Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

23 juil. 2015

Suisse : Le Conseil fédéral estime qu'une interdiction du glyphosate - pesticide toxique et cancérogène - n'est pas nécessaire

Le glyphosate, toxique et cancérogène!
par Françoise Minarro, Greenpeace Suisse, Tribune de Genève, 
22 juillet 2015

En Suisse, le glyphosate est l'un des pesticides les plus répandus : 300 tonnes ont été vendues en 2013 et plus de 100 produits en contiennent. Il est utilisé aussi bien par les agriculteurs que par les privés ou encore le long des routes et des rails. Car c'est un puissant désherbant.

Au printemps, de nombreux champs sont pulvérisés avec du glyphosate avant le semis. En quelques jours, ils se transforment en déserts jaune orange. Il ne peut pas être utilisé sur les surfaces imperméables afin d'éviter la ruissellement.

L'impact à long terme de ce poison sur notre alimentation, sur le sol et les eaux est encore méconnu. Le glyphosate est homologué depuis 1975 comme berbicide total, mais les recherches indépendantes sur ses nuisances à long terme sur la santé sont plutôt rares.

En 2013, une étude européenne avait pourtant révélé des résultats inquiétants: des traces de cet herbicide ont été trouvées dans l'urine de la moitié des personnes examinées. De plus, en mai dernier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a évalué la cancérogénicité de cinq pesticides, dont le glyphosate, principe actif du Roundup produit par la multinationale agrochimique américaine Monsanto. Résultat: le glyphosate est "probablement" cancérogène!

C'est pourquoi Greenpeace, la Fédération romande des consommateurs (FRC) et les Médecins en faveur de l'environnement (MfE) ont lancé, le 13 mai 2015, la pétition "Interdire le glyphosate - maintenant!" [voir ci-dessous]. Il est temps d'agir.  L'autorisation du glyphosate doit être retirée.  Certains grands distributeurs suisses l'ont déjà compris et l'ont retiré de leurs rayons.  La France a également annoncé l'interdiction de la vente en libre-service dès 2016.  Seul le Conseil fédéral fait la sourde oreille.  Il a estimé le 3 juillet qu'une interdiction n'est pas nécessaire!

Et pourtant, la seule façon sûre de réduire notre exposition aux pesticides toxiques tel le glyphosate est d'évoluer vers un modèle agricole durable.  La transformation radicale de notre approche de l'agriculture passe par l'abandon d'une agrochimie industrielle au profit d'une agriculture écologique.  C'est la seule solution moderne et efficace qui allie innovation scientifique, respect de la nature et de la biodiversité!


Interdire le glyphosate – maintenant !

Signez cette pétition – ensemble nous arrêterons la folie des pesticides!

J'appelle la Conseillère fédérale Doris Leuthard, les Conseillers fédéraux Johann Schneider-Ammann et Alain Berset, ainsi que le Parlement suisse à:

- interdire immédiatement la vente, puis l'utilisation de glyphosate dans l'agriculture;
- promouvoir activement la recherche indépendante et le développement de méthodes de cultures alternatives sans chimie;
- interdire immédiatement la vente de produits contenant du glyphosate aux privés pour leurs surfaces vertes et jardins;
- veiller à ce que les Chemins de fer fédéraux (CFF) et d'autres entreprises de la - Confédération --cessent d'utiliser du glyphosate et les remplacent par des alternatives;
- lancer immédiatement un système de surveillance pour étudier et publier l'effet de l'exposition au glyphosate et d'autres pesticides sur les êtres humains et l'environnement.

1 commentaire:

  1. Les risques de ces substances chimiques des herbicides pour la santé humaine sont importants et cela a été longtemps méconnu et/ou sous-estimé. voir : La prévention des risques professionnels des herbicides : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=533

    RépondreSupprimer