Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

11 oct. 2014

France et pesticides : Les combats de Daniel Baudin

Daniel Baudin : « Je ne suis pas chercheur, je veux juste
 essayer de sensibiliser les gens » © Photo 
L'appel aux malades :

Le projet de Daniel Baudin : inciter les autres malades à témoigner, pour aiguillonner les médecins, les chercheurs et les dirigeants politiques. Il interviendra ainsi le samedi 18 octobre, à Tours, dans le cadre de la Journée nationale d'information sur le myélome. Il a également pris contact avec le docteur Pierre-Michel Périnaud, initiateur de l'Appel des médecins limousins pour une réduction de l'usage des pesticides.

La Rochelle : les combats de Daniel Baudin, atteint d'un cancer de la moelle osseuse
par Pascal Couillaud, sudouest.fr, 9 octobre 2014

Souffrant d’un myélome, le Rochelais se bat pour rester en vie et veut connaître la vérité sur ce mal. Il pointe le rôle des pesticides

Un pic monoclonal au niveau de l'électrophorèse des protéines. Daniel Baudin aurait préféré ne jamais connaître la signification de ces termes techniques et froids. Mais c'est de son corps et de sa santé qu'il s'agit.

Ironie du sort, ce Rochelais de 62 ans a appris qu'il souffrait d'un myélome, autrement dit, un cancer de la moelle osseuse, après avoir fait un don de ses plaquettes à l'Établissement français du sang. « En principe, passé la soixantaine, on ne participe plus aux dons. Mais il y avait un grand besoin de plaquettes. Je me dis aujourd'hui que c'est peut-être une chance, la maladie a été découverte assez tôt grâce à cela, car il n'existe pas de dépistage du myélome. J'aurais pu passer à côté. »

Des médecins se mobilisent

En mars 2013, confrontés depuis plusieurs années à l’augmentation de maladies chroniques, des médecins du Limousin, région concernée par l’emploi de pesticides dans les pommeraies, ont lancé une pétition réclamant la réduction de l’usage de ces produits, la reconnaissance de nouvelles maladies professionnelles agricoles, ainsi qu’une grande réflexion nationale.

Pierre-Michel Périnaud, médecin généraliste à Limoges, est à l’origine de cette initiative suivie par plus d’un millier de confrères qui ont créé l’association Alerte des médecins limousins sur les pesticides. Le mouvement s’est mû en appel national, relayé jusque dans les Antilles. En janvier dernier, un texte a été lu au Sénat et des propositions ont été faites aux ministères de la Santé, de l’Écologie et de l’Agriculture.

Site Internet : www.alerte-medecins-pesticides.fr.

Des trous dans le squelette

Quand l'EFS lui signale, en mars dernier, son problème de moelle osseuse, puis lorsque des analyses à l'hôpital de La Rochelle confirment le mal, Daniel Baudin passe par bien des stades. La stupeur, d'abord. « Je n'avais aucune douleur, nulle part, alors que d'ordinaire les malades en ressentent. C'était étonnant. » L'IRM montre cependant des petits trous à divers endroits du squelette, notamment dans une vertèbre. Les cellules immunitaires malades vont à l'encontre de leur mission, elles rongent peu à peu l'os. La peur s'installe à son tour. « J'ai fait ce qu'il ne faut surtout pas faire : je suis allé voir sur Internet. D'après certains sites, mon espérance de vie était encore de trois ou quatre ans… Depuis, les médecins m'ont rassuré en disant que ça pouvait aller jusqu'à vingt ans. »

La présence du myélome multiple asymptomatique est attestée au Centre hospitalier universitaire de Poitiers. Un protocole de soins, piloté par le CHU de Nantes, lui est proposé. Dans le salon de son appartement, entre la gare et le Vieux Port, le Rochelais ouvre une armoire où sont rangées une dizaine de boîtes de médicaments. « C'est mon traitement quotidien. »

Vient ensuite un autre sentiment : la curiosité. « Ma mère est décédée à l'âge de 97 ans, mon père à 96 ans. Je suppose que mes gènes ne sont pas si mauvais que ça. »

Un parcours humanitaire

Daniel Baudin n'est pas du genre à rester chez lui sans rien faire en attendant des nouvelles de l'hôpital. Son parcours, riche, le prouve. Ce Vendéen a bourlingué partout dans le monde (États-Unis, Russie, Espagne, etc.), travaillant dans l'industrie et le commerce, dirigeant une ONG se vouant à la protection de la mère et de l'enfant au sein de la Fondation Robert-Debré ; accompagnant Bernard Kouchner au Vietnam en 1991 et effectuant une ultime mission à Haïti, juste avant le coup d'État de Jean-Bertrand Aristide, en 2004. « J'ai passé douze ans dans l'aide humanitaire », précise-t-il.

En 2006, il se pose à La Rochelle, à l'école de commerce Sup de Co, pour se rapprocher de ses parents et de sa Vendée natale. Là encore, il est appelé à voyager, surtout en Chine, où il part deux mois par an pour recruter des étudiants. En 2010, il crée Humacité, un concept inédit qui impose aux 800 jeunes de l'établissement trois mois de missions humanitaires ou solidaires durant leur cursus. En mai dernier, alors que l'EFS lui a signalé son problème de moelle osseuse, il repart en Chine. Ce n'est que le 23 juin qu'il prend un arrêt de travail, prolongé depuis.

Au repos forcé, Daniel Baudin n'en conserve pas moins toute son énergie, qu'il emploie à enquêter sur sa maladie. Il découvre au fil de ses recherches que la fatalité n'est peut-être pas la seule responsable de son sort.

« J'ai lu un jour que les pesticides étaient mis en cause dans l'apparition de certains cancers. Puis je suis tombé sur une étude de l'Inserm [Institut national de la santé et de la recherche médicale, NDLR] expliquant que ces produits seraient liés à la maladie de Parkinson, au cancer de la prostate, à la leucémie et au myélome. Plus récemment, une étude de l'Observatoire régional de la santé en Poitou-Charentes a montré une augmentation des cancers de la moelle osseuse en Charente-Maritime. Au niveau national, on compte 5 000 nouveaux cas par an. D'où ça vient ? Comment ça s'explique ? Je ne suis pas chercheur, je veux juste essayer de sensibiliser les gens. Je n'entreprends pas cette démarche en pensant seulement à moi. Ça me fait un peu penser à l'amiante, il y a trente ans, en pire, car les pesticides sont partout. Quand je vois, alors que le gouvernement propose d'interdire l'épandage de pesticides à moins de 200 mètres des écoles et des lieux publics, des agriculteurs manifester dans la rue… Mais comment peut-on être aussi aveugle ? » s'emporte-t-il.

L'appel aux malades

Son projet : inciter les autres malades à témoigner, pour aiguillonner les médecins, les chercheurs et les dirigeants politiques (1). Il interviendra ainsi le samedi 18 octobre, à Tours, dans le cadre de la Journée nationale d'information sur le myélome. Il a également pris contact avec le docteur Pierre-Michel Périnaud, initiateur de l'Appel des médecins limousins pour une réduction de l'usage des pesticides, et président d'une association

« Il faut arrêter de dire que c'est la faute à pas de chance, que c'est le hasard. Nous ne sommes pas des victimes de dommages collatéraux. De nombreux médecins me disent : “Vous avez raison, c'est aux patients de réagir.” Je n'ai pas l'intention de fermer ma gueule, je ne crèverai pas comme ça », s'émeut Daniel Baudin, qui subira une nouvelle étape de son traitement le 27 octobre. Trois semaines dans une chambre stérile pour recevoir une autogreffe, c'est-à-dire une greffe de ses propres cellules souches.

« On fera le bilan après. Si ça marche, je pourrai peut-être reprendre le travail. »

(1) Daniel Baudin a créé une adresse mail : maladesactifs@gmail.com.

http://www.sudouest.fr/2014/10/09/je-ne-creverai-pas-comme-ca-1698058-1391.php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire