Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

18 oct. 2015

France : Les électrosensibles inquiets face au déploiement des compteurs Linky

Mme Le Calvez, la présidente de l'association Piartem-Electrosensibles, réclame un moratoire sur le déploiement du boitier Linky, en soulignant qu'il n'existait aucune étude à ce stade sur son éventuel impact sanitaire. Elle a également indiqué avoir demandé au ministère de la Santé d'intervenir pour que les électrosensibles puissent à l'avenir refuser l'installation "obligatoire" d'un compteur Linky chez eux.

Les électrosensibles inquiets face au déploiement des compteurs Linky
AFP, paru le 7 octobre 2015

Des représentants de personnes souffrant d'hypersensibilité aux ondes ont exprimé mercredi leurs inquiétudes face au déploiement à partir de fin 2015 de compteurs électriques communicants Linky, qui vont faire l'objet d'une évaluation de l'agence de sécurité sanitaire.

"Nous sommes inquiets du fait que l'appareil enverra en permanence des informations par courant porteur en ligne (CPL) et qu'il rayonnera dans toutes les pièces de la maison", a expliqué Janine Le Calvez, la présidente de l'association Piartem-Electrosensibles. Elle s'exprimait à l'issue d'une rencontre de deux heures avec Joëlle Carmes, la sous-directrice de la prévention des risques liés à l'environnement et à l'alimentation à la Direction générale de la santé (DGS).

Cette dernière a indiqué à Mme Le Calvez avoir saisi récemment l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) pour une expertise sur les expositions liées aux compteurs communicants ou "intelligents" dont fait partie le compteur Linky. Interrogée par l'AFP, la DGS a précisé que "l'objet de la saisine est une synthèse des caractéristiques et des connaissances sur les expositions liées aux compteurs intelligents et les effets sanitaires associés".

Le boitier Linky devrait, d'ici à 2021 être installé par le gestionnaire de réseau ErDF, une filiale d'EDF, dans 35 millions de foyers, pour un coût global de 5 milliards d'euros. Un autre compteur communicant, Gazpar, doit de son côté être déployé par GrDF, filiale du groupe Engie (ex-GDF). Comme le Linky, Gazpar peut transmettre automatiquement les relevés de consommation des clients deux fois par jour, via un module radio, sans l'intervention d'un agent.

Mme Le Calvez qui réclame un moratoire sur le déploiement du boitier Linky a souligné qu'il n'existait aucune étude à ce stade sur son éventuel impact sanitaire. Elle a également indiqué avoir demandé au ministère de la Santé d'intervenir pour que les électrosensibles puissent à l'avenir refuser l'installation "obligatoire" d'un compteur Linky chez eux.

Linky "ne représente aucune menace pour la santé. Il respecte toutes les normes sanitaires françaises et européennes très restrictives", a réagi mercredi ERDF dans une déclaration à l'AFP. "Il n'émet aucune onde radio (...). Il utilise une technologie connue depuis les années cinquante appelée le courant porteur en ligne (CPL), qui permet d'envoyer des informations dans les câbles du réseau électrique classique et existant", a ajouté l'entreprise qui précise que le compteur "n'émet pas des informations en continu mais seulement quelques secondes par jour".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés – © Agence France-Presse

http://www.connaissancedesenergies.org/afp/les-electrosensibles-inquiets-face-au-deploiement-des-compteurs-linky-151007-0

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire