Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

10 juin 2018

L'arc-en-ciel invisible - Une histoire de l'électricité et de la Vie par Arthur Firstenberg - Résumé en français - 2

Un grand merci à l'ARA (Association Romande Alerte aux ondes électromagnétiques) et à Sosthène Berger pour le résumé du livre par Arthur Firstenberg, "The Inivisible Rainbow".  Deuxième "post" sur les abeilles, oiseaux, arbres et humains et sur l'intolérance aux ondes électromagnétiques.

Voir le texte intégral ici :
Résumé informatif par Sosthène Berger, Dipl-Ing - Télécharger le résumé en format pdf

L'arc-en-ciel invisible - Une histoire de l'électricité et de la Vie
www.alerte.ch, juin 2018

Abeilles, oiseaux, arbres et humains

Alfonso Balmori Marinez, biologiste espagnol, a corrélé la densité de population de moineaux aux valeurs d’irradiations en radiofréquences de leurs endroits de vie. Dans les lieux le plus irradiés, au-dessus de 3 V/m, les moineaux ne peuvent plus vivre, alors qu'ils sont encore 42 sujets par hectare si le niveau est de 0.1 V/m. Il a également observé une nette modification du comportement des cigognes qui se battent au sein du couple plutôt que de construire le nid ou couver les œufs, si elle sont à proximité (200 m) d'une antenne-relais.

Le Royaume-Uni a classifié le moineau domestique comme espèce en voie de disparition après que sa population ait décliné de 75% entre 1994 et 2002, période qui coïncidence avec le déploiement de la téléphonie mobile.



Les éleveurs de pigeons voyageurs de plusieurs continent constatent que jusqu'à 90% des volatiles lâchés ne retrouvent pas le chemin de retour au pigeonnier, alors que traditionnellement, cette proportion était négligeable. En 2000, les éleveurs anglais tentèrent de modifier le trajet de la course afin d'éviter les antenne-relais pour laisser une meilleure chance aux pigeons. En 2004, ces mêmes éleveurs mandatèrent de plus amples études sur l'impact des micro-ondes sur les pigeons.

En 2002, le US National Park Service diffusa une note aux biologistes étudiant le comportement des animaux sauvages expliquant que les puces RFID de localisation par radiofréquences attachées à ces animaux peuvent radicalement modifier leur comportement du fait des radiofréquences générées.

Dans des milieux pollués par les champs électromagnétiques, les pinsons n'arrivent pas à s'orienter pour la migration, alors que s'ils sont dans une cage de Faraday, ils y parviennent.

Une expérience sur les têtards de crapaud élevés dans deux bassins distincts, à 140 mètres d'une antenne-relais, l'un sans blindage électromagnétique et l'autre avec, montra un taux de mortalité de, respectivement 90% et 4% !

On trouve le même genre d'effets délétères chez les insectes, lorsqu'ils sont soumis au smog électronique que nous rencontrons au quotidien, et le Dr Panagopoulous ayant expérimenté sur les drosophiles, nous informe que les expositions aux micro-ondes à des niveaux communs, ne serait-ce que quelques minutes par jour durant quelques jours, sont le pire agent stressant dont nous ayons connaissance dans nos vies courantes. Pire que les produits chimiques ou les champs électromagnétiques basse fréquences.

Les abeilles sont également impactées comme nous l'avons vu au début de ce résumé traitant de l’île de Wight. Le Dr Daniel Favre (Suisse) a démontré qu'en présence de micro-ondes, les abeilles émettent le son typique entendu lors de l'essaimage, ce qui porte à croire que les insectes veulent fuir la source d'émission. Communément, on incrimine le varroa dans le syndrome d'effondrement des colonies, mais on oublie que cette mite a cohabité durant longtemps avec les abeilles. De plus, on observe que même une colonie morte n'est aujourd'hui pas prise d'assaut par les parasite, alors que c'était le cas « avant ». On incrimine également les pesticides, mais comme on l'a vu plus haut, les abeilles de l’île de Wight avaient bien disparu à 90% sans que l'endroit n'ait été traité aux pesticides. La véritable cause de l’effondrement des colonies, ces sont les champs électromagnétiques humains, spécialement la téléphonie mobile.

Dans les années 1980, un nouveau sujet d'actualité vit le jour : la mort des forêts. Le blâme fut jeté sur les pluies acides, mais les régions les plus reculées, baignées que dans de l'air pur furent touchées également. Des recherches en Allemagne et en Suisse furent entreprises. Effectivement, le sol des forêts touchées était acide, mais on détermina par observation et par expérimentation que cette acidité peut également provenir d'une électrolyse lente du sol via les arbres exposés à des ondes radar, par exemple. D'ailleurs, les arbres des crêtes étaient plus touchés car plus exposés par les nouveaux radars installés dans les années 1970.

Une autre observation fut faite lors de la chute du mur de Berlin. Les gigantesques radars russes à Skruda qui irradiaient fortement toute la région dans leur tâche de surveillance de l'ouest, avaient provoqué des dégâts non seulement à la forêt, mais aux animaux et aux hommes également. Après de multiples études, on trouva notamment que les cercles de croissance des arbres durant les années de fonctionnement des radars étaient nettement moins large qu'avant ou après celles-ci.

A Schwarzenbourg, en Suisse, une antenne de radio à ondes courtes fut installée en 1939, puis la puissance d'émission fut augmentée à 450 kW en 1954. S'en suivit une dégradation de la santé des habitants qui se plaignaient des symptômes propres à l'EHS. Les enfants de ce village avaient des difficultés à l’école et semblaient ne pas pouvoir accéder à une formation supérieure contrairement aux enfants des villages voisins moins exposés. Enfin, en 1992 une étude fut menée, confirmant que les paramètres des analyses physiologiques des Hommes et des animaux du lieu étaient anormales, ceci dans un rayon de 900 mètres autour de l'antenne. Il fut également constaté que les anneaux de croissance des arbres étaient compressés, mais seulement du côté d'où venaient les radiations. Le 28 mars 1998, l'émetteur fut arrêté et une étude « avant-après » fut réalisée, démontrant que le taux de mélatonine des 58 sujets testés remonta. Un villageois de 50 ans put enfin dormir une nuit complète sans interruption, pour la première fois de sa vie. Le 29 mai 1996, Philippe Roch, directeur de l'Office de l'environnement déclara « qu'une corrélation entre les troubles du sommeil et les opérations de transmissions était prouvée ».

Au pays des aveugles

Combien faudra-t-il encore attendre avant de pouvoir dire « ton cellulaire me tue ! » plutôt que « Je suis électro-hypersensible ». Et pourtant le nombre de gens souffrant de céphalées à cause de l'usage de leurs cellulaires est énorme. En 2010, deux tiers des étudiants à l'université ukrainienne interrogés admirent le fait. La question étant qu'il n'est pas socialement acceptable de l'admettre ouvertement. Madame Gro Harlem Brundtland était EHS, alors qu'elle prenait la tête de l'Organisation mondiale de la santé. Elle ne s'en cachait pas, mais un an plus tard, elle a dû laisser sa place. Les autres personnages publiques de haut rang ne répéteront pas son expérience.

Seule une minorité des personnes souffrant de la pollution électromagnétique savent de quoi elles souffrent, alors qu'une large majorité l'ignore. La population entière est électrocutée à distance et l'on doit presque s'excuser d'être électro-sensible ou plus exactement électro-hypersensible, comme si on devait s'excuser d'être « cyanure-hypersensible », car la vérité est que l'électricité telle qu'utilisée actuellement est toxique. D'ailleurs, les graphes statistiques montrent clairement une augmentation de la mortalité des citoyens de neuf villes américaines, peu après la mise en service des premières antenne-relais. Cette surmortalité va de 25 à plus 80%.

Une enquête demandant aux New-Yorkais de s'annoncer si un certain nombre de symptômes relatifs à l'EHS étaient apparus chez eux à partir du 15 novembre 1996, par le biais d'un journal quotidien, récolta des centaines de témoignages, toutes classes raciales ou sociales confondues. La date en question était celle de la mise en service du premier réseau de téléphonie mobile cellulaire.

L'organisation Cellular Phone Task Force qu'Arthur Firstenberg a démarrée en 1996, croule sous les demandes d'aides de personnes blessées par les radiofréquence micro-ondes. Il semble qu'il n'y ait bientôt plus nulle-part où aller tant les émetteurs de toutes natures ont proliféré, tant WiFi, que WiMAX, stations radar ou encore les irradiations venant du ciel, comme les satellites de télécommunication.

Pr Olle Johansson, du célèbre institut Karolinska décernant les prix Nobel de médecine, s'occupa dès 1977 de démontrer les effets du smog électronique sur le Vivant. Le succès de ses études le marginalisa dans son institut, les budgets pour ses recherches disparurent, il reçut des menaces de mort et à une occasion, il échappa de peu à une tentative de meurtre par sabotage de sa moto. Malgré tout, il continue d'informer le monde sur la vérité pour défendre, entre autre, les EHS dont la vie est un enfer sur Terre. Il est dégoûté de la façon dont les autorités de pays soit-disant « démocratiques » laissent tomber les victimes des radiofréquences.

Dr Erica Mallery-Blythe a la double nationalité anglaise et américaine, termina ses études en 1998. En 2007, suivant son mari pilote de F-16 aux USA, elle devint sévèrement atteinte par l'EHS, à son insu. Ses recherches sur internet lui permirent enfin de comprendre ce qui lui arrivait. Elle se demanda en tant que médecin, comment une atteinte aussi profonde et invalidante pouvait exister sans qu'elle n'en ait jamais entendu parler dans sa profession. Par acquit de conscience, elle décida de se soumettre à un IRM, afin d'éliminer tous risques de cancer du cerveau. Elle crut que sa fin était imminente alors que les pulsations hautes fréquence furent enclenchées. Elle retrouva toute sa santé et sa vitalité à la Death Valley épargnée des radiofréquence. Désormais, elle se consacre à informer et aider les au moins 5% de personnes EHS, totalement laissées pour compte par les autorités.

Yury Grigoriev, considéré comme le grand-père de la recherche sur le CEM en Russie, est très inquiet pour les jeunes en particulier, tout en mentionnant que c'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que l'on expose ouvertement son cerveau aux micro-ondes, ce qui est grave aux yeux d'un radiobiologiste. Il cite notamment une étude coréenne démontrant que le trouble du déficit de l'attention (ADHD) chez les enfants va de pair avec l'usage du cellulaire connecté.

Leif Salford, un neurochirurgien suédois, et son équipe, prouva dans la fin des années 1990 que le cellulaire rend perméable la barrière hémato-encéphalique, provoquant la maladie d'Alzheimer. En 2003 ils démontrèrent qu'une exposition unique de seulement deux heures laisse des dommages permanents au cerveau.

En 2015, des scientifiques turcs irradièrent des rats, une heure par jour pendant un mois, au moyen d'ondes typiques de téléphone cellulaire. Les rats irradiés avaient 10% de moins de cellules cérébrales que ceux qui avaient été épargnés. La même équipe expérimenta sur des rattes portantes, pendant 9 jours au même taux de radiations. Leur descendance montrait des dégénérescences de leur cerveau, moelle épinière, cœur, reins, foie, rate, thymus et testicules. La même expérience répétée sur des jeunes rats provoqua une atrophie de la moelle épinière avec diminution de la myéline, similaire à ce que l'on observe dans la sclérose en plaque.

En septembre 1998, les 66 premiers satellites de la téléphonie spatiale furent mis en service, causant un accroissement de la mortalité nationale américaine de près de 5%, durant les deux semaines suivantes. Durant la même période, on observa que les oiseaux ne volaient plus et les personnes EHS étaient spécialement malades. Aujourd'hui, nous sommes survolés par environ 1'100 satellites artificiels, mais plusieurs entreprises projettent de lancer jusqu'à 4'600 nouveaux satellites de communication chacune d'ici 2020, pour couvrir toute la planète en accès internet rapide. Il s'agit de Google, Facebook, SpaceX, OneWeb et Samsung. En 1968, même la première flottille de 28 satellites militaires provoqua une pandémie de grippe mondiale. Contrairement aux antenne-relais dont les radiations sont très atténuées en arrivant dans la magnétosphère, les satellites agissent directement sur celle-ci, selon des mécanismes encore mal compris, compromettant la Vie sur Terre. Nous oublions les avertissements de Ross Adey, le grand-père de la bio-électromagnétique et du physicien atmosphérique Neil Cherry que nous sommes électriquement réglés pour le monde nous entourant et que le niveau d'exposition en radiofréquences sûr est zéro. Le besoin urgent d'agir contre cette initiative potentiellement catastrophique peut être réalisé en s'approchant de l'association Global Union Against Radiation Deployment from Space (GUARDS).

En 2014, le médecin Tesuharu Shinjyo publia une étude « avant-après ». Il évalua la santé de 122 habitants d'un immeuble sur lequel étaient installées des antenne-relais. 21 souffraient de fatigue chronique, 14 de vertiges ou maladie de Ménière, 14 de céphalées, 17 de douleurs ou infections oculaires, 14 d'insomnies, 10 de saignements de nez chroniques. Cinq mois après que les antennes aient été éliminés, il ne subsista que 2 cas d'insomnies, 1 cas de vertiges, 1 cas de céphalées !

L'urgence en matière de droits humains qui touche des centaines de millions de citoyens à l'échelle planétaire et l'urgence environnementale menaçant d’extinction de si nombreuses espèces végétales et animales doit être affrontée avec clairvoyance.

http://www.alerte.ch/fr/information/etudes/211-l-arc-en-ciel-invisible-une-histoire-de-l-%C3%A9lectricit%C3%A9-et-de-la-vie.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.