Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

24 nov. 2016

Suisse et le nucléaire : Des déchets pour 100 000 ans

Des déchets pour 100 000 ans
par Boris Calame, Courrier des lecteurs, Tribune de Genève, 24 novembre 2016

Ce dimanche la Suisse décidera du sort de l'initiative pour la sortie programmée du nucléaire, mais aussi du volume de déchets extrêmement toxiques que devront gérer de très nombreuses générations futures.

En Suisse sommeillent actuellement 1450 tonnes de déchets radioactifs, dont une grande part de déchets hautement radioactifs.  Ils devront être traités, conditionnés, conservés et protégés dans des lieux particulièrement "sûrs", ceux-ci devant garantir une résistance minimum de plus de 100'000 ans... soit pas moins de 4'000 générations.  Cela fait quand même beaucoup de monde qui va devoir subir nos poubelles nucléaires.  Que ce soit au niveau de la sécurité et des coûts spécifiques, mais aussi de la transmission du savoir.  Comment connaître où prévoir de quoi sera fait le monde dans quelques dizaines d'années... alors pour des milliers?



Imaginons seulement que l'homo sapiens, qui a développé il y a 100'000 ans les bases élémentaires de langage, nous ait laissé des poubelles nucléaires... nous ne serions sans doute pas là pour y accéder, car la communication au travers du temps se perd indéniablement.  Les linguistes estiment qu'une langue ne peut survivre plus de 10'000 ans environ.  Comment préserver les générations futures des dangers liés au stock de déchets radioactifs?  La seule réponse est de limiter drastiquement la quantité de déchets, soit assumer aujourd'hui nos folies de ces cinquante dernières années en votant oui à la sortie programmée du nucléaire !

Boris Calame, député des Verts au Grand Conseil

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire