Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

22 juin 2016

Étude : les nanoparticules s’invitent en secret dans nos assiettes

"Ces particules alimentaires ont investi les rayons des supermarchés ... plus de 1300 produits de consommation courante en contiennent."

Étude : les nanoparticules s’invitent en secret dans nos assiettes

mrmondialisation.org, 
15 juin 2016

Malgré les nombreuses alertes des scientifiques concernant l’utilisation incontrôlée des nanomatériaux, les industriels multiplient les usages de ces substances infiniment petites et aux effets secondaires encore mal connus. L’association Agir pour l’environnement vient de révéler, confirmant les précédentes observations, que des aliments du quotidien contiennent déjà ces nanoparticules à notre insu.

Les nanoparticules sont des substances chimiques aux dimensions de l’ordre d’un milliardième de mètre (un nanomètre est environ 50 000 fois plus fin qu’un cheveu). Des éléments de plus en plus couramment utilisés par les laboratoires et les industriels du monde entier pour leurs nombreux avantages. Employées pour rendre les produits plus attractifs, pour ajouter des saveurs artificielles ou bien encore pour allonger leur conservation (les possibilités sont nombreuses), les nouvelles nanotechnologies élaborées par les professionnels de l’industrie agro-alimentaire ont des chances de se retrouver dans nos assiettes sans que nous en soyons avertis ni que les conséquences sur notre organisme et l’environnement ne soient connues.

Aussi petites que discrètes, ces particules alimentaires ont investi les rayons des supermarchés et, selon un rapport de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), plus de 1300 produits de consommation courante en contiennent (que ce soit dans les plats préparés que nous mangeons, les chewing-gums que nous mâchons, les colles ou peintures que nous respirons, les textiles que nous portons, les accessoires de sport ou les crèmes solaire que nous utilisons). Inévitablement, les associations de protection du consommateur s’intéressent de près à celles qui finissent leur route dans notre estomac…

Des nanoparticules dans nos assiettes

Ce mercredi 15 juin, l’association Agir pour l’environnement a dévoilé une enquête repértoriant la présence de nanoparticules dans des aliments de consommation courante pour alerter sur les dangers potentiels de ces substances mais surtout le non-respect des réglementations. L’association a en effet fait analyser par leLaboratoire national de métrologie et d’essais (LNE), rattaché au ministère de l’industrie, quatre produits alimentaires de grandes marques : un mélange d’épices pour guacamole Carrefour, des biscuits Napolitain signature chocolat LU, des chewing-gums Malabar goût tutti et de la blanquette de veau en conserve William Saurin. Conclusion, tous contiennent des nanoparticules : du dioxyde de silicium (SiO2) pour le premier et du dioxyde de titane (TiO2) pour les trois autres. Des additifs utilisés par les industriels pour fixer l’humidité et empêcher l’agglomération des poudres, blanchir les aliments ou modifier la teinte de leurs colorants.

Si les nanoparticules ne sont pas une nouveauté dans les domaines du textile, des cosmétiques ou de l’agro-alimentaire, les risques qu’elles peuvent présenter pour la santé et l’environnement sont encore peu connus. C’est pourquoi il existe une obligation d’étiquetage imposée depuis fin 2014 par l’Union Européenne. La France fut notamment le premier pays de l’UE à créer son propre registre R-Nano en 2013, dont le but est de recenser toutes les substances à l’état nano particulaire importées, produites ou distribuées sur le territoire.

Alors faut-il s’alarmer ? Difficile à dire à ce stade. Certes, les quantités de nanomatériaux détectées sont infinitésimales, comparées à la masse totale des produits testés par Agir pour l’environnement, mais ce qui inquiète les toxicologues, c’est le risque de bio accumulation dans l’organisme. Nous serrions déjà exposés quotidiennement à toutes sortes de nanoparticules manufacturées, via les aliments, mais surtout les traitements agricoles, les cosmétiques, les vêtements, les objets, etc. Les cas particuliers se documentent au cours du temps. Le mois dernier, l’association internationale Les amis de la Terre avait déjà révélé la présence de nanomatériaux en forme d’aiguille dans des produits en poudre, dont le lait maternisé de marques reconnues comme Nestlé et Enfamil, commercialisés aux États-Unis et en France.

Moratoire pour éviter un scandale sanitaire

Si l’obligation d’étiquetage de la mention « nano » dans la liste des ingrédients est en vigueur depuis fin 2014, aucune marque de l’agro-alimentaire ne s’y est pliée. Et malgré l’insistance des parlementaires, la Commission Européenne tarde à mettre en œuvre les mesures qui contraindraient les industriels à ce soucis transparence. Malheureusement pour les consommateurs, Bruxelles a récemment abandonné l’idée d’un registre européen qui aurait fait l’inventaire des « nanos » mis sur le marché. Il sera remplacé par un site de vulgarisation à la place, le Nano observatoire.

La difficulté d’analyser la question est également d’autant plus grande que, le seuil légal de 100 nanomètres dans les aliments, généralement retenu dans les règlements sur les nanomatériaux, n’a en réalité pas de fondement scientifique absolu, et politiques, industriels et scientifiques peinent à s’accorder sur la notion même d’une nanoparticule.

Il y a quelques jours, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a mis en consultation publique une proposition, soumise à l’Agence européenne des produits chimiques, de classer le dioxyde de titane (TiO2) comme substance cancérogène par inhalation « présumée ». En effet, une substance a priori inoffensive peut devenir toxique si elle est utilisée sous forme de nanomatériaux, estime-t-elle. Du fait de leur taille, ils peuvent franchir les « barrières du vivant » (les membranes cellulaires, par exemple) et se retrouver dans les organes ou les cellules du sang, mais également les sols et les rivières. « C’est justement parce qu’elles sont si petites qu’elles pénètrent dans les cellules. Si elles étaient d’une taille plus importante, elles ne pourraient pas pénétrer les tissus. » explique Julien Gigault, chargé de recherche au CNRS.

Ainsi, alors que les nanoparticules s’introduisent de plus en plus dans les biens de consommation sans transparence, sans traçabilité et sans régulation, Agir pour l’environnement appelle, en vertu du principe de précaution, à un moratoire sur l’incorporation de nanoparticules dans l’alimentation. Sans ces mesures indispensables, certains fabricants de produits ignorent eux-même la nature potentiellement toxique des substances qu’ils manipulent et les consommateurs ne peuvent pas faire de choix éclairé.

Les aliments au cœur de notre vie quotidienne

Enfin, rappelons que les produits testés par Agir pour l’environnement dans leur enquête sont des aliments issus de productions industrielles qui utilisent l’ajout de divers conservateurs alimentaires issus de l’industrie chimique. Si vous vous renseignez sur la provenance de vos aliments et que vous consommez de manière plus écologique, ou encore que vous cuisinez vous-même vos plats plutôt que d’acheter en grande surface, le risque de voir des nanoparticules dans votre assiette diminue fortement.

Sources : Le Monde, Agir pour l’environnement

Cet article inclut un documentaire de 51 mn. de 2014 sur les usages de la nanotechnologie dans la domaine médicale, "Nanotechnologies la révolution de l'invisible" - documentaire troublant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire