Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

29 mai 2016

La toute nouvelle étude fédérale américaine prouvant la causalité des radiations téléphoniques sur les tumeurs

"Les cadres supérieurs du NTP jugent que la population doit être informée au plus vite des dangers réels de santé publique engendrés par la téléphonie mobile car toute la population est immergée en permanence dans ce smog d'ondes...

"Quant à savoir ce que nos Autorités fédérales feront des résultats de cette étude, c'est une autre question. Et pourtant les signes de santé publique ne manquent pas pour prendre au sérieux ce travail remarquable mené outre-Atlantique."

[Et surtout, étant donné le projet du gouvernement suisse d'augmenter les valeurs limites des antennes mobiles ce qui à son tour augmentera l'usage des téléphones cellulaires.]

La toute nouvelle étude fédérale américaine prouvant la causalité des radiations téléphoniques sur les tumeurs
par Sosthène Berger (www.gigasmog.ch), 28 mai 2016

On serait tenté de dire qu'il ne s'agit là que d'une énième étude supplémentaire démontrant des effets cancérogènes des radiofréquences micro-ondes. Seulement, il s'avère que cette étude sur 10 ans et au coût de 25 millions a été développée dans le cadre du National Toxicolgy Program (NTP) du gouvernement américain, en vue de démontrer que les radiofréquences de la téléphonie mobile ne provoquent aucun effet sur la santé.

SURPRISE pour les chercheurs, car cette étude prouve clairement et malgré eux, des effets cancérigènes des ondes avec un lien établi de dose-réponse qui signifie que les plus exposés sont plus à risque que les usager occasionnels.

Les tumeurs observées chez les sujets exposés ont été le gliome et le schwannome du cœur alors que le groupe témoin ne présentait aucune tumeur.

Les cadres supérieurs du NTP jugent que la population doit être informée au plus vite des dangers réels de santé publique engendrés par la téléphonie mobile car toute la population est immergée en permanence dans ce smog d'ondes et dans ce but, ils ont déjà alerté la Food and Drug Administration (FDA) et la Federal Communications Commission (FCC).

Le NTP faisant partie du gouvernement fédéral américain, il sera très difficile pour les opposants de réfuter cette étude supplémentaire et de continuer à prétendre qu'aucun danger n'est établi, comme ils se plaisent à le faire depuis des décennies.

Quant à savoir ce que nos Autorités fédérales feront des résultats de cette étude, c'est une autre question. Et pourtant les signes de santé publique ne manquent pas pour prendre au sérieux ce travail remarquable mené outre-Atlantique.

Il subsiste qu'en tant que citoyens, nous pouvons décider pour nous-même et nos proches de nous épargner de gros ennuis de santé en prenant les bonnes décisions à temps.

--
Sosthène BERGER
Ing. Dipl. HES

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire