Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

17 nov. 2014

Colloque Anniversaire de "L'Appel de Paris" : Interview de Christine Campagnac par Thierry Lamireau

"A ce jour, la déclaration de « L’APPEL DE PARIS » couvre la pollution chimique. L’objectif de ce colloque c’est bien d’intégrer la pollution physique. C’est-à-dire la pollution électromagnétique et aussi la pollution radioactive."

Interview de Christine Campagnac (Chargée de Projets  « APPEL DE PARIS »)

par Thierry LAMIREAU, lesoufflecestmavie, 27 octobre 2014

Pouvez-vous présenter l’origine de la mise en place de « L’APPEL DE PARIS » par des prix NOBEL de médecine, des professeurs comme François JACOB, M.MONTAGNIER ou M. Dominique BELPOMME ?

L’initiateur de cet « APPEL DE PARIS » c’est le professeur BELPOMME qui l’a lancé en 2004 parce qu’il voulait qu’il y ait un mouvement de reconnaissance qui soit engagé par des scientifiques reconnus pour faire prendre conscience à la masse de la population des dangers de la pollution chimique sur la santé.

Après, il y a eu une mise en œuvre de la réglementation REACH ?

Cela a été consécutif et le Professeur BELPOMME a fait partie du groupe de travail qui a mis en œuvre la réglementation REACH. Donc, il a été entendu au niveau européen sur la réglementation REACH.

N’y a-t-il pas un gros problème par rapport à cela dû au fait qu’il y a un énorme lobbying à la Commission européenne ?

C’est très difficile, c’est évident. Il y a au niveau du Parlement européen des prises de position qui sont intéressantes et c’est de ce côté-là qu’il faut regarder.

Je vois que dans les trois premiers articles qui sont indiqués sur « L’APPEL DE PARIS » il y a une contradiction avec ce qui est dit par les personnes qui sont membres de l’Académie de Médecine par exemple. Si on regarde les textes commis par l’Académie de Médecine et l’Académie des Sciences, pour l’instant cela ne va pas du tout dans le sens de « L’APPEL DE PARIS ».

C’est bien pour cette raison que l’on lance cet anniversaire de « L’APPEL DE PARIS »…il y a encore beaucoup de choses à faire. Cela ne suit pas au niveau institutionnel et les Académies seront les derniers remparts institutionnels à bouger sur ces sujets. Sociologiquement, cela se comprend très bien. Je n’ai besoin de vous l’expliquer…

Que pensez-vous avoir comme possibilité réelle et concrète pour changer toute cette inertie institutionnelle et scientifique ?

Il faut créer un rassemblement avec l’appui de scientifiques de très haut niveau qui sont reconnus dont des prix NOBEL dont on ne peut pas remettre en cause l’intégrité et la valeur scientifique avec des juristes qui vont aider à réfléchir sur la reconnaissance de la pollution comme un CRIME et donc justiciable et punissable mais aussi avec l’appui des associations environnementales et des journalistes puisque l’événement va être fortement médiatisé.

Donc, c’est lancer un appel qui sera suivi ensuite par d’autres associations, repris par la presse, suivi par le public. L’idée est d’aller encore plus loin au niveau juridique puisque le constat jusqu’ici c’est de dire qu’il ne s’est pas passé grand-chose sur le plan institutionnel et législatif.

Donc on essaye une autre voie qui est celle de la voie juridique. Ce que l’on cherche à faire c’est de rendre punissable les crimes contre l’environnement puisque ce sont, de fait, des crimes contre la santé de l’homme. La santé de l’environnement c’est aussi la santé de l’homme.

Si on se retourne vers les grands procès internationaux comme avec TOTAL, est-ce que par rapport aux résultats juridictionnels ce n’est pas très faible en définitive comme approche ?

Si, bien sûr, c’est pour cela que ce mouvement existe car pour l’instant il n’y a aucun rempart de protection. Il faut savoir qu’aujourd’hui il y a beaucoup d’Etats qui sont en procès contre de grosses multinationales américaines comme en Amérique du sud. Il y a tout un mouvement qui commence à s’enclencher.

Je voudrais vous citer mon exemple personnel, si vous le permettez.

Avant d’habiter ANNECY, j’habitais dans le LIMOUSIN à 800 mètres de mines d’uranium. J’ai réalisé un documentaire qui s’appelle « URANIUM EN LIMOUSIN ». J’ai pu aborder de près les problèmes y compris physiquement puisque je suis un ancien irradié notamment en effectuant le tournage et, entre autres, près de déchets militaires d’uranium « appauvri ».

Donc, depuis un certain nombre d’année, j’essaye de faire passer, notamment à travers les médias, deux sujets qui me paraissent essentiels et qui sont censurés totalement.

Le premier sujet, bien qu’il soit un peu traité à travers une législation encore laxiste en France, est le gaz radioactif RADON que l’on retrouve dans tous les lieux publics et privés. A ce jour, il n’y a aucune législation qui concerne les habitations privées. La France, menée par le lobby pro-nucléaire n’est pas très favorable à ce genre de sujet.

Le deuxième thème qui est important et grave est celui de l’utilisation des armes à l’uranium « appauvri » par de très nombreux Etats. Il y a une OMERTA TOTALE et un classement « SECRET DEFENSE ».

Comment pouvez-vous aborder ce sujet-là considérant que cette utilisation crée une pollution in situ de 4,5 milliards d’années ? Lorsque les armes explosent et s’enflamment elles déposent des nanoparticules qui polluent les eaux, les sols et l’air et évidemment les populations et tous les êtres vivants.

Ces deux sujets entreraient totalement dans les projets de « L’APPEL DE PARIS » puisqu’il y a à la fois pollution CHIMIQUE et RADIOACTIVE et qu’il y a une atteinte de l’intégrité humaine car l’ADN est irrémédiablement touché.

Ce sont des CRIMES CONTRE L’HUMANITE .

Ma question est : y-a-t-il donc bientôt en projet l’intégration de ces deux sujets dans les articles de « L’APPEL DE PARIS » ?

A ce jour, la déclaration de « L’APPEL DE PARIS » couvre la pollution chimique. L’objectif de ce colloque c’est bien d’intégrer la pollution physique. C’est-à-dire la pollution électromagnétique et aussi la pollution radioactive. Donc, ce qu’il va se faire pendant ce colloque c’est le vote d’un amendement qui visera à compléter la déclaration de « L’APPEL DE PARIS » pour intégrer ces axes et ces deux types de pollution qui ensuite seront concernés par tout le suivi au niveau juridictionnel.

Donc faites-nous passer vos textes qui seront intégrés dans les amendements de « L’APPEL DE PARIS ».

Merci pour votre confiance et indiquez-moi la suite des événements.

Oui, pas de problème, j’attends avec impatience vos documents.

Fin de l’interview réalisée lundi 27 octobre 2014 par Thierry LAMIREAU.

[Noter que la première partie de ce lien présente un article par Thierry Lamireau sur la non utilisation, destruction et interdiction des armes à l’uranium « appauvri ».]

http://lesoufflecestmavie.unblog.fr/2014/10/30/colloque-anniversaire-de-lappel-de-paris-du-14-novembre-2014-exclusif-themes-buts-interview-et-contribution-de-thierry-lamireau-thierry-lamireaulesoufflecestmavie-unblog-fr/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire