Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

31 juil. 2014

Québec : Compteurs intelligents : "Pour nous, électrosensibles, ça ne sera plus sortable!"

Electrosensible, Dominique Brillon a envoloppé son nouveau
compteur intelligent de six couches d'aluminium et d'une
moustiquaire.  Et elle affronte le monde extérieur avec des
vêtements faits de fils d'argent. (Le Soleil, Erick Labbé)
Merci, Dominique.  Il nous faut plus de témoignages d'électrosensibilité, comme le vôtre.

Compteurs intelligents: «Pour nous, électrosensibles, ça ne sera plus sortable!»
par Annie Mathieu, Le Soleil, 31 juillet 2014

(Québec) Jusqu'à l'été 2010, Dominique Brillon était «pétante de santé». Professeure en danse, elle faisait jusqu'à 24 heures d'exercice par semaine. Mais soudainement, la résidente de Charlesbourg est devenue si malade qu'elle en a fait une dépression.

Migraines, palpitations cardiaques, fatigue continuelle, hypertension, troubles cutanés : la liste de ses symptômes était longue. Pendant 19 mois, elle a fait une batterie d'examens sans que les médecins puissent déceler l'origine de la détérioration rapide de sa santé. «J'étais bourrée de médicaments», se souvient-elle.

Puis, en février 2012, Mme Brillon a lu sur Internet un article sur les compteurs d'Hydro-Québec qui pouvaient rendre malade. C'est là qu'elle a compris que celui qui avait été installé chez elle à la suite de travaux était la cause de tous ses maux qui portent un nom : l'électrosensibilité. La société d'État avait remplacé son compteur à roulette par un nouveau qui émet des radiofréquences, les premiers à apparaître au Québec.

À la suite des conseils de Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique, elle a enveloppé son compteur de six couches d'aluminium et d'une moustiquaire, si bien que celui-ci a désormais l'apparence d'une énorme pomme de terre au four.

Puis, pour éloigner les ondes provenant d'autres sources comme ceux du Wi-Fi de son voisin ou des 213 antennes de son quartier, elle a repeint tous les murs de sa résidence avec une peinture au graphite. Elle a aussi «mis à terre» toutes les pièces avec du ruban qui redirige le «mal» vers le sol et posé des moustiquaires aux fenêtres. Le total de la facture? Environ 8000 $.

Mais Dominique Brillon est confinée chez elle, ou encore dans son studio de danse, qu'elle a aussi blindé. «Quand je suis dans ma maison, je n'ai aucun problème de santé. Dès que je sors, en cinq minutes, mes doigts commencent à fendre et à saigner», relate celle qui s'est procuré des vêtements faits de fils d'argent pour affronter le monde extérieur. La femme de 56 ans porte même un voile pour couvrir son visage. Son fils de 14 ans est aussi électrosensible. Parce que les classes sont munies de tableaux intelligents et d'une foule d'autres appareils, elle songe même à lui faire l'école à la maison.

Évidemment, la représentante du groupe Refusons les compteurs pour la région de Québec craint l'arrivée des nouveaux appareils en ville, encore plus puissants selon elle que celui qui a bouleversé sa vie. «Pour nous, électrosensibles, ça ne sera plus sortable!» s'exclame celle qui dit avoir depuis développé une intolérance à tout ce qui émet des ondes. «J'aurais préféré un verdict de cancer généralisé. On m'aurait plus épaulé», conclut tristement Dominique Brillon.

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201407/31/01-4788099-compteurs-intelligents-pour-nous-electrosensibles-ca-ne-sera-plus-sortable.php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire