Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

30 mars 2015

Suisse : Témoignage de Maher Choura, décédé de mésothéliome, le "cancer de l'amiante"

Hommage à Maher Choura, décédé le 19 février 2015 
caova.ch, 19 mars 2015

[Regarder aussi ce reportage du 25 janvier 2015: L'amiante , une épée de Damoclès - En Suisse, l'amiante a déjà provoqué plus de 1700 décès. Les personnes exposées à ce matériau interdit en 1989 vivent avec une véritable épée de Damoclès sur la tête: il faut souvent attendre des décennies pour que la maladie se déclare.]

Maher Choura, gravement atteint dans sa santé par une maladie spécifique de l'amiante dès octobre 2013, a pris contact avec CAOVA en novembre 2014. Il avait appris l'existence de notre Comité d'aide aux victimes de l'amiante suite à une émission de la TSR sur le jugement à Rome du responsable de milliers de travailleurs italiens exposés à l'amiante, Stephan Schmidheiny. Maher ne travaillait pas dans une usine d'amiante, sur des chantiers où il est mise en œuvre, ni dans une entreprise de désamiantage. C'est dans l'une des imprimeries où plusieurs imprimeries "pourries", comme il disait, où il travaillait depuis 20 ans qu'il a été empoisonné, comme plusieurs membres de CAOVA décédés comme lui de mésothéliome, le "cancer de l'amiante".

Voici le témoignage de Maher Choura :



«Je souffre d’un mésothéliome épithélial pleural malin. Et une fois que ça se déclare, c’est trop tard. Quand on m'a annoncé que j'avais un mésothéliome, j'ai cru que ça devait être une grippe. Je ne savais même pas ce qu'était ce mésothéliome, un joli nom comme ça ! Eh bien, je me suis dit: c'est une bronchite, alors que c'est la plus grave des maladies. Voilà ce qu'est le mésothéliome, un cancer malin. Ici les gens ne s'en rendent pas compte. Le mésothéliome, ils ne savent pas ce que c'est. Il n'y a aucune sensibilisation des gens sur l'amiante. C'est comme à l'époque de l'anthrax, c'est la même chose. Il fallait dire aux gens: méfiez-vous avec ces trucs-là, n'y touchez pas, faites attention là où vous habitez, en cas de doute, appelez des spécialistes! Mes premiers symptômes étaient des lancées dans le dos, sous l’omoplate et des difficultés à respirer pendant deux heures. J’étais aux urgences, ils ont tout regardé, mais n’ont rien vu! Et depuis, j’ai vécu quelque temps avec ces douleurs. Mon généraliste me faisait des massages, mais quand on a de la peine à respirer , on panique. J’ai souffert longtemps parce que ce médecin n’a même pas osé me faire une radio ou m’envoyer faire un scanner à la clinique Cécile. Il m’a laissé traîner pendant une année dans une souffrance pire que celles que je supporte maintenant. Alors après coup, quand on a pu en parler, je me suis fâché avec lui et il était désolé. Il n'a pas fait son boulot.

En Suisse, il n'y a rien, aucune recherche. Le CHUV, a du personnel très gentil, très très gentil, très doux, c’est humain. Mais il n’y a pas de recherche.   Le CHUV, a du personnel très gentil, très très gentil, très doux, c’est humain. Mais il n’y a pas de recherche sur cette maladie. Quand vous parlez de mésothéliome, on vous dit que cela n’existe pas, on sourit et on vous dit que cela n’existe pas! Au CHUV, c’est comme ça, on vous fait le protocole, la chimio, on suit la démarche et pour chaque cancer c’est comme ça. Chaque genre de cancer a sa cellule et chaque cellule a son médicament! Guérir de cette maladie, c’est impossible, paraît-il. C’est la maladie la pire, mais cette maladie ne fait pas peur de la mort. C'est parce qu'on la voit chaque jour, la mort. T'as le souffle coupé, t'as ci, t'as ça, la nuit tu transpires. Des fois tout va bien, puis tu sens que ça revient, la douleur. La mort, c’est comme pour les motards, ils voient la mort chaque jour, moi aussi, mais et je n'ai pas peur de la mort!»

http://caova.ch/wp-content/uploads/2015/03/interv-m-choura.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire