Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

16 juil. 2014

Suisse: La Confédération vend une part de Swisscom

La Confédération est à la fois le propriétaire et le régulateur du marché.   Elle reste actionnaire majoritaire de Swisscom.  Le porte-parole de Swisscom, Christian Neuhaus, a indiqué, "L'essentiel pour Swisscom est que l'entreprise continue de bénéficier de sa liberté operationnelle."  

La Confédération vend une part de Swisscom
Tribune de Genève, 24 janvier 2014
(Voir aussi l'article paru dans le Journal du Jura.)

Toujours actionnaire majoritaire, la Confédération fait une entrée de 13 milliard de francs

La Confédération va engranger 1,247 milliard de francs grâce à une vente de ses parts dans Swisscom. Le Conseil fédéral a annoncé avoir réduit à la fin de 2013 la participation de l'Etat fédéral au capital de l'ex-régie de 56,77 à 51,22%, tout près du minimum légal.

Le produit de la vente viendra alimenter les finances fédérales en tant que recette extraordinaire.  La Confédération a mené plusieurs fois des opérations semblables par le passé.  Mais une limite lui est encore imposée par la loi: elle doit rester actionnaire majoritaire du géant bleu.


Il y a une dizaine d'années, alors que le radical Hans-Rudolf Merz était ministre des Finances, le Conseil fédéral avait souhaité se désengager totalement de l'entreprise de télécommunications.  Cette privatisation, soutenue par le PLR et l'UDC, a toutefois fait chou blanc devant le Parlement.  Depuis, le dossier est au point mort.

L'actuelle grande argentière, Eveline Widmer-Schlumpf, s'expliquera sur la réduction de participation dans le capital de Swisscom lorsqu'elle présentera les comptes 2013 de la Confédération à la presse le 12 février, précisent ses services.

Lé géant bleu affirme de son côté que l'opération ne change rien a priori.  Son porte-parole, Christian Neuhaus, note que l'Etat constitue un actionnaire majoritaire idéal dans les conditions actuelles.

L'essentiel pour Swisscom est que l'entreprise continue de bénéficier de sa liberté operationnelle, a indiqué Christian Neuhaus.  En ce qui concerne un éventuel désengagement de la Confédération en tant qu'actionnaire majoritaire, il s'agit là d'une question politique...

ATS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire