Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

28 août 2014

L'agence américaine de santé publique (CDC) appelle à la précaution dans l'usage du portable... avant de se rétracter en grande partie

L'agence américaine de santé publique appelle à la précaution dans l'usage du portable... avant de se rétracter en grande partie.
Robin des Toits, 26 août 2014

Le réseau des CDC (Centers for Desease Control and prevention), la principale agence chargée de la santé publique aux Etats-Unis, avait publié autour du 9 juin 2014, dans sa "foire aux questions" (FAQ) la mention suivante : "à l'instar de nombreuses organisations à l'échelle mondiale, nous recommandons la précaution dans l'usage du téléphone portable" ; elle continuait en appelant à davantage de recherche sur le sujet.

Les médias ont mis quelque temps à découvrir cette publication ; quand ils se sont rapprochés de l'agence, celle-ci n'a pas souhaité répondre ou commenter.

Mais peu après que les médias ont tenté de contacter l'agence, le 20 août, la mention a disparu et a été remplacée par le texte suivant : "il n'y a pas de démonstration scientifique donnant une réponse définitive à la question des liens entre téléphone portable et cancer. Certaines organisations recommandent la précaution dans l'usage du téléphone portable. Davantage d'études sont nécessaires".

Les électrosensibles

Ce reportage est accompagné par les photographies du genevois Jean Revillard. On peut regarder les photos avec légendes on-line.

Les électrosensibles
par Luc Debraine, L’Hebdo, 21 août 2014




BERNADETTE TOULOUMOND 
Les médecins ne s’expliquaient pas pourquoi l’ex-hôtesse de l’air voyait sa santé se dégrader, entre douleurs à la jambe, problèmes digestifs et intense fatigue. Un soir, le doute n’est plus permis: après s’être forcée à travailler plusieurs heures sur l’internet, elle est victime d’une crise de douleurs aiguës accompagnées d’acouphènes. © Jean Revillard


Reportage. Le photographe de l’agence Rezo Jean Revillard a accompagné les malades des ondes électromagnétiques dans leurs « zones blanches », territoires sauvages de la Drôme et des Hautes-Alpes encore vierges d’antennes-relais, transformateurs ou wifi.

14 août 2014

Suisse : A Zurich, le premier refuge européen pour électrosensibles


Il semble que ce site est pollué par le rayonnement des antennes de la téléphonie mobile.  Cependant, cet article décrit bien les souffrances des personnes vivant avec les sensibilités chimiques et électromagnétiques.

A Zurich, le premier refuge européen pour électrosensibles
par Solène Cordier, Le Monde,
12 août 2014

A première vue, rien ne distingue cet immeuble d'habitation de la banlieue de Zurich de ceux qui l'entourent. Situé sur les hauteurs du tranquille quartier de Leimbach, ses murs couleur sable sont entourés d'un vaste jardin aux herbes folles. Les grands arbres de la forêt d'Entlisberg, perchés sur la montagne avoisinante, étendent leur ombre rafraîchissante sur les environs.

C'est en raison de ce cadre privilégié que le bâtiment, destiné à accueillir des personnes souffrant d'hypersensibilité chimique multiple (MCS) et d'électrosensibilité, a été construit là. « Cinq lieux étaient à l'étude au départ, confie Christian Schifferle, à l'initiative du projet. Des mesures ont permis de savoir que ce site était très peu irradié grâce à la montagne toute proche, qui offre un cadre protecteur. » L'absence d'antennes était aussi un préalable à la construction, ainsi que la qualité de l'air.

9 août 2014

Les vrais dangers du téléphone portable ou comment la presse fait la propagande d'un gadget de destruction massive

Tandis que quelques volatiles grippés, en février 2006, firent confiner illico toutes les basses-cours françaises, les enfants victimes des antennes-relais sur leurs écoles à Lyon ou à Saint-Cyr-l'Ecole depuis une décennie, atteints de lymphomes, de tumeurs au cerveau, de leucémies, n'ont déclenché ni révolte ni affolement chez les abonnés du portable. La vie d'une dinde importe plus à l'opinion que celle d'un gamin...

On ne peut pas avoir le portable ET la santé, la sauvegarde de la planète, l'autonomie individuelle, la protection de la vie privée…


Les vrais dangers du téléphone portable ou comment la presse fait la propagande d’un gadget de destruction massive
par Pièces et Main d’Oeuvre, 29 septembre 2008

"Nous n'avons rien contre le téléphone portable". Riverains opposés aux antennes-relais, journalistes "enquêteurs", associations "citoyennes" : chacun s'inquiète des effets du téléphone portable, personne n'a rien contre l'objet lui-même. Nous, c'est le contraire. Ayant démonté les ravages sociaux, environnementaux, politiques, humains, de ce "gadget de destruction massive", nous avons tout contre le téléphone portable. Question de logique. On ne peut pas avoir le portable ET la santé, la sauvegarde de la planète, l'autonomie individuelle, la protection de la vie privée.

Orange, Nokia, STMicroelectronics et le Mobile Manufacturers Forum remercient les journalistes qui, durant tout l'été 2008, ont défendu le téléphone portable contre les critiques. Tandis qu'un livre publié par les éditions L'Échappée démontait les ravages de cette prothèse électronique1, la presse se concentrait sur les "risques sanitaires" des champs électromagnétiques pour mieux rassurer et affirmer l'attachement universel au sans-fil.

3 août 2014

Ebola : L'OMS dépassée par la vitesse de propagation du virus

Ebola: l'OMS dépassée par la vitesse de propagation du virus
par Jean-Yves Nau, slate.fr, 2 août 2014

L'Organisation Mondiale de la Santé, monstre onusien et bureaucratique, fait de la communication mais ne maîtrise pas la situation.

Un «sommet sanitaire régional» c’est comme un meeting politique. On voit, entre les lignes, la main des communicants, le choix du mot qui galvanise, de la phrase qui sera reprise. Ne pas se tromper dans le choix de la métaphore. Et ne pas la filer trop longtemps.

Parlant courageusement du sida (l’un des premiers sur le sol africain) le président ougandais (au pouvoir depuis 1986) Yoweri Museveni avait à la fin des années 1980 usé de celle du «feu de brousse». La latence de l’infection le justifiait. Mais ce qui est vrai avec le VIH ne l’est plus avec le virus Ebola. Aussi le Dr Margaret Chan, citoyenne chinoise et directrice générale de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a-t-elle choisi une variante. Une étrange variante a priori qui pourrait bien se révéler démoralisatrice.

Monstre onusien