Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

8 mars 2017

Appel de Reykjavik sur la technologie sans fil dans les écoles

(Choix d'image par la Rédactrice de "Mieux Prévenir")
Appel de Reykjavik sur la technologie sans fil dans les écoles

Conférence internationale Reykjavik sur les enfants, le temps d'écran et le rayonnement sans fil
24 février 2017

Nous, les signataires, sommes préoccupés par la santé et le développement de nos enfants dans les écoles utilisant la technologie sans fil pour l'enseignement. Un grand nombre d'études scientifiques ont démontré des risques médicaux considérables avec une exposition à long terme aux rayonnements de radiofréquences (RRF) à partir de dispositifs sans fil et de réseaux bien en deçà des niveaux de référence recommandés par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP). Nous demandons aux autorités de prendre leur responsabilité pour la santé et le bien-être futurs de nos enfants.



En mai 2011, l'Agence internationale de recherche sur le cancer (CIRC) de l'OMS a classé les RRF comme cancérogène du groupe 2B, c'est-à-dire «potentiellement» cancérogène pour l'homme. Depuis lors, plus d'études scientifiques sur l'exposition aux RRF chez les humains, les animaux et le matériel biologique ont renforcé l'association d'un risque accru de cancer, en particulier les tumeurs cérébrales. Plusieurs études en laboratoire ont démontré des effets mécaniques dans la carcinogenèse tels que le stress oxydatif, la régulation à la baisse de l'ARNm et les dommages à l'ADN avec des bris d’un seul brin. La classification du cancer du CIRC inclut toutes les sources de RRF. L'exposition provenant des stations de base de téléphonie mobile, des points d'accès Wi-Fi, des téléphones intelligents, des ordinateurs portables et des tablettes peut être à long terme, parfois 24 heures sur 24, à la maison comme à l'école. Pour les enfants, ce risque peut être accentué en raison d'un effet cumulatif pendant une longue durée de vie. Les cellules en développement et immatures peuvent également être plus sensibles à l'exposition aux RRF. Aucun niveau de sécurité de ces rayonnements n'a été déterminé par aucun organisme de santé et nous n'avons donc aucune garantie de sécurité.

Outre le risque de cancer, les RRF peuvent également affecter la barrière hémato-encéphalique l’amenant à s’ouvrir et à laisser entrer des molécules toxiques dans le cerveau, endommager des neurones dans l'hippocampe (le centre du cerveau pour la mémoire), dérégler la production de protéines essentielles nécessaires au métabolisme du cerveau , modifier la réponse au stress et la neuro-protection, et affecter les neurotransmetteurs. Il a été observé que la tête des spermatozoïdes exposés au Wi-Fi a plus de défauts et leur ADN subit davantage de dommages. Les RRF peuvent augmenter le stress oxydatif dans les cellules et mener à l'augmentation des cytokines pro-inflammatoires et à une plus faible capacité à réparer les ruptures de brins d'ADN simple et double.

Des déficiences cognitives dans l'apprentissage et la mémoire ont également été démontrées. Les résultats des enquêtes de performance PISA de l'OCDE en lecture et en mathématiques montrent que les étudiants des pays ayant le plus investi dans l'introduction des ordinateurs à l’école ont de moins bons résultats scolaires. Mener plusieurs tâches de front, passer trop d'heures devant un écran, avoir moins de temps pour les contacts sociaux et les activités physiques avec un risque accru de voleurs au cou et au dos, de surpoids, de problèmes de sommeil, et la dépendance aux technologies de l'information constituent certains des risques connus et des effets secondaires d’un usage abusif de l'informatique. Tout cela offre un contraste frappant avec les prétendus avantages de ces technologies sans fil en milieu scolaire, qui n’ont d’ailleurs jamais été clairement démontrés.

Nous demandons aux autorités scolaires de tous les pays d'acquérir des connaissances sur les risques potentiels des RRF pour la croissance et le développement des enfants. Le soutien des technologies éducatives câblées est une solution plus sûre que les expositions potentiellement dangereuses aux rayonnements d’appareil sans fil. Nous vous demandons de suivre le principe ALARA (As Low As Reasonably Achievable - aussi bas que raisonnablement possible) et la Résolution 1815 du Conseil de l'Europe et de prendre toutes les mesures raisonnables pour réduire l'exposition aux RRF.

Règles pratiques pour les écoles concernant les enfants et la technologie sans fil. 

- Pas de réseaux sans fil dans les pré-maternelles, maternelles et écoles.
- Une connexion câblée directe est recommandée à chaque classe pour que l'enseignant puisse l'utiliser pendant les cours.
- Préférer les téléphones filaires pour le personnel dans les pré-maternelles, maternelles et écoles.
- Préférer la connexion câblée à Internet et les imprimantes dans les écoles et désactiver les paramètres Wi-Fi dans tous les équipements
- Préférer les ordinateurs portables et les tablettes qui peuvent être connectés par câble à Internet.
- Les élèves ne devraient pas être autorisés à utiliser les téléphones cellulaires dans les écoles. Ils peuvent les laisser à la maison ou bien l'enseignant les ramasse en mode désactivé avant la première leçon du matin.

Conférence internationale Reykjavik sur les enfants, le temps d'écran et le rayonnement sans fil - 24 février 2017

Signé par :

Lennart Hardell, MD, PhD
Department of Oncology, Faculty of Medicine and Health, Örebro University
SE-701 82 Örebro, Sweden.
E-mail: lennart.hardell@regionorebrolan.se

Tarmo Koppel, PhD candidate
Department of Labour Environment and Safety Tallinn University of Technology, SCO351 Ehitajate tee 5, 19086 Tallinn, Estonia
E-mail: tarmo.koppel@ttu.ee

Lena Hedendahl, MD, Sweden
Johan Wilhelmson, MD, Sweden
Michael Carlberg MSc, Sweden
Mona Nilsson, Chairman Swedish Radiation Protection Foundation, Sweden
Rainer Nyberg, EdD, Professor emeritus, Finland
Franz Adlkofer, Professor, Germany
Peter Ohnsorge, Dr Med, Germany
Peter Hensinger, M.A., diagnose:funk, German consumer-rights organization
David Carpenter, MD, Professor, USA J
ames Huff, PhD, USA
Cindy Sage, MA, Sage Associates, Co-Editor, BioInitiative Reports, USA.

ANNEXE POUR EN SAVOIR PLUS

Références 

http://www.cqlpe.ca/pdf/AppelDeReykjavik.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire