groupe 2B). Un groupe de travail constitué de plus de trente scientifiques a évalué six études épidémiologiques, plus de quarante études chez l’animal et plusieurs études portant sur les éventuels mécanismes de la genèse du cancer.

« Les experts sont arrivés à la conclusion que les études épidémiologiques portant sur les tumeurs cérébrales chez les utilisateurs de téléphone mobile montrent un risque limité que ceux-ci soient davantage touchés par le gliome (tumeur cérébrale la plus fréquente chez l’adulte) et le neurinome de l’acoustique (tumeur du nerf qui assure l’audition et participe à l’équilibre).

« Cette classification par l’OMS, ainsi que les incertitudes concernant les effets à long terme et les risques éventuels pour les enfants et les adolescents, incite la Ligue suisse contre le cancer à recommander de ne s’exposer aux champs électromagnétiques de haute fréquence qu’avec retenue. »

La Ligue, ainsi que l’Office fédéral de la santé publique, recommande, entre autres, de réduire à un minimum l’exposition personnelle au rayonnement en utilisant un dispositif mains libres pendant que l’on téléphone avec un portable.

La Swiss-Re classifie le rayonnement de la téléphonie mobile comme « risque potentiellement éleveé (plus de 10 ans)». (page 11, Swiss-Re-SONAR de juin 2013.)

En Belgique, à partir du 1er mars 2014, un arrêté royal interdit toute publicité relative à l'utilisation des téléphones portables destinés aux enfants âgés moins de 7 ans. En France, une proposition de loi votée récemment par l’Assemblée nationale interdit toute publicité pour les téléphones portables et les tablettes ciblant les moins de 14 ans. Les fabricants des téléphones portables devront préconiser l’usage d’un kit mains libres.

Il est temps que les entreprises et les consommateurs soient informés sur les risques des rayonnements électromagnétiques et les mesures de précaution à prendre, surtout pour protéger la santé des jeunes enfants.

Je vous remercie pour votre attention et vous prie de croire, Madame, à l’assurance de mes sentiments distingués.

Meris Michaels
Membre du Comité de l’ARA (Association Romande Alerte – www.alerte.ch

Copie à :
Mme Zeynep Ersan Berdoz, Directrice des rédactions, Bon à Savoir
Dre Yvonne Gilli, Conseillère nationale, Parlement Suisse

Réponse de Madame Ruoff :
Berne, le 8 avril 2014

Madame,

Nous vous remercions de vos commentaires.  Nous sommes en permanence à l'écoute des réactions de nos clients.  Cela nous aide à développer l'offre de la Poste et à toujours mieux l'ajuster aux besoins de nos clients.

Dans 250 de nos offices de poste, nous offrons à nos partenaires, sous l'intitulé CanalPoste, la possibilité de promouvoir des produits et services sur des écrans publicitaires.  Cette publicité partenaire représente pour la Poste une contribution bienvenue au financement du réseau des offices de poste.  Bien entendu, des régles strictes sous-tendent la publication des contenus.  Nous n'acceptons, par exemple, aucune publication de contenues politiques ou religieux.  En outre, la diffusion de contenus trompeurs ou illégaux n'a pas de place sur CanalPoste.

Dans le cas présent, il s'agit d'un spot publicitaire de l'Office fédéral de météorologie et de climatologie (Département fédéral de l'intérieur) relatif aux conseils météo personnels par téléphone de MétéoSuisse.  Bien que son contenu ne constitue pas une violation de nos principes, nous avons tenu à discuter de votre réaction avec notre partenaire.  Votre critique a été entendue par MétéoSuisse.  On nous a également informés de l'intention de renouveler prochainement ce film publicitaire.

En tant qu'entreprise appartenant à la Confédération, nous portons une grande responsabilité, en particulier au regard de la société.  Nous continuerons par conséquent d'être attentifs aux contenus externes diffusés via CanalPoste dans nos offices de poste.

Meilleures salutations,

La Poste Suisse SA
Susanne Ruoff
Directrice générale



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire