Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

13 sept. 2017

Suisse : La boîte vocale, ennemi n°1 du vacancier

La boîte vocale, ennemi n°1 du vacancier
par Vincent Cherpillod, bonasavoir.ch
11 septembre 2017

A l’étranger, il ne suffit pas de refuser les appels ou d’éteindre son téléphone pour échapper aux frais de roaming. Il faut surtout désactiver son répondeur!

Les Européens ont passé leur premier été sans frais d’itinérance. Côté suisse, comment évoluent les choses? A en croire les trois grands opérateurs, le ciel est au beau fixe: «La branche s’est occupée elle-même du problème de l’itinérance et n’a guère plus de réclamations clients à déplorer en la matière», claironne ainsi Swisscom dans un communiqué de presse du 7 septembre dernier. Un comble, car les consommateurs suisses paient toujours des frais de roaming très élevés et les plaintes continuent d'affluer dans les bureaux de Bon à Savoir! A l’instar de celles de deux lecteurs qui, fin août, ont connu la même mésaventure avec le répondeur de leur téléphone mobile.

Chaque appel dévié sur le Combox coûte cher

En voyage à l’étranger, ils ont pris soin de ne pas répondre aux coups de fil provenant de Suisse. Or, cette précaution logique est insuffisante et même contreproductive. En effet, les communications qui n'aboutissent pas sont déviées vers le répondeur, ce qui a pour conséquence de les faire facturer à double: une première fois pour l'appel entrant de la Suisse vers l’étranger, puis une seconde fois pour celui sortant de l'étranger vers la Suisse, car l’enregistreur de la boîte vocale s'y trouve.

Plus embêtant, la tarification commence à l’instant même où l’appel est dévié – peu importe que l’interlocuteur attente le bip sonore et laisse un message ou non – et se fait à la minute. Ainsi, le moindre coup de fil qui termine sur le répondeur coûte une minute de communication entrante et une minute de communication sortante!

5.70 fr. pour un appel d’une seconde

La facture de notre lecteur en voyage en Indonésie, abonné Swisscom, illustre à merveille ce traquenard. A plusieurs reprises, des appels de mobiles suisses ont abouti sur son répondeur. Durée de la communication: une seconde, quatre secondes, douze secondes… soit le temps que l’interlocuteur se rendre compte qu’il est arrivé sur le Combox et raccroche sans laisser de message. Coût pour chaque tentative? 2 fr. pour un appel entrant d’une minute, 3.70 fr. pour un appel sortant d’une minute, soit 5.70 fr. au total. Par chance, ses interlocuteurs ne se sont pas montrés trop tenaces: celui qui aurait insisté dix fois lui aurait coûté 57 francs!

Il est pire de ne pas répondre

Moralité: il est impératif de désactiver sa boîte vocale lorsque l’on emmène son téléphone dans un pays où les communications ne sont pas prises en charge par un éventuel abonnement de roaming (lire encadré). Et si l’on oublie de le faire, mieux vaut répondre à un appel en provenance de Suisse plutôt que le rejeter, ça coûtera moins cher!

Vincent Cherpillod

  • Cliquez ici pour découvrir comment désactiver sa boîte vocale (encadré de droite)
  • Selon l'association alémanique des consommateurs SKS, Swisscom aurait mis au point un système qui empêche les appels déviés sur sa Combox de transiter par l'étranger, tout en continunant à percevoir des frais de roaming. L'association a porté plainte et demande le remboursement des montants encaissés indûment (lire «Swisscom aurait triché sur le roaming»).

www.bonasavoir.ch/925733-la-boite-vocale-ennemi-n1-du-vacancier

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire