Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

18 mai 2019

La lumière de nos écrans peut mener au burn-out

La lumière de nos écrans peut mener au burn-out
par Sébastien Jubin, ABO+, 24heures, 17 mai 2019

Santé : Ce jeudi, c'était la Journée internationale de la lumière. L’occasion de se pencher sur son rôle dans nos vies et son impact sur notre santé.

La surabondance de lumière bleue de nos écrans peut 
avoir un impact important sur la qualité de notre sommeil.
Image : Keystone
Aujourd’hui, le monde entier est baigné de lumière. Parfois trop intense, trop brusque. Un rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire (ANSES) précise cette semaine les effets néfastes des LED sur notre organisme.

Ces effets de la lumière dite bleue sont encore peu contrés. Omniprésents dans notre quotidien, les éclairages au néon des bureaux, les écrans des ordinateurs, des télévisions et surtout des tablettes et des smartphones peuvent se révéler nuisibles pour la santé. D’abord pour la rétine des yeux (une exposition chronique peut augmenter les risques de dégénérescence maculaire), mais surtout parce que cette pollution lumineuse est suspectée d’altérer le système hormonal et la sécrétion de mélatonine, qui affecte le sommeil, la libido et le vieillissement.



C’est la «lumière bleue» qui est pointée du doigt. Le problème vient des LED (diodes électroluminescentes) qui émettent une lumière trop riche et trop étendue dans le spectre bleu. Les populations les plus fragiles sont d’abord les enfants et les adolescents car leurs yeux filtrent moins bien cette lumière bleue que les adultes. Les seniors et les travailleurs de nuit font aussi partie des catégories à risque.

Le nouveau mal du siècle?

Les nouvelles technologies ont envahi notre intimité, jusqu’au fond de nos lits, perturbant nos habitudes de vie, mais surtout notre sommeil avec des conséquences graves comme l’insomnie, les troubles du rythme du sommeil, le syndrome des jambes sans repos ou encore l’apnée.

Si elle devient chronique, la fatigue peut mener au burn-out et/ou à la dépression. Ces troubles sont parfois dus à l’exposition prolongée des écrans la nuit. En effet, qui n’a jamais reçu le fameux message «Tu dors?» bien après minuit… Ces utilisateurs nocturnes ou ces «dormeurs sentinelles» envoient un message paradoxal au cerveau: un signal d’éveil et d’endormissement.

Or le sommeil a besoin de protection pour s’installer. Le rapport de l’ANSES est formel: «Notre horloge interne a besoin d’une luminosité importante en journée et d’une «obscurité totale» dans la nuit, afin de se synchroniser. Une exposition, même très faible, à de la lumière riche en bleu en soirée retarde, voire stoppe totalement la production nocturne de mélatonine.» (24 heures)

Quatre solutions pour améliorer le sommeil

1/La technologie haut de gamme

Difficile de bannir les LED car il n’y a aucune solution alternative bon marché. Seule la solution des appareils OLED, souvent haut de gamme, semble être une solution viable pour l’avenir car elle procure un excellent contraste sans nécessiter une forte intensité. S’il n’est guère possible d’influer sur le choix de l’écran, il convient de modifier manuellement les réglages colorimétriques. Il s’agit de privilégier les teintes chaudes entre le rouge et le jaune. Il faut bien entendu que l’écran soit de qualité suffisante. Par ailleurs, nombre d’appareils, ordinateurs portables ou smartphones, ne permettent pas le réglage des couleurs.

2/Les logiciels

Des solutions existent via des logiciels (par exemple justgetflux). Cela modifiera la colorimétrie de votre écran en fonction de l’heure: en fin de journée, les couleurs changeront pour vous et vous permettront un meilleur endormissement par exemple.

3/Les lunettes spéciales

Pour aller encore plus loin dans la prévention, l’on pourra recourir à des lunettes anti lumière bleue. Les «gamers», ces jeunes qui passent des heures et des heures à jouer en ligne, connaissent bien ces lunettes à teinte jaune. Et si vous ne voulez pas voir le monde en jaune, des modèles qui altèrent un peu moins les couleurs existent aussi. Cette semaine, le rapport de l’agence française de sécurité sanitaire relève pourtant que l’efficacité de ces verres traités reste encore «très partielle».

4/La politique

L’Office fédéral de l’environnement reconnaît que « la surabondance de lumière peut avoir des conséquences négatives sur l’être humain et la diversité des espèces.» La Confédération souhaite s’engager pour une limitation des émissions lumineuses superflues. Certaines villes romandes ont pris les devants. Val-de-Ruz (NE) devrait être la première commune, en 2019, à arrêter ses éclairages publics la nuit. À Lausanne comme à Genève, on a mis en place un «plan lumières». L’idée est de différencier les zones par mobilité et teintes de couleurs. Yverdon fait appel, dans certains quartiers, à l’éclairage dynamique. La ville vaudoise veut devenir une «smart city» via un réseau de capteurs sur lampadaires.

Articles en relation

5 conseils pour être moins fatigué le matin

FEMINA Envie de vous réveiller de façon plus zen et d'avoir le temps de vous préparer? Quelques techniques pour rendre les choses plus faciles. Plus...
ABO+ Ellen de Meester . 31.03.2019

Les effets des différentes lumières sur notre santé


https://www.24heures.ch/economie/lumiere-ecrans-peut-mener-burnout/story/20122193

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.