Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

23 juil. 2015

Tumeurs cérébrales au Canada

"Les tumeurs cérébrales constituent la cause première des décès attribuables au cancer solide chez les enfants âgés de moins de 20 ans, surpassant ainsi maintenant la leucémie lymphoblastique aiguë. Ils constituent la troisième cause la plus fréquente des décès attribuables au cancer solide chez les jeunes adultes âgés de 20 à 39 ans."

Réalités au sujet des tumeurs cérébrales au Canada

Fondation candienne des tumeurs cérébrales

Il existe plus de 120 différents types de tumeur cérébrale; cela rend la mise en place d’un traitement efficace très compliquée.

Durant la première année suivant le diagnostic, selon les estimations, le patient moyen visitera son équipe de soins de santé 52 fois (ce chiffre peut englober la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, les analyses sanguines, etc.)

Les tumeurs cérébrales primitives (qui prennent naissance dans le cerveau) surviennent chez 8 personnes sur 100 000. Ce chiffre atteint environ 32 sur 100 000 lorsqu’on tient aussi compte des tumeurs métastatiques (c’est-à-dire des cancers qui tirent leur origine d’autres parties du corps et se sont étendus jusqu’au cerveau).

Le glioblastome multiforme est le type de tumeur cérébrale maligne primitive le plus répandu. La survie moyenne, même avec un traitement énergique, est de moins d’un an.

Les tumeurs cérébrales métastatiques surviennent à un certain moment chez 20 % à 40 % des patients atteints du cancer. L’incidence des tumeurs cérébrales métastatiques augmente à mesure que la vie des patients atteints du cancer se prolonge

Les tumeurs cérébrales constituent la cause première des décès attribuables au cancer solide chez les enfants âgés de moins de 20 ans, surpassant ainsi maintenant la leucémie lymphoblastique aiguë. Ils constituent la troisième cause la plus fréquente des décès attribuables au cancer solide chez les jeunes adultes âgés de 20 à 39 ans.

Comme les tumeurs cérébrales se situent au centre de commande de la pensée, de l’émotion et du mouvement, elles peuvent avoir d’énormes incidences sur les capacités physiques et cognitives et la qualité de vie d’une personne.

Les tumeurs cérébrales n’établissent aucune distinction : elles portent atteinte aux gens de tous âges, milieux et horizons.

Les tumeurs cérébrales chez les enfants diffèrent de celles chez les adultes, et font souvent l’objet de traitements différents. Même si autant que 60 % des enfants atteints d’une tumeur cérébrale survivent, ils doivent souvent composer avec des effets secondaires à long terme.

Rehausser la qualité de vie des gens atteints d’une tumeur cérébrale requiert l’accès à des soins spécialisés de qualité, à des essais cliniques, à un suivi et à des services de réadaptation.

À l’heure actuelle, le système médical canadien n’effectue aucun suivi des statistiques sur les tumeurs cérébrales primitives. Il est nécessaire d’accéder à des données complètes et exactes afin de faciliter la recherche qui conduira à une meilleure compréhension de cette maladie et à l’amélioration du diagnostic et du traitement.

http://www.braintumour.ca/4945/realites

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire