Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

6 avr. 2017

Suisse : Technologie et politique, l’impossible ménage

Ministre des communications, Doris Leuthard
L'auteur de cet éditorial oublie qu'en décembre 2016, le Conseil des Etats a voté "non" à l'augmentation des valeurs limites des antennes de la téléphonie mobile.  Mieux rester au "Moyen Age" et éviter les maladies et la cybercriminalité qui vont accompagner le 5G et toutes ces nouvelles technologies.  La santé de la population a une valeur supérieure à la qualité du réseau !

Technologie et politique, l’impossible ménage
par Olivier Wurlod, L’éditorial, Tribune de Genève, 5 avril 2017

Au printemps de l’année dernière, le message du Conseil fédéral semblait clair: «La Suisse doit exploiter pleinement les atouts de la numérisation et cela dans tous les domaines de la vie.» Voiture autonome, objets connectés, drones, réalité virtuelle, l’ensemble de ces révolutions technologiques vont bouleverser notre société. C’est inéluctable!

Et pourtant, la Suisse se retrouve aujourd’hui dans une situation quasi schizophrénique. D’un côté, comme la grande majorité des pays du monde, elle fait face à l’appétit insatiable des citoyens en «datas», soit ces dizaines, voire centaines de milliers de bits que tout un chacun consomme au jour le jour. De l’autre, elle se retrouve prisonnière d’une ordonnance datant de 1999, une année proche du Moyen Age en termes purement technologiques.

Sans nier l’inconnue qui subsiste encore et toujours à propos des effets sur la santé des rayons non ionisants émis par les antennes de téléphonie mobile, les limites d’exposition propres à la Suisse apparaissent très restrictives – jusqu’à dix fois plus basses que celles imposées en comparaison internationale. De quoi laisser songeur. Pourquoi la Suisse s’inflige-t-elle une nouvelle fois une forme de «Swiss finish» pouvant nuire, un jour prochain, à la qualité même de nos réseaux?

Or le temps presse. Les nouvelles technologies font fi des atermoiements politiques. La 5G est déjà dans les starting-blocks et son déploiement n’attendra pas que Berne se décide à faire évoluer la régulation.

Un statu quo qui risque de coûter très cher, non seulement aux opérateurs, mais surtout au consommateur, sur qui les dépenses nécessaires à la construction d’antennes supplémentaires seront reportées. Aujourd’hui déjà, notre réseau de téléphonie mobile coûte entre 40% et 110% plus cher que dans les pays voisins. Alors qu’en sera-t-il avec la 5G, un réseau jusqu’à 100 fois plus rapide que la 4G? (TDG)

http://www.tdg.ch/editorial/technologie-politique-discorde/story/26407554

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire