Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

22 juin 2015

Même à de faibles doses, l’exposition aux rayonnements accroît le risque de décès par leucémie chez les travailleurs du nucléaire, selon le CIRC

Même à de faibles doses, l’exposition aux rayonnements accroît le risque de décès par leucémie chez les travailleurs du nucléaire, selon le CIRC 
COMMUNIQUE DE PRESSE N° 235 22 juin 2015

Lyon, France, 22 juin 2015 - Une étude coordonnée par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l'agence de l'Organisation mondiale de la Santé spécialisée sur le cancer, montre que l'exposition prolongée à de faibles doses de rayonnements ionisants peut causer la leucémie. L'étude, que publie aujourd'hui The Lancet Haematology, montre que le risque de décès par leucémie augmente linéairement avec la dose de rayonnement.

“Cette étude offre l'évaluation la plus précise à ce jour du risque de développer une leucémie liée à une exposition prolongée à de faibles doses de rayonnements reçues par les travailleurs du nucléaire tout au long de leur carrière”, explique le Dr Ausrele Kesminiene, chercheur au CIRC et co-auteur de l'étude. “Elle montre que les travailleurs du nucléaire faisant l’objet de l’étude montrent une petite augmentation du risque de décéder de leucémie au fur et à mesure qu’augmente leur exposition aux rayonnements”.



Les expositions à de faibles doses sont typiques des expositions environnementales ou professionnelles, comme l'exposition des travailleurs du nucléaire sur leur lieu de travail, mais aussi des expositions médicales, comme celles de patients soumis à de multiples examens tomodensitométriques (TDM) lors de procédures d’exploration diagnostique.

L’étude

S’appuyant sur les meilleures données aujourd’hui disponibles, l'étude internationale des travailleurs du nucléaire (INWORKS, pour International Nuclear Workers Study), une collaboration entre partenaires internationaux, a évalué les expositions de plus de 300 000 travailleurs du nucléaire aux Etats-Unis, en France et au Royaume-Uni sur une période entre 1943 et 2005.

L'étude a évalué le risque de développer certains cancers, comme la leucémie, le lymphome et le myélome multiple.

Les résultats

- Les résultats de l'étude mettent en évidence de solides indications d'une association positive entre l'exposition aux rayonnements ionisants et le risque de décès par leucémie et montrent que le risque de leucémie augmente linéairement avec la dose de rayonnement.

- Le risque associé à l'exposition varie avec le type de leucémie; le risque était le plus élevé pour la leucémie myéloïde chronique, et il n'y avait pas de risque accru de leucémie lymphoïde chronique.

- L'étude montre peu de signes d'associations entre l'exposition aux rayonnements ionisants et le risque de décès par myélome ou par lymphome multiple.

“Les normes actuelles utilisées en matière de radioprotection restent principalement basées sur des expositions aiguës à de fortes doses, à partir d'études menées sur les survivants aux bombardements atomiques au Japon”, a rappelé le Dr Christopher Wild, Directeur du CIRC. “Cette évaluation de l'impact cancérogène de l'exposition à de faibles doses renforce les données scientifiques sur lesquelles sont basées ces mesures de radioprotection. Ces nouveaux résultats sont importants lorsque l'on considère l'exposition aux rayonnements dans différents contextes, y compris leur l'utilisation dans le cadre du diagnostic médical”.

Note aux Rédacteurs :

INWORKS est une collaboration internationale entre partenaires de recherche, notamment l’Institut de Radioprotection et de Sûreté nucléaire, Fontenay-aux-Roses (France); Department of Epidemiology, University of North Carolina, Chapel Hill, NC (Etats-Unis); Centre de recherche en épidémiologie environnementale, Barcelone (Espagne); Universitat Pompeu Fabra, Barcelone (Espagne); CIBER Epidemiología y Salud Pública, Madrid (Espagne); National Institute for Occupational Safety and Health, Cincinnati, OH (Etats-Unis); Public Health England Centre for Radiation, Chemical and Environmental Hazards, Chilton (Royaume-Uni); et Department of Environmental and Occupational Health, Drexel University School of Public Health, Philadelphia, PA (Etats-Unis).

Pour plus d'information,

merci de contacter Véronique Terrasse, Attachée de Presse, au +33 472 738 366 ou à terrassev@iarc.fr; ou Nicolas Gaudin, IARC Communications à com@iarc.fr Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) fait partie de l’Organisation mondiale de la Santé. Sa mission consiste à coordonner et à mener des recherches sur les causes du cancer chez l’homme et sur les mécanismes de la cancérogenèse, ainsi qu’à élaborer des stratégies scientifiques de lutte contre le cancer. Le Centre participe à des recherches épidémiologiques et expérimentales, et assure la diffusion de l’information scientifique au moyen de publications, de conférences, de cours, et de bourses d’études. Si vous ne souhaitez plus recevoir de communiqués de presse de notre part, merci de nous écrire à com@iarc.fr.

IARC, 150 Cours Albert Thomas, 69372 Lyon CEDEX 08, France - Tel: +33 (0)4 72 73 84 85 - Fax: +33 (0)4 72 73 85 75 © IARC 2015 - All Rights Reserved.

http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2015/pdfs/pr235_F.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire