Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

17 sept. 2016

Etude : Canaux calciques perturbés, maladies à la clé

Canaux calciques perturbés, maladies à la clé Écrit par Eric, Ecrit par Eric, www.teslabel.be, 1er janvier 2016

(1/1/16) Le Dr Martin Pall, chercheur à l'Université de Washington, étudie les effets des rayonnements sur le calcium, en particulier sur les "canaux calciques dépendant du voltage". Canaux qui traversent nos membranes cellulaires, s'ouvrent à partir d'un certain potentiel électrique, et laissent alors passer les ions calcium avec des conséquences notamment sur les muscles (contractions...) et les nerfs (sécrétions neuroendocrines, neurotransmetteurs, stress oxydatif et nitrosatif...)

Les rayonnements électriques de type "micro-ondes" des nouvelles technologies sans fil (gsm, wifi, bluetooth, dect, wimax, satellite etc.) ont des puissances qualifiées de "non-thermiques", parce que l'élévation de température des corps exposés est actuellement considérée comme trop faible pour avoir un effet pathogène.

Rappelons cependant que tout corps absorbant des rayonnements s'échauffe, qu'il ne s'agit pas d'une irradiation ponctuelle, mais permanente depuis des années (donc d'un échauffement permanent), que de plus en plus de gens souffrent de la chaleur (des températures considérées autrefois comme agréables leur sont devenues insupportables), et que de nombreux témoignages d'électrosensibles mentionnent une sensation de cuisson interne. Personnellement, j'ai pu constater des centaines de fois depuis 2003, qu'à climat et ensoleillement identiques, il fait plus frais en zone blanche qu'en zone irradiée. Enfin, l'accélération du réchauffement climatique correspond chronologiquement à l'avènement des technologies sans fil wifi, 3G, 4G... pur hasard ?

Mais fermons cette parenthèse sur les effets thermiques de notre exposition aux technologies sans fil, ouverte pour rappeler qu'ils existent bel et bien aussi, pour nous intéresser ici aux effets "non-thermiques". Tout bricoleur ayant fait la malheureuse expérience d'une décharge électrique, a pu constater que la conséquence la plus immédiate et la plus saisissante n'est pas d'ordre thermique, mais bien nerveux. Les rayonnements artificiels causent des courants électriques infiniment moindres, mais il s'agit bien aussi d'électricité : les antennes émettrices fonctionnent avec des courants électriques; et ce sont des courants électriques induits naissant aux antennes réceptrices qui permettent la réception. En fait tous les obstacles situés dans un champ électromagnétique artificiel ont leurs charges électriques (électrons et ions) soumises à des mouvements. Les organismes vivants ne font pas exception. Parmi les ions ainsi sollicités figurent les ions calcium Ca++.

Le Dr Martin Pall (1), Professeur émérite à l'Université de Washington, souffrait lui-même d'un de ces nouveaux syndromes inexplicables, rares autrefois mais qui courent les rues depuis l'avènement des technologies sans fil, en l'occurence le syndrome de fatigue chronique. Il a fait appel à sa spécialité, la biochimie, pour comprendre le mécanisme d'action de la pollution électromagnétique (des basses et des hautes fréquences), jusqu'au niveau cellulaire. Ses recherches ont déjà fait l'objet de nombreuses publications sur Pubmed, dont deux récentes ci-dessous, en 2015. Parmi les autres syndromes émergents qui s'expliquent par les canaux calciques, citons : fibromyalgie, sensibilité chimique multiple, électrohypersensibilité, dépression...

Continuer à lire :
http://www.teslabel.be/etudes/341-canaux-calciques-perturbes-maladies-a-la-cle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire