Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

12 juin 2016

Genève : Des communes s’opposent aux nouvelles antennes

Dans l'immense majorité des cas, les mesures sont
conformes à la législation?  Philippe Maeder
"Aujourd’hui, quelque 6000 antennes se dressent sur le territoire genevois... Alors que des discussions agitent le parlement fédéral pour rehausser ces valeurs, le directeur du Service de l’air, du bruit et des rayonnements non ionisants de l’Etat de Genève, précise que celles-ci se basent justement sur un principe de précaution. «Nous ne savons pas précisément à partir de quand les immissions peuvent avoir un effet sur la santé», explique-t-il."

Des communes s’opposent aux nouvelles antennes
par Céline Garcin, Tribune de Genève,
6 juin 2016

Téléphonie mobile Le nombre d’émetteurs ne cesse d’augmenter à Genève malgré la réticence des municipalités

Ils disent ne pas être venus pour eux mais pour les jeunes du quartier et leurs enfants. Mardi, un couple de septuagénaires a assisté au Conseil municipal de Plan-les-Ouates pour interpeller les autorités sur un projet de nouvelle antenne de téléphonie mobile au chemin Verbant à Saconnex-d’Arve, à «70 mètres» précisément de chez eux.



«Nous ne savons pas exactement les risques que présentent ces installations pour la santé, souligne la femme. Un rapport de l’Etat relève que les immissions de l’antenne sont, dans certaines directions, proches de la valeur limite autorisée et que des contrôles devront être réalisés.» Le Conseil administratif lui a alors répondu que la Commune s’opposait systématiquement à tout projet de nouvelle antenne.

Grandes disparités

Si ce cas a surgi à Plan-les-Ouates, il reflète la situation de nombreuses communes genevoises. En particulier les municipalités périurbaines qui, de par leur densité de population, abritent un nombre très élevé d’émetteurs. Un rapide coup d’œil à la carte de l’Office fédéral de la communication qui recense toutes les antennes suisses illustre très clairement d’importantes inégalités entre les régions. Alors que les points se chevauchent dans les communes fortement peuplées, ils se raréfient à la campagne.

A l’instar de Plan-les-Ouates, de nombreuses municipalités s’opposent d’office, à titre préventif, aux projets de nouvelles installations dès lors qu’elles se situent à proximité d’immeubles d’habitation, d’équipements publics ou d’écoles. Le Grand-Saconnex a même formalisé cette position dans un moratoire voté il y a quelques années. «Le Conseil municipal de l’époque avait décidé de toujours donner un préavis défavorable tant qu’on ne pouvait affirmer que ces émetteurs ne faisaient courir aucun danger pour la santé des habitants, explique le conseiller administratif Jean-Marc Comte. Malheureusement, nous sommes toujours déboutés par le Canton qui accorde au final l’autorisation de construire.»

Bande passante doublée

Aujourd’hui, quelque 6000 antennes se dressent sur le territoire genevois. Et le nombre augmente chaque année. «Le trafic de données explose, nous sommes obligés de doubler tous les ans la bande passante utilisée par nos clients et pour cela nous devons installer de nouvelles antennes», explique Christian Neuhaus, porte-parole de Swisscom, qui tient à signaler que les valeurs limites d’émissions permises en Suisse sont largement inférieures que dans d’autres pays européens.

Alors que des discussions agitent le parlement fédéral pour rehausser ces valeurs, Philippe Royer, directeur du Service de l’air, du bruit et des rayonnements non ionisants (SABRA) de l’Etat de Genève, précise que celles-ci se basent justement sur un principe de précaution. «Nous ne savons pas précisément à partir de quand les immissions peuvent avoir un effet sur la santé», explique-t-il.

Chaque année, le SABRA effectue des contrôles sur une trentaine d’installations. Souvent à la demande d’habitants qui se plaignent de maux de tête ou autres symptômes. «Dans l’immense majorité des cas, les mesures sont conformes à la législation», observe Philippe Royer. Sur les six dernières années, le directeur se souvient de deux cas où des modifications de paramètres ont dû être demandées.

(TDG)

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/communes-s-opposent-nouvelles-antennes/story/13280384

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire