Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

5 oct. 2017

Emissions des lampes

Emissions des lampes
xn--pollution-lectromagntique-kick.fr, posted 5 octobre 2017

Introduction

De sa source naturelle (solaire), le spectre électro-magnétique nous parvient, en partie filtré par l’atmosphère. Et malgré l’efficace association symbiotique avec les procaryotes, contenus dans nos yeux, il ne nous est permis d’observer qu’une infime partie de ce spectre : la « lumière ».Certains de nos compagnons animaux ont la capacité de voir, de capter, d’autres parties du spectre.

La peur de la nuit incite l’homme à s’éclairer ; le feu, la bougie puis…l’ampoule. Le feu, la bougie émettent un spectre assez proche du soleil (avec une forte raie dans les jaunes), aussi l’homme ancien retrouvait la lumière et la chaleur de son dieu solaire, même au creux de la nuit.

Lampe à incandescence

L’ampoule électrique « à incandescence », expression électrique et moderne de la flamme de bougie, fut, après quelques évolutions techniques, constituée d’un filament de tungstène (wolfram en allemand), chauffé à blanc, ceci sous atmosphère noble (krypton, argon…). Le filament de tungstène, chauffé à près de 3000 °C émet de la lumière blanche (selon la loi du rayonnement de Wien).En Europe, l’interdiction de la vente de la lampe à incandescence a progressivement commencé en septembre 2009, l’abandon est total depuis 2012. L’argument principal est énergétique, puisque 95% de l’énergie consommée de l’ampoule classique est dispersé sous forme de chaleur et 5% sous forme de lumière.

L’abandon de la lampe à incandescence a vu l’expansion de la lampe « halogène », déjà existante depuis 1959. Le principe est identique à l’ampoule classique (chauffage à blanc d’un filament de tungstène) mais ceci sous un gaz,non plus rare, mais halogéné (iode ou brome).Mais l’union européenne, toujours soucieuse de plus d’écologie sous couvert d’économie (le rendement de cette ampoule n’atteint guère que 7%), a demandé l’interdiction de ces ampoules à 2018.

Lampe fluo-compacte
La lampe fluo-compacte doit son nom à la couche fluorescente (sels de phosphore) qui tapisse son verre. Elle contient en fait du gaz mercure, qui, excité par un filament de tungstène émet une lumière ultraviolette transformée en lumière visible par les sels.

La présence de mercure, métal hautement toxique, pose un problème de santé publique. De plus la qualité du spectre lumineux de cette ampoule est mauvaise, elle se rapproche du Néon.


Lampe LED

La LED, ou Diode Electro Luminescente, a pour origine les années 90. Les LED sont constituées d’un semi-conducteur dont la mise sous tension provoque généralement une lumière bleue quasi monochromatique.

Comparativement à toutes les autres lampes,le rayonnement n’est plus produit par la température (loi de Wien) mais par le matériau lui-même.Le progrès des LED (l'association de plusieurs petites LED) permet maintenant d'obtenir des lumières plus "naturelles", plus chaudes..

Néanmoins, cette lumière "électronique" n'a aucun rapport, du point de vue informatif, avec la lampe à incandescence, encore moins avec la lumière solaire.Cette lumière "laide" a son avenir radieux, puisqu'à terme, avec l'interdiction des autres ampoules, elle sera la seule tolérée, sous couvert d'écologie bien sur...

Les expériences suivantes montrent que l'écologie n'a souvent rien à voir avec la santé.

Mesures comparatives

Une expérience a été effectuée afin de mesurer les émissions électro-magnétiques autour de trois types de lampes (halogène, fluo-compacte et LED).

Les trois lampes ont a peu près une même consommation électrique (~20 W). Le champ électrique alternatif est mesuré ainsi que le champ magnétique alternatif à l'aide d'appareils de précision. Les mesures sont effectuées à environ 10 cm de l’ampoule.Avant allumage des ampoules, le « bruit de fond » électromagnétique est le suivant : - champ électrique : ~18 V/m - champ magnétique : 22 nT (nano-Tesla)

Pour la lampe halogène, les résultats sont les suivants :

champ électrique : 158 V/m (multiplication par 9)
champ magnétique : 25 nT (quasi stable)

Pour la lampe Fluo-compacte :
champ électrique : 400 V/m (mult
iplication par 22)
champ magnétique : 38 nT (multiplication quasiment par 2)
présence de champ électrique hautes fréquences (entre 3 kHz et 100 kHz)Pour la lampe LED :
champ électrique : 430 V/m (multiplication par 24)
champ magnétique : 1290 nT (multiplication par 58 !!)

Conclusion

Les mesures sont édifiantes, la lampe LED émet des champs électriques et magnétiques très importants. La lampe fluo-compacte émet des champs électriques importants et de plus sur des fréquences plus importantes (>3 kHz). Or, les champs magnétiques alternatifs sont potentiellement les plus nocifs pour la santé.La lampe halogène reste la moins émissive en terme de champs électro-magnétiques. Face à sa disparition annoncée après la bonne vieille ampoule à incandescence classique, le stockage préventif s'avère indispensable...

l'Europe gère notre quotidien à travers ses lois et décrets, elle entend également gérer notre lumière et ajouter un peu de fumée électromagnétique dans notre "électro-smog" déjà bien développé.

Vidéo
le lien de la vidéo issue de l'expérience:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.