Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

25 janv. 2016

Ces normes qui ne reflètent pas la réalité

Ces normes qui ne reflètent pas la réalité
jay / electrosensible.info, 25 janvier 2016

Traduction de l’article : « Did CELLRAID do ‘volkswagen’ to the telecom industry?”
Auteur : Professeur Dariusz Leszczynski

Source : betweenrockandhardplace.wordpress.com

Est-ce qu’une PME finlandaise, CELLRAID, a fait une « Volkswagen » à l’industrie des télécoms en montrant des lacunes de conformité dans le secteur ? Dans cette histoire, pour la première fois, des résultats de mesures en laboratoire ont démontré que placer un portable dans une poche peut causer une exposition aux radiations non-ionisantes au-delà des limites fixées par les standards de sécurité.

Il y a des normes assez strictes au niveau des gaz d’échappement aux USA, Volkswagen n’a pas été en mesure de les respecter. Donc une application a été ajoutée dans les voitures de ce constructeur pour les « aider » à être « conforme » aux spécifications requises par l’agence environnementale des États Unis. La contradiction entre ce qu’il est possible de faire en laboratoire et ce qu’il ne l’est pas dans la vie réelle a motivé Volkswagen à faire ce qu’il a fait.

Il y a aussi des normes de sécurité pour l’émission des radiations émises par les portables. Dans la vraie vie, ce type d’objet finit souvent dans les poches, et dans ce cas, ces normes de sécurité sont difficiles à atteindre. Ainsi, quand les tests de standardisation ont été développés pour mesurer les émissions des téléphones portables pour s’assurer la conformité avec les limites de sécurités, une « parade » a été en quelque sorte introduite dans ces tests en laboratoire permettant de faire des mesures à une certaine distance des mannequins de tests (= du corps de l’utilisateur in fine). La différence avec le code de Volkswagen et cette parade dans les tests de mesure pour les portables, c’est que le premier était illégal alors que le second est tout à fait dans les règles.

Cette distance varie, non seulement entre les différents constructeurs, mais même avec différents modèles de la même marque. Certains portables respectent les normes de sécurité quand ils sont placés à 1 cm du corps mais d’autres doivent être à une distance de plus de 2,5 cm pour les respecter.

Cette distance de 1 à 2,5 cm durant les tests en laboratoire permet à tous les téléphones de pouvoir respecter ces normes. Mais, certains de ces portables ne respectent pas les limites de sécurité dans des conditions d’utilisation réelle, notamment quand les utilisateurs les mettent dans les poches, spécialement dans le cas des smartphones qui restent connectés à Internet et font transiter des données automatiquement.

Combien de modèle de téléphone ne respecte pas les normes de sécurité quand ils sont à une distance inférieure à 1 cm, reproduisant ainsi un téléphone à même le corps, personne ne le sait, car les tests effectués par les constructeurs sont toujours produits et rapportés pour des émissions de radiofréquences émises à une distance de 1 à 2.5 cm.

Ce qui veut dire que pas mal d’entre nous, utilisateurs de portable, en les rangeant dans nos poches, ne se conforment pas aux standards de sécurité.

Les constructeurs semblent être informés de ce problème causé par l’utilisation du portable trop proche du corps de l’utilisateur. Ils alertent sur le fait que garder le portable plus proche du corps que spécifié dans le manuel pourrait causer une absorption de radiation non conforme aux actuelles directives de sécurité.

« Extrait du manuel fourni avec l’Iphone d’Apple (U.S.)

[…] Les mesures du DAS peuvent excéder les directives d’exposition de la FCC (Commission Fédérale des Télécommunications) lors du port de votre appareil près du corps s’il est positionné à moins de 15 mm du corps (ex : quand vous le portez dans votre poche). Pour des performances optimales de votre appareil et pour être sûr de ne pas dépasser les directives de la FCC, de l’IC ou de l’union européenne concernant l’exposition pour un humain aux énergies de type radiofréquence, toujours se conformer à ces instructions et à ces mesures de précaution : Quand vous utilisez en mode conversation le haut-parleur intégré de l’Iphone (Ndlr : au niveau de la tête), placé le de telle façon que le connecteur pour station d’accueil est pointé vers le bas en direction de vos épaules pour augmenter la séparation avec l’antenne. Quand vous utilisez votre Iphone près du corps pour les appels ou pour la transmission de données à travers un réseau cellulaire, garder votre Iphone à au moins 15 mm de votre corps, et n’utilisez que des étuis, clip ceinture ou holster qui ne contiennent pas de partie en métal et qui maintiennent à au moins 15 mm l’Iphone de votre corps ».

D’autres constructeurs fournissent aussi des avertissements sur les distances de sécurité comme avec les divers exemples ci-dessous :

BlackBerry Pearl:

« Si vous n’utilisez pas un accessoire pour ranger près du corps, fourni ou approuvé par RIM, quand vous portez un appareil Black Berry, gardez-le au moins à une distance de 25 mm de votre corps quand l’appareil Black Berry est en marche et connecté à un réseau sans fil. »

LG Shine :

« Pour être en conformité avec les exigences de la FCC en ce qui concerne l’exposition aux radiofréquences, une séparation au minimum de 1,5 cm doit être maintenue entre le corps de l’usager et l’arrière du téléphone. »

LG VX8350:

« Cet appareil a été testé pour un usage normal avec l’arrière du téléphone gardé à 1,5 cm du corps. Pour être conforme aux normes de la FCC sur l’exposition aux radiofréquences, une séparation minimale de 1,5 cm doit être maintenue entre le corps de l’utilisateur et l’arrière du téléphone, qui intègre l’antenne, qu’elle soit déployée ou rétractée. »

Samsung SGH-A737:

« Lors de l’utilisation près du corps, ce téléphone a été testé et se conforme aux directives de la FCC concernant l’exposition aux radiofréquences quand il est utilisé avec un accessoire qui ne comporte pas de métal et de façon à ce que le portable soit à une distance minimum de 1,5 cm du corps. »

Motorola E815:

« Si vous portez votre portable à même le corps, toujours le placer dans un clip de ceinture, holster, étuis ou harnais approuvés ou fournis par Motorola. Si vous n’utilisez pas d’accessoire pour porter l’appareil près du corps fourni ou approuver par Motorala, garder le portable et son antenne à au moins 2,5 cm de votre corps lorsqu’il émet »

Mais encore plus intéressant… comme dans l’exemple ci-dessous où certains constructeurs indiquent qu’ils ne testent pas l’émission ou l’absorption des radiations à une distance proche du corps, seulement à une distance comprise entre 1 à 2,5 cm, dans leurs manuels.

Extrait du manuel du portable LG Nexus 5 :
« utilisation à même le corps (US et Canada): Cet appareil a été testé pour une utilisation normale près du corps avec l’arrière du téléphone gardé à au moins 1 cm entre le corps de l’utilisateur et l’arrière du téléphone. Pour être en conformité avec les exigences de la FCC et de l’IC, une séparation minimale d’1 cm doit être maintenue entre le corps et l’arrière du téléphone. Ne pas utiliser d’accessoire tel que des clips ceinture, des holsters ou d’autres rangements similaires qui contiendraient des composants métalliques. Les accessoires qui ne maintiendraient pas une séparation de 1 cm entre le corps utilisateur et l’arrière du téléphone, n’ont pas été testés lors de son utilisation régulière près du corps, et ne seraient pas en conformité avec les limites d’exposition fixées par la FCC/IC et devraient être évités. »
La question est pourquoi ce type de mesure n’a pas été effectuée, ou plutôt, pourquoi elles ne sont pas mieux disponibles publiquement? C’est difficile de croire qu’elles n’ont pas été faites par les constructeurs… LG n’a pas indiqué que ces mesures n’étaient pas faisables techniquement, seulement qu’elles n’ont pas été faites.

La société finlandaise CellRaid fut commissionnée par un laboratoire d’analyses spécialisé pour des mesures de DAS de téléphones portables à une distance comprise entre 0 et 5 cm du mannequin d’essai. Les mesures ont été produites grâce à l’équipement DASy4, certifié, reconnu et couramment utilisé. Le même laboratoire a régulièrement produit des tests de conformité sur les téléphones portables des constructeurs. Ce laboratoire appartenait à Nokia à Oulu, situé en Finlande, qui testait les portables de Nokia pour les tests de conformité avec les limites de sécurité (http://www.grant4com.fi/service_1.html). Les mesures obtenues par CellRaid indiquent que certains téléphones quand ils sont en fonctionnement dans les poches ne sont pas conformes avec les normes de sécurité.

Les tableaux et les graphiques ci-dessous montrent quelques exemples de valeur de DAS pour deux téléphones Samsung et un Sony. Les DAS indiqués montrent une moyenne d’exposition sur 1 gramme de tissu, comme le préconisent les directives de l’IEEE aux USA.

Ce qui n’est pas montré, mais ce qui me saute aux yeux, c’est que quand la moyenne est effectuée sur 10 grammes de tissu, le DAS à une distance de 0 cm est toujours au-dessus des normes limites de sécurité. Le DAS est de 3.04 pour 10 grammes de tissu et 6,00 sur 1 gramme de tissu.

Ce qui veut dire, en ce qui me concerne, que chaque fois qu’un utilisateur met son portable dans sa poche, les émissions de radiation absorbée par le corps ne doivent pas être conforme avec les normes en vigueurs. Le protocole de test ne réplique pas les conditions d’utilisation réelles.

Il y a plus de 7 milliards d’utilisateurs de portables à travers le monde. Combien de ces utilisateurs, en gardant leurs téléphones dans leurs poches, sont exposés à des valeurs qui ne sont pas conformes avec les limites de sécurité ? Nous ne pouvons le savoir.

Selon les constructeurs, les opérateurs télécoms et les normes de sécurité imposées par les agences, tous les téléphones sont sans risque pour une utilisation illimitée par tout à chacun, quel que soit le paramètre de l’âge ou de sa santé.

S’agirait-t-il peut être là encore d’informations trompeuses pour les utilisateurs.

Les études épidémiologiques (INTERPHONE, Hardell group, CERENAT) ont montré, même si ce n’est pas des preuves stricto sensu, que les personnes qui utilisent leurs portables plus de 30 minutes par jour pendant une période de 10 ans, ont un risque accru de développer des cancers du cerveau (Gliome). Les participants de ces études ont pourtant utilisé des portables achetés dans le commerce. Donc des téléphones certifiés par des tests en laboratoire qui devraient les rendre sans risque pour une utilisation illimité par tout à chacun. Maintenant, les utilisateurs intensifs de ces téléphones « sûr » semble mener à une augmentation du risque de développer un cancer du cerveau. Ce qui veut dire au final que les limites de sécurités sont insuffisantes pour protéger la santé des utilisateurs.

De plus, nombreux sont les utilisateurs de portables qui les gardent dans la poche et irradient des zones du corps autres que la tête, et à des niveaux de radiation qui ne sont pas conformes avec les limites de sécurités. Nous ne savons pas exactement les conséquences d’une exposition prolongée des différentes parties du corps de l’homme à ces valeurs qui ne sont pas conformes aux standards de sécurité.

Les télécoms devraient être obligés de produire des tests de conformité d’exposition qui sont réalisés dans des conditions d’utilisation réelles, quand le téléphone est très proche du corps (à 0,1 cm) de l’utilisateur.

CellRaid aurait-elle donc dévoilé les mêmes lacunes dans les normes de conformité dans les télécoms que dans l’industrie automobile ?

@+ Jay

http://electrosensible.info/2016/01/25/ces-normes-qui-ne-refletent-pas-la-realite/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire