Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

13 nov. 2014

Suisse : Wi-Fi dans les établissements pour personnes âgées

Lettre adressée à la Secrétaire générale de la Fédération genevoise des EMS (Etablissements médico-sociaux) le 7 octobre 2014 - sans réponse. Pas surprenant à Genève, un canton qui compte 346 points d'accès Wi-Fi et où le Département de l'Instruction Publique déclare : "L’OFSP [Office fédérale de la santé publique] observe... que le rayonnement généré par les réseaux sans fil est trop faible pour provoquer des effets sanitaires détectables, ceci s’appliquant également aux enfants et aux adolescents. Et de conclure qu’à ce jour, aucune nécessité de réglementation ne s’impose, ni en ce qui concerne le nombre croissant de stations publiques, ni en ce qui concerne le rayonnement ou les conséquences sur la santé."

Madame la Secrétaire générale,

On remarque que de plus en plus de résidents des EMS et d’autres établissements pour les personnes âgées utilisent les tablettes et les ordinateurs portables connectés au Wi-Fi pour accéder à Internet. Les opérateurs présentent souvent cette technologie comme le seul moyen de se connecter, cependant il existe le câble qui assure une transmission rapide et sûre, sans risque pour la santé.

Le Wi-Fi émet les champs électromagnétiques (CEM) de haute fréquence, classés en mai 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer « peut-être cancérogènes » pour l’homme. D’autres effets néfastes sur la santé sont liés aux CEM : troubles de sommeil, maux de tête, nausées, palpitations, étourdissements, dépression du système immunitaire. Plus de 1'800 d’études indépendantes publiées ces seules dernières cinq années démontrent une relation entre les CEM et les effets biologiques sur la santé.

Le Wi-Fi présente surtout un danger pour les personnes vulnérables : les enfants, les femmes enceintes, les malades et les personnes âgées. Il irradie tout le corps et peut traverser des murs épais. Donc, le rayonnement touche non seulement les utilisateurs des ordinateurs et des tablettes connectés mais aussi leurs voisins. Ce rayonnement peut être réfléchi ou concentré par le métal, augmentant les doses reçues : bijoux, lunettes, implants et appareils dentaires métalliques.

La plupart des personnes ne sont pas conscientes que le Wi-Fi émet des rayonnements et le laissent activer en permanence. L’Office fédérale de santé publique conseille de « ne mettre en marche le réseau WLAN [Wi-Fi] que lorsque l’on en a réellement besoin. » et de « ne pas tenir l’ordinateur portable contre son corps pendant la connexion WLAN. » La Ligue suisse contre le cancer recommande de « ne s’exposer aux champs électromagnétiques de haute fréquence [produits par des téléphones mobiles ou autres téléphones sans fil et le Wi-Fi] qu’avec retenue. » Dans un article récent, la Fédération romande des consommateurs donne les mêmes conseils.

En ce qui concerne les informations liées aux risques pour la santé des CEM, y compris le Wi-Fi, il est difficile d’atteindre les consommateurs et même les personnes responsables pour le bien-être de la population : les professionnelles de santé, les éducateurs. Les dogmes et les structures politiques, économiques et scientifiques empêchent par tous les moyens la diffusion des connaissances sur les risques pour la santé de cette pollution. La politique considère la technologie sans fil comme synonyme de progrès. L’économie suit la loi de l’optimisation du profit. Les citoyens et le personnel des établissements médicaux apprécient la commodité d’un accès à Internet par le sans fil en tous lieux. Les médias profitent des recettes publicitaires des opérateurs et des fabricants des technologies de la communication.

On ne peut pas attendre des preuves conclusives des risques de cette technologie avant de prendre des gestes de précaution. Il faut agir maintenant pour protéger le public, surtout les personnes vulnérables.

Nous vous prions d’informer les résidents des EMS sur les risques des technologies sans fil et d’encourager un accès à Internet par le câble pour préserver leur santé car une connexion filaire ne rayonne pas.

Pour plus de renseignements, vous pourriez consulter le site de l’ARA, Association romande alerte aux ondes électromagnétiques – www.alerte.ch – courriel secretariat@alerte.ch.

Je vous remercie pour votre attention et vous prie de croire, Madame la Secrétaire générale, à l’assurance de mes sentiments distingués.

Meris Michaels
Membre du Comité de l’ARA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire