Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

15 mars 2017

Suisse : Ce mercredi [15 mars], les enfants déconnectent d'Internet

Ce mercredi, les enfants déconnectent d’Internet
by Olivier Perrin, Le Temps, 14 mars 2017

Des parents de la région de Nyon voudraient faire du 15 mars la Journée mondiale sans connexion. Ils ont lancé leur offensive… sur le Net, où ils prônent une sortie au zoo de la Garenne, avec toutes sortes de mises en garde contre une utilisation problématique des écrans

L’initiative fait la une de 20 minutes ce mardi matin. Elle n’est pas entièrement nouvelle, puisque «l’année passée, 40 familles avaient lancé le mouvement Unplugged Week. A cette occasion, des parents et enfants basés dans la région nyonnaise avaient passé une semaine sans smartphones, ni tablettes, ni TV à la maison.» Un article du Huffington Post anglophone prouve d’ailleurs que c’est possible: «We Unplugged for a Week and Survived.»

Pour la deuxième édition, prévue ce mercredi 15 mars, les organisateurs «redimensionnent l’événement sur un seul jour, mais voient plus grand». Ainsi est né Unplugged Kids, dont le site pédagogique Loisirs.ch et la plateforme de conseil pour les expats Livinginnyon répercutent largement les objectifs: «Pour sensibiliser les parents au problème des enfants sans cesse connectés à leurs appareils numériques», l’association encourage tous les parents à se rendre au zoo de la Garenne, à Le Vaud (VD), pour une journée sans écrans, à des tarifs préférentiels pour les enfants. A cet effet, une page Facebook, Unplugged Kids Day, réunit les différents partenaires: la marque suisse d’habits pour enfants Woolami, le Label Unicorn, le parc animalier de Le Vaud – récemment rénové – et World Radio Switzerland.

L’avantage du grand air

Quel est l’argument, après la Journée mondiale sans Facebook, le 28 février dernier? Il est plus large. «Aujourd’hui, les enfants passent en moyenne deux fois plus de temps devant leurs écrans qu’à jouer dehors». Organisé avec plusieurs partenaires médias et groupes de sensibilisation, l’Unplugged Kids 2017 aimerait «réunir 1000 familles et cumuler ainsi 24 000 heures déconnectées!» A l’enseigne d'#UnpluggedKids, la raison «la plus évidente» d’une telle initiative «est de limiter l’obésité infantile» par une activité physique à l’extérieur, où l’on est aussi plus susceptible d’obtenir sa dose quotidienne de vitamine D, «ce qui contribue à la solidité des os et réduit le risque de cancer». Il est «également prouvé que passer du temps à l’extérieur apaise les enfants, en abaissant le risque d’hyperactivité et de dépression».

20 minutes, toujours, explique en effet que «l’usage excessif des nouvelles technologies détériore la santé»: «Troubles psychiques, insomnie, surpoids, problème de concentration…» D’ailleurs, «il y a dix ans, ce sont les parents qui s’inquiétaient. Aujourd’hui, ce sont les principaux concernés qui viennent consulter», relève par exemple pour le journal gratuit la doctoresse Sophia Achab, du Service d’addictologie des Hôpitaux universitaires genevois, qui se dit «thérapeute (du) virtuel» sur YouTube, dans une vidéo plutôt rigolote: [Voir l'article original.]

En marge de cette journée, «une campagne de crowdfunding a été lancée sur la plateforme Wemakeit.» Car le «mouvement veut toucher le monde entier et faire du 15 mars la Journée internationale sans connexion». Ce qui fait aussi bien ricaner quelques internautes: «Quand les parents ne peuvent quitter leur cellulaire à table, c’est à se demander lesquels il faut promener dans la nature.» Et d’autres prétendent que ce n’est dans le fond qu’une affaire d’éducation, tout cela:

«Mes enfants regardent la télé et ont des tablettes. C’est surveillé, on leur apprend à les utiliser correctement et dans le bon sens. C’est inévitable et dans l’air du temps. Ils y ont libre accès. Pourtant, cet après-midi, dès la sortie de l’école, tout ce qu’ils voulaient, c’était aller jouer au parc, être dehors. Parce qu’on leur a aussi transmis le plaisir de bouger, profiter du soleil, être entre amis. Tout ça pour dire que les écrans et les petits plaisirs de la vie ne sont pas incompatibles.»

«Question d’éducation…» rétorque un autre lecteur. «Mais quand les parents ne sont déjà pas éduqués ou ont dû oublier l’éducation qu’ils ont reçue… Il y a des familles dont les parents n’ont pas vécu avec toute notre technologie actuelle, mais leurs enfants oui, qui, grâce à une éducation au top, ont su se mettre tout seuls des limites… Mais bon, pour ça faudrait déjà avoir un minimum de considération pour ses enfants, et de nos jours… plus facile de dire «va jouer sur ta console» quand on veut rester tranquille pépère.»

Alors, apprendre vraiment au lieu d’interdire ou de s’énerver face à une utilisation problématique? A ce propos, il n’est pas interdit de prolonger la visite du zoo de la Garenne par des recherches plus approfondies sur les animaux qui y ont été vus. Mais à partir de jeudi seulement. Jour où l’on pourra visionner également, sur la page Facebook d’UnPlugged Kids Switzerland, la vidéo d’un père qui, lui, aurait peut-être aussi besoin d’être un peu plus «unplugged», aux yeux de son irrésistible progéniture: [Voir l'article original.]

https://www.letemps.ch/opinions/2017/03/14/mercredi-enfants-deconnectent-dinternet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire