Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

6 févr. 2016

Amputation et ondes : Attention à la double pain(e)

Crédit : Virginia Reza – CC0
"Il y a des gens qui vivent dans des caves car ils déclarent être devenus hypersensitif aux radiations non-ionisantes, le reste du monde utilise les portables et ne rencontre pas de problème. Cette polarisation permet de pouvoir mépriser les plaintes d’un petit nombre et de les classer dans la case psychosomatique. Ce qui n’est pas le cas dans cette expérimentation car les sujets ne pouvait pas avoir un comportement complexe de type psychosomatique. La douleur était en corrélation directe avec l’exposition aux radiofréquences."

Amputation et ondes : Attention à la double pain(e)
jay / électrosensible.info, 6 février 2016

Alors je sais qu’au premier abord il n’y a pas trop de lien entre les ondes électromagnétiques et les mutilations engendrées par les accidents ou les blessures de guerre, mais il s’avère que je suis tombé sur un article de l’université du Texas du 3 février sur un lien possible entre les douleurs liées à un membre amputé et l’exposition aux radiofréquences.

Pour illustrer la chose, l’article évoque le cas de David Underwood, ancien militaire qui a fait la guerre d’Irak et durant laquelle il a été blessé par un engin explosif improvisé (IED). Ses blessures étaient tellement graves qu’il est passé sur la table d’opération 35 fois et il en est résulté la perte de son bras gauche. En plus de la perte de son membre, son corps a été criblé de shrapnel au niveau de sa jambe ce qui lui a infligé une centaine de petites blessures.

À l’époque, il ne faisait pas attention aux lignes électriques, ni aux portables en recherche de réseau ou les autres champs électromagnétiques jusqu’à ce qu’il les ressentent dans son bras. Il a constaté des sensations de picotement sur son moignon quand il passait sous les lignes du réseau électrique et tous les autres champs électromagnétiques.

Cette sensation empire quand il traverse les grands espaces du Texas en voiture, surtout quand l’itinérance de son téléphone s’active en voiture, c’est-à-dire quand le portable passe d’une antenne à une autre et dont l’exposition est augmentée à cause de la carrosserie qui empêche la bonne propagation des ondes, et à ce moment-là, la douleur atteint le même niveau que lorsque qu’il a perdu son bras.

Jusqu’à présent, il n’y avait pas de preuve scientifique qui corrélait les différentes expériences de sensations anomales ou de douleurs neuropathiques près des antennes-relais ou des autres technologies qui produisent des champs électromagnétiques de type radiofréquence. Mais une récente étude menée par des chercheurs de l’université du Texas à Dallas a été publiée dans la revue PLOS ONE et risque de changer la donne.

L’auteur de cette étude, Le Docteur Mario-Ortega (en collaboration avec le professeur EriK jonsson) va déclarer que son étude fournit des preuves, pour la première fois, que des sujets exposés à des stations de base, à des niveaux d’exposition en dessous des normes, peuvent ressentir des douleurs induites par ces technologies sans fil notamment à travers des cheminements nerveux bien spécifiques.

L’équipe du chercheur a émis l’hypothèse que la formation de névromes d’amputation, amalgame de tissus nerveux périphériques qui se forme suite à une lésion, pourrait créer un environnement qui serait propice aux interactions entre les tissus nerveux et les champs électromagnétiques.

Cette hypothèse a été validée sur un modèle animal, 20 souris ont été séparés en deux groupes, les sujets du premier groupe ont subi une lésion nerveuse qui simule une amputation, le second fut le groupe témoin. Les sujets ont été exposés à des radiofréquences pendant 10 minutes une fois par semaine, pendant 8 semaines. L’exposition délivrée par l’antenne équivalait à ce qui est mesuré à 39 mètres d’une antenne relais, c’est-à-dire à une exposition qu’il est facile de rencontrer dans la vie courante.

Les chercheurs ont constaté après la 4e semaine que 88% des sujets appartenant au groupe qui avait subi une liaison nerveuse, ont montré un comportement en corrélation avec une réaction à la douleur. Dans le second groupe, seul 1 sujet a eu une réaction à la douleur et seulement la première semaine. Après l’apparition et la résection des névromes, qui est le traitement courant chez les amputés qui déclarent des douleurs, les réactions à la douleur ont persisté.

Afin d’approfondir l’étude, les chercheurs ont pratiqué des expérimentations au niveau cellulaire pour comprendre cette réponse comportementale. Cela les a conduits à étudier la protéine TRPV4, qui est aussi connu pour être un facteur dans la sensibilité à la chaleur et au développement d’allodynie, une douleur qui fait suite à un stimuli qui ne devrait pas l’occasionner, ce que certains sujets ont démontré au cours de l’expérience.

D’après Romero-Ortega, « il est fort probable que la TRPV4 est un médiateur dans la réaction à la douleur que les sujets ont démontrée » et « les expérimentations grâce à l’imagerie calcique ont montré qu’il serait intéressant de continuer les recherches sur cette protéine ». De plus, d’après le chercheur, il est tout à fait envisageable de transposer ces résultats à l’humain.

Il y a des gens qui vivent dans des caves car ils déclarent être devenus hypersensitif aux radiations non-ionisantes, le reste du monde utilise les portables et ne rencontre pas de problème. Cette polarisation permet de pouvoir mépriser les plaintes d’un petit nombre et de les classer dans la case psychosomatique. Ce qui n’est pas le cas dans cette expérimentation car les sujets ne pouvait pas avoir un comportement complexe de type psychosomatique. La douleur était en corrélation directe avec l’exposition aux radiofréquences.

@+ Jay

Source : Study Uncovers How Electromagnetic Fields Amplify Pain in Amputees

http://electrosensible.info/2016/02/06/amputation-et-ondes-attention-a-la-double-paine/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire