Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

3 févr. 2016

Wi-Fi chez Swiss

Allô Maman, je suis dans l’avion
par Claire Houriet Rime, Rédaction online, Bon à savoir, 28 janvier 2016

Enfer ou paradis? De nombreuses compagnies aériennes fournissent désormais l’accès internet en vol. Les tarifs restent élevés.

Il faudra s’y faire: les avions n’échappent plus à l’emprise de La Toile. Swiss vient de franchir le pas. La compagnie annonce une connexion wi-fi sur son nouveau fleuron, le Boeing 777 300 ER, attendu sur le tarmac dès février 2016. Et elle envisage d’équiper bientôt les Airbus A330 et A340, soit l’ensemble de sa flotte long courrier.

Le surf aérien reste toutefois un sport coûteux. Chez Swiss, il faut compter 9 fr. pour 20 MB. Un forfait amplement suffisant pour relever son courrier électronique si on évite de télécharger les fichiers joints, mais qui sera épuisé en moins d’un quart d’heure sur les réseaux sociaux! Les tweeteurs compulsifs choisiront donc un paquet plus généreux (19 fr. pour 50 MB ou 39 fr. pour 120 MB).

Swiss est-elle ici plus chère que la concurrence? Difficile d’en juger dans la jungle des tarifs, tant la composition des offres diffère selon notre relevé. Chez Air Berlin, le forfait de 20 MB coûte ainsi près de deux fois moins cher (4,9 €) mais il faudra débourser le double chez Iberia qui facture 19.95 $ pour 22 MB. Ailleurs, c'est aussi la jungle des tarifs.

EasyJet et British Airways se montrent très réticents dans ce domaine. La compagnie orange attend encore et BA n’a introduit le wifi que sur un vol réservé à l’élite entre Londres et New-York.

Il y a, en effet, un revers à la connexion internet: voyager à côté d’un bavard peut ainsi virer au cauchemar. Swiss a d’emblée annoncer éteindre le modem avec les lumières et British Airways bloque tout accès à Skype. Ce n’est pas le cas chez Emirates, qui autorise les appels de l’atterrissage au décollage… Au moment de choisir son vol, on ne choisira donc plus seulement son régime alimentaire, mais le niveau de décibels qu’on est prêt à endurer...

Claire Houriet Rime
http://www.bonasavoir.ch/actu_online.php?id=922959

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire