Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

17 juin 2014

France : A Maing, l'antenne relais qui sera érigée près du carré musulman crée la zizanie

Jean-Claude Reziga et son association Maing sur le coeur
s'opposent au projet d'implantation d'une antenne relais
de Bouyghes Telecom près du cimetière de Maing.
À Maing, l’antenne relais qui sera érigée près du carré musulman crée la zizanie
par Cécile Thiébaut, lavoixdunord.fr, 
15 juin 2014

Et revoilà un projet d’antenne relais à Maing. Et comme en juin 2011, il suscite une levée de boucliers. Une pétition a déjà récolté 300 signatures. Tandis que le maire dénonce «une attaque politique», Jean-Claude Reziga et son association Maing sur le cœur fustigent, eux, «le non-respect d’un lieu de recueillement».

« C’est un lieu solennel, on ne touche pas à un cimetière ». Le Maingeois Jean-Claude Reziga n’en décolère pas. Depuis qu’il a appris le projet, via l’affichage aux portes du cimetière, mi-avril, de la déclaration préalable aux travaux, il est parti en croisade, et a créé Maing sur le cœur. Une association (dont les statuts sont en cours de dépôt à la préfecture) qui compte une quarantaine d’adhérents, et un blog. Un outil de propagande politique, selon le maire (lire sa réaction ci-après). Un moyen d’informer – de « désinformer », dit Philippe Baudrin –, les gens sur des dossiers sensibles, observe-t-on. Jean-Claude Reziga, qui est aussi membre de l’Association de sauvegarde du patrimoine maingeois, évoque aussi, sur le blog, le stockage (polémique, là encore) des boues (réputées toxiques) du canal de Condé-Pommeroeul, à Maing toujours.

Il informe, carà ses yeux, la municipalité a manqué de transparence, d’autant plus qu’au vu du tintamarre de 2011, elle savait le dossier sensible. « Quand les sujets concernent tous les habitants, il faut en parler, faire un référendum », estime-t-il. « Et ce n’est pas seulement parce que mes parents sont enterrés là… (au carré musulman) », lâche-t-il. « Qu’importe les confessions, tout le monde est concerné », ajoute Corinne Lefebvre, également membre de l’association. Tous deux désignent le bout de terrain (quelque 63 m2) qui servira d’emprise à l’antenne de 30 mètres prévue par Bouygues Telecom, sur la parcelle limitrophe au cimetière, à deux pas du carré musulman. Une parcelle de 3300 m2, qu’avait rachetée la ville à des agriculteurs, il y a quelques années, prévoyant alors l’extension du cimetière.

Des habitations pas loin

Maing sur le cœur – qui a écrit, fin mai, au maire, à la députée-maire de Denain Anne-Lise Dufour, au conseiller général Norbert Jessus, au sous-préfet, au préfet et au ministre des Anciens combattants (sans obtenir la moindre réponse) – fait aussi valoir la proximité immédiate du cimetière anglais, mais aussi celles des habitations de la résidence Edmond-Cher (à 200 mètres), de la rue Vanderbecq et un peu plus loin, de la résidence du Franc-Manteau. Pour se faire entendre, Jean-Claude Reziga pourrait « organiser un rassemblement jusqu’à la préfecture de Lille » . Comme celui de 2011. Affaire à suivre.

Le maire : «Je privilégie les vivants aux morts»
La réaction du maire de Maing, Philippe Baudrin.

– De quel œil voyez-vous cette mobilisation ?

« Ça me fait rire… Ces gens émanent de la liste d’opposition (emmenée par Richard Preuvot, elle a finalement obtenu 5 élus en mars dernier). Corinne Lefebvre a même démissionné au bout de quinze jours ! (Jean-Claude Reziga, lui, n’avait pas été élu). Pour moi, c’est une association à but politique, qui mène une campagne de désinformation, à la limite même de la calomnie, au vu de ce qu’ils ont publié sur leur blog, avant de l’effacer… »

– Comment se sont passées les négociations avec Bouygues ?

« J’avais soutenu à l’époque la mobilisation contre Orange, mais le sous-préfet, depuis, nous pressait pour qu’on trouve une solution avec les opérateurs… J’ai résisté pendant vingt ans, mais au final, j’ai été obligé de négocier… Un agriculteur s’est dit intéressé pour mettre une antenne près de son hangar (celui qu’on aperçoit depuis le carré musulman). Mais c’était pour embêter son frère (l’embrouille a fini au tribunal). Pour moi, il est dès lors apparu important de maîtriser le foncier, pour que cela ne se fasse pas n’importe où… Gouverner, c’est prévoir. Bouygues voulait le faire plus près du Franc-Manteau, mais j’ai mis mon veto, et j’ai proposé cet endroit, le plus éloigné des habitations. Il faut savoir qu’un privé était prêt à l’accueillir près de la maison de retraite ! Mais moi, je privilégie les vivants aux morts ! ».

– L’association dénonce un manque de transparence…

« Le sujet avait été débattu en conseil municipal, et le choix adopté à l’unanimité. Ces gens de l’opposition ne peuvent pas dire qu’ils ne savaient pas ! Il y a eu une enquête publique avec affichage dans les commerces et par voie de presse. Le commissaire-enquêteur s’est déplacé plusieurs fois en mairie pour recueillir les avis des Maingeois… »

– L’association peut-elle remettre en cause le projet ?

« Vous voulez rire… Le délai de recours est aujourd’hui dépassé, et je ne répondrai pas à une association qui n’a pour moi, aucune légitimité ».

Une deuxième antenne près du pont de Trith

Plus bas, près du canal de l’Escaut et le pont de Trith, sur des terrains appartenant aux Voies navigables de France, une seconde antenne relais devrait être aussi érigée. Un projet d’Orange, nous a confirmé le maire. L’opérateur n’a décidément pas été échaudé par la forte mobilisation de juin 2011 qui était parvenue à faire avorter son premier projet – il s’agissait alors d’une antenne de 20 mètres, non loin de l’école et au cœur du village.

http://www.lavoixdunord.fr/region/a-maing-l-antenne-relais-qui-sera-erigee-pres-du-ia27b36925n2210449

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire