Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

29 sept. 2016

Suisse : Les travailleurs sont toujours plus stressés

Photo d'illustration.  Image: Corbis
[Notre commentaire : On ne réalise pas que l'utilisation croissante des technologies sans fil : smartphones, Wi-Fi, tablettes - au bureau et chez soi - le fait d'être connecté 24/7 - donc, exposé au rayonnement électromagnétique - peut générer beaucoup d'effets néfastes pour la santé. On peut en parler jusqu'à en perdre haleine, mais le refus d'incriminer ces technologies persiste... - Le journal n'osait pas publier ce commentaire !]

Les travailleurs suisses sont toujours plus stressés
par Richard Etienne@RiEtienne, Tribune de Genève, 29 septembre 2016

Vie en entreprise Horaires chargés, profusion d’e-mails et pression accrue ont des effets néfastes, selon plusieurs études

En Suisse, la pénibilité du travail et le stress au boulot bondissent. C’est ce qui ressort d’une étude sur la question mandatée par le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) auprès de 400 entreprises dans le pays. Elle n’a pas encore été publiée, mais un extrait alarmant a été divulgué par le journal alémanique Tages-Anzeiger.

Près de deux tiers des sondés (61%) disent être stressés par le contact avec des clients difficiles et 43% d’entre eux évoquent des horaires de travail élevés comme facteur de stress.

Augmentation constante

Ces chiffres sont d’autant plus élevés que dans deux précédentes études, publiées en 2000 puis en 2010, le SECO a constaté que les niveaux de stress avaient déjà augmenté. Au début du millénaire, à peine 20% des sondés disaient en effet être affectés par ce phénomène – plus de deux fois moins par rapport à aujourd’hui.

Les explications de cette hausse sont multiples. Le stress est souvent assimilé à la pression des délais, toujours plus serrés, mais les interruptions sur le lieu de travail et le rythme intense au boulot causent plus d’angoisse encore. Le manque de temps, l’abondance de sollicitations – notamment la profusion d’e-mails – accroissent aussi l’épuisement.

Les conflits sociaux figurent également parmi les facteurs de stress les plus importants de la vie professionnelle, selon des études scientifiques. Ces conflits peuvent entraîner des atteintes au bien-être, des maux psychosomatiques, conduire au développement de maladies et engendrer de longues absences, et diminuer l’espérance de vie, préviennent les médecins.

Les semaines de travail tendent en outre à s’allonger dangereusement. «Avec une semaine de 50 heures, les maladies liées au travail sont détectables. Dès 60 heures, les troubles augmentent, ainsi que le taux de mortalité», selon Brigitta Danuser, professeure lausannoise à la médecine du travail.

Romands plus touchés

En 2010, le SECO notait également que les Romands se sentent plus régulièrement stressés que leurs voisins des deux autres régions linguistiques. Et les jeunes disent plus souvent se brûler au travail que leurs aînés. Mais le sujet reste tabou, alors que de nombreuses personnes l’associent à tort à une faiblesse personnelle.

Certains estiment que le nombre de travailleurs affectés par les conséquences néfastes du stress va encore croître, alors que des parlementaires veulent limiter le temps de repos à huit heures par jour, assouplir les règles pour le travail de nuit et supprimer l’interdiction de travailler le dimanche.(TDG)

http://www.tdg.ch/economie/entreprises/travailleurs-suisses-toujours-stresses/story/18611155

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire