Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

21 août 2015

Electrohypersensible, elle change de vie pour se protéger des ondes

© istock
Electrohypersensible, elle change de vie pour se protéger des ondes
par Emilie Cailleau, topsante.com, 14 juillet 2015

Emilie souffre de troubles liés à l'exposition aux champs électromagnétiques. Elle a dû changer sa vie pour fuir le calvaire des ondes.

Emilie ne supporte pas Internet ni le téléphone portable. Non pas qu'elle soit opposée aux nouvelles technologies mais elle souffre dans sa chair l'exposition aux ondes électromagnétiques émises par les appareils électroniques. Crises de tétanie, acouphènes, pertes de mémoire, difficulté à se concentrer.

Chaque exposition aux ondes se traduit par des maux violents et insupportables pour cette femme de 48 ans. Tant et si bien que cette ancienne architecte a dû quitter sa vie de citadine pour se réfugier à la campagne autour du massif du Livradois-Forez (Puy-de-Dôme). Elle se souvient amèrement les premières manifestations de ces troubles des années plus tôt : "J'ai commencé à avoir de violents maux de tête, des arcs électriques en bouche, des nausées, des pertes de motricité. Je repérais les antennes à deux kilomètres et je perdais mes cheveux par poignées", se rappelle-t-elle, interrogée par l'AFP.

Une maladie d'adaptation peu considérée en France

Emilie fait partie des personnes touchées par l'électrohypersensibilité (EHS), une maladie d'adaptation à un environnement traversé par les champs électromagnétiques.

Les électrohypersensibles interprètent les ondes comme un stress dans leur cerveau. "Notre tissu cérébral renferme des magnétosomes, des aimants naturels, qui réagissent lorsqu'on passe dans un champ électrique. Ils font remonter les informations au cerveau, qui chez certaines personnes va interpréter ce signal comme un stress et libérer des hormones pouvant entraîner des troubles du comportement, voire des pathologies de type leucémie, lymphome ou tumeur", explique à l'AFP le président du Centre de recherche et d'information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques non ionisants (CRIIREM), Pierre Le Ruz.

L'EHS est reconnue comme une pathologie par l'Organisation mondiale de la santé. La Suède la considère comme un handicap tandis qu'on parle clairement de maladie en Angleterre. Et en France ? Rien de tout cela. Si on commence à soulever le problème, les pouvoirs publics n'ont pas encore mesuré son ampleur au point de prendre des mesures claires. On estime que 3 à 5 % des Français seraient concernés par cette électrohypersensibilité.

>> A lire aussi : Ondes : peut-on y être sensible ?

http://www.topsante.com/medecine/medecine-divers/environnement-et-sante/electrohypersensible-elle-change-de-vie-pour-se-proteger-des-ondes-251767

1 commentaire:

  1. il est possible d'avoir une protection des locaux, notamment les bureaux avec des femmes enceintes et des personnes hypersensibles, qui passe par le blindage de la pièce par un treillis pour les ouvrages en construction, ou par l’utilisation de peintures électro conductrices, de rideaux spéciaux en tissu de coton avec fils de cuivre et d’argent qui atténuent les ondes haute fréquence.
    il y a aussi le port de vêtements de protection en tissu métallisé composés d’une combinaison ou d'un tablier protégeant le ventre.
    source : prévention des risques des champs électromagnétiques : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/rayonnements/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=126&dossid=338

    RépondreSupprimer