Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

6 mai 2015

Colloque : Les pathologies neuro-développementales et l’environnement : Paris, 18 juin 2015

COLLOQUE 

Les pathologies neuro-développementales et l’environnement

Jeudi 18 juin 2015 de 9h00 h à 17h00

Salle Victor Hugo, 101, rue de l'Université, 75007 Paris


Ouverture
Jean-Louis Roumegas, Député EELV de l’Hérault, président du Groupe Santé-Environnement à l’Assemblée nationale 

André Cicolella, Chimiste-Toxicologue, Président du Réseau Environnement Santé (RES)

1ère CONFÉRENCE INTRODUCTIVE 
« Pollutions, thyroïde et maladies neuro-développementales » 
Barbara Demeneix, Professeure au laboratoire évolution des régulations endocriniennes (CNRS/MNHN) 

2ème CONFÉRENCE INTRODUCTIVE 
« Bisphénol A et Troubles du comportement » 
Ana Soto, Professeure de Biologie Tufts University Boston

Débat avec la salle 

1ère PARTIE 
Combattre les idées reçues sur les maladies neurodéveloppementales 

Idée reçue n°1 : « L’hyperactivité est une invention du lobby pharmaceutique qui cherche à vendre du médicament. » 
- En réalité, les données biologiques, l’expérimentation animale et les études épidémiologiques en milieu de travail confirment la réalité de la pathologie et de ses causes environnementales. 

« Les recommandations de la Haute Autorité de Santé sur la prise en charge du TDAH : une reconnaissance officielle bien nécessaire. » 
Christine Gétin, Présidente d’HyperSuper TDAH France 

« L’exposition in utero aux solvants augmente le risque de TDAH. » 
Fabienne Pelé, Enseignante-chercheure à l’Institut de Recherche en santé, Environnement et Travail (Rennes) (sous réserve)

Idée reçue n°2 : « L’origine de la maladie se situe dans l’enfance du sujet. » 
- L’hypothèse neurodéveloppementale vient supplanter l’hypothèse psychanalytique : ce n’est pas la faute du comportement des parents si les enfants sont malades ; c’est à cause de l’environnement. L’exemple des troubles psychotiques associés à l’exposition in utero aux hormones de synthèse. 

« Hormones de synthèse et troubles psychotiques » 
Marie-Odile Soyer-Gobillard, Directeur de recherche émérite au CNRS, présidente de HHORAGES 

« Présentation d’une étude informative sur l’exposition in utero au distilbène et la santé mentale. » 
Marie-Odile Krebs, Directeur de recherche en psychiatrie, Université Paris Descartes  

Idée reçue n°3 : « L’épidémie de maladies neurodéveloppementales n’est qu’une illusion d’optique qui reflète l’amélioration du dépistage »
- Les données les plus récentes montrent au contraire une progression fulgurante, notamment en ce qui concerne l’autisme, et confirment le rôle des facteurs environnementaux comme les métaux lourds. 

« Autisme : révéler la réalité de l’épidémie » 
Florent Chapel, président du Collectif autisme 

« Les métaux et la perturbation de la physiologie nerveuse avant et après la naissance » 
Marie Grosman, Agrégée de Biologie, Responsable de formation en santé publique, Conseillère scientifique de Non Au Mercure dentaire & André Picot, Toxicochimiste, Président de l’Association Toxicologie Chimie (ATC)

2ème PARTIE 
Quel coût pour la société ? Quelle prise en charge ? Comment faire régresser l’épidémie? 

CONFÉRENCE INTRODUCTIVE 
« Recommandation de bonne pratique pour le TDAH » 
Dr Jean Chambry, pédopsychiatre, Co-auteur du rapport de la Haute Autorité de Santé sur le TDAH (trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) 

TABLE RONDE : MALADIES NEURODÉVELOPPEMENTALES ET ENVIRONNEMENT SCOLAIRE : QUE FAIRE ? 
Avec la particpation de : 
- Marie-Claude Romano, Secrétaire Générale de l’AFPSSU 
- Laurent Bernardi, SNUipp-FSU Morgan Pinoteau, Chargée de mission à l’Association des Familles de Victimes du Saturnisme 
- Dr Patricia Colson, Secrétaire générale du SNAMSPEN (Syndicat Autonome des Médecins de Santé Publique de l’Education Nationale) 

TABLE RONDE : QUELLES RÉPONSES INSTITUTIONNELLES ? 
Avec la particpation de : 
- François Bourdillon, Directeur de l’InVS : données épidémiologiques en France (sous réserve) - Rémy Slama, responsable du PNRPE 
- Daniel Fasquelle, Député UMP, co-président du Groupe de Réflexion parlementaire sur l’autisme (sous réserve) 
- Gérard Bapt, Député PS, rapporteur du budget de la Sécurité Sociale (sous réserve) 

CONCLUSION DE LA TABLE RONDE 
« Le point de vue de la Direction Générale de la Santé » 
Dr Benoît Vallet, Directeur Général de la Santé (sous réserve)  

CONCLUSION DE LA JOURNÉE 
Jean-Louis Roumegas, Député EELV de l’Hérault, président du Groupe Santé-Environnement à l’Assemblée nationale

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire